Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


INFOGRAPHIES: Qui détient la dette de la France ?

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Décembre 2015, 02:37am

Catégories : #ECONOMIE, #FRANCE

INFOGRAPHIES: Qui détient la dette de la France ?

Qui émet la dette de l'État français ? Comment ? À quels taux ? Qui sont les détenteurs de la dette de la France ? Toutes les réponses.

La dette publique de la France s'établit à plus de 2100 milliards d'euros en France, soit l'équivalent de 97,6% du produit intérieur brut (PIB).

• C'est quoi la dette?

La dette publique représente l'ensemble des emprunts contractés par les administrations publiques. Elle représente donc la dette de l'État, ainsi que celles des collectivités territoriales et des organismes de Sécurité sociale. C'est l'ensemble des emprunts contractés par ces trois sous-secteurs. La dette de l'État en constitue la plus grosse part (1632,8 milliards d'euros à fin 2014), mais celle de la Sécurité sociale (216,8 milliards) a beaucoup grossi ces 20 dernières années.

• Comment la France emprunte-t-elle?

Pour se financer, contrairement à des enteprises ou des ménages qui s'endettent via le crédit bancaire, les collectivités publiques émettent des titres sur les marchés financiers, que des investisseurs achètent.

• Qui émet la dette de l'État français?

C'est l'Agence France Trésor (AFT) qui est chargée de la gestion de la dette et de la trésorerie de l'État. Elle a été créée le 8 février 2001. L'AFT met aux enchères les obligations qu'elle émet: c'est que l'on appelle les adjudications.

• Quels types de produits émet le Trésor?

Il y a trois types de produits émis par l'État, dont deux qui sont des titres de court termes: les bons du Trésor à intérêt annuel (BTAN), d'une durée de deux ou cinq ans et les bons du Trésor à taux fixe et à intérêts précomptés (BTF), émis pour des périodes allant de quatre à sept semaines. Les titres de moyen et long terme sont les fameuses obligations assimilables au trésor (OAT). Ce sont les titres les plus échangés. Les échéances vont de sept à cinquante ans. En moyenne, la durée de vie des encours est actuellement de 7 ans et 38 jours, selon les données de l'AFT de juillet 2015.

Encours de la dette négociable depuis 2012

Encours de la dette négociable depuis 2012

• Comment se réalise une adjudication?

Tous les premiers jeudis de chaque mois, l'AFT réalise une adjudication d'OAT. Une adjudication de dette se fait sous le principe de «l'enchère hollandaise», aussi appelée «enchère à prix multiples et à prix scellés»: avant l'adjudication, l'AFT annonce le montant qu'elle veut emprunter. En face, il y a des «Spécialistes en valeur du Trésor (SVT)». Ils sont exactement 20, parmi lesquels quatre banques françaises: BNP Paribas, Crédit agricole, Natixis et Société générale. Parmi les étrangers: Goldman Sachs, Citigroup, JP Morgan, UBS, etc. Pour voir la liste: c'est ici. Ces SVT montent les enchères en disant quel montant de dette ils souhaitent et à quel prix. Des propositions qui sont ensuite classées par prix. Plus il est élevé (et donc le taux faible), plus l'AFT sera satisfaite et fera «affaires». Une fois que ces SVT ont acheté des obligations, ils vont en revendre à leurs clients, qui vont à leur tour émettre et acheter des obligations auprès de leurs propres clients, etc. Cela se passe sur les marchés financiers, plus précisement sur le «marché secondaire».

• Qui détient de la dette française?

Il n'existe pas d'information publique détaillée sur la décomposition des détenteurs de la dette de la France.

Selon les chiffres de l'AFT, fin mars 2015, 64,4% des détenteurs de la dette publique française sont des «non-résidents». La définition de «non-résident» est floue: un investisseur français qui a investi dans un fonds britannique par exemple sera comptabilisé comme un investisseur britannique...

La proportion d'investisseurs étrangers dans la dette de l'État français s'est stabilisée depuis la deuxième moitié de l'année 2013, mais reste bien plus élevée qu'avant la crise de 2008. Il s'agit d'investisseurs institutionnels, comme des fonds de pensions et des fonds d'assurance notamment, mais ce sont aussi des fonds d'investissement souverains, des banques, ou desfonds spéculatifs.

La dette publique française est donc essentiellement placée sur les marchés financiers internationaux, ce qui est une caractéristique particulière de la France et de la zone euro dans son ensemble.

L'autre tiers de la dette française est détenue par des sociétés financières françaises: beaucoup plus par des assurances que par des banques. Presque 20% de la dette de la France est ainsi détenue par des compagnies d'assurance, qui achètent des titres de dette française pour leurs placements d'assurance-vie. Autrement dit, les Français ditennent indirectement une part de la dette française. Les banques françaises, elles, détiennent un peu moins de 10% de la dette nationale, un taux plus faible que dans les autres pays européens.

L'agence Reuters a recencé les 50 plus gros détenteurs de la dette de la France. Parmi les plus importants investisseurs français, figurent Axa Investment, Allianz Global Investors, MMA Finance, CM-CIC AM, BNP Paribas AM, CNP Assurances, Amundi France, etc.

• La répartition par pays

Voici les données du FMI, à fin 2014.

• Les notations de la dette de long terme de la France

Les obligations ont pour principal avantage d'être un placement sûr: le rendement est stable et prévisible. Exemple: un créancier achète 1 million d'euros de dette française, à 3% sur 10 ans. Chaque année, pendant 10 ans, il recevra 3% d'intérêt (30.000 euros) et dans dix ans, il récupèrera son million d'euros. Au final, il aura gagné 300.000 euros. Le seul risque que prend le créancier, c'est que l'émetteur fasse défaut. Or un État fait rarement faillite. Et, aux yeux des agences de notation, la France est un pays solide.

• Les taux des obligations émises par l'État

Les taux des obligations françaises sont historiquement bas. Ils sont même négatifs pour certaines échéances! Cela signifie que certains acheteurs de la dette françaises sont prêts à payer pour détenir de la dette française, pour diversifier et assainir leurs portefeuilles. A priori, il s'agit d'un simple dysfonctionnement du marché, temporaire. Mais l'anomalie s'est installée. Les premiers taux négatifs ont été constatés sur les taux courts (échéances de moins d'un an) dès 2012 en Europe, mais ils se sont dangereusement étendus aux taux longs (jusqu'à 7 ans) aussi au printemps dernier.

• Pourquoi les taux sont si bas?

Pour relancer l'inflation anémique en Europe depuis la crise - et dans le but de doper la croissance - le patron de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a décidé d'arroser l'Europe de liquidités: 1000 milliards d'euros précisément. Soit 60 milliards d'euros par mois pendant un an et demi (depuis mars 2015 et jusqu'à septembre 2016). Pour faire simple, la BCE rachète sur le marché secondaire les dettes d'États européens. Ce qui a encore gonflé la demande (déjà très grande) sur le marché obligataire. Et donc, baissé encore plus les taux. Cet assouplissement monétaire, appelé «quatitative easing» est utilisé massivement aussi par les Américains et les Japonais.

• Le poids de la dette dans le budget français s'allège

Si l'endettement public continue de croître fortement depuis une quarantaine d'années, les taux d'intérêt de la dette publique françaises ont tellement diminué, surtout depuis 2008, qu'au final, la part de la dette dans le budget de l'État diminue. L'effet prix l'emporte sur l'effet volume.

Cliquez ici pour agrandir l'infographie 
 Lefigaro

Commenter cet article

Archives