Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


En France, la fonction publique embauche et l'industrie licencie

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Décembre 2015, 08:32am

Catégories : #FRANCE, #EMPLOI, #ENTREPRISE

En France, la fonction publique embauche et l'industrie licencie

 Le nombre de fonctionnaires a grimpé de plus de 40.000 en 2014 tandis que le nombre d'emplois marchands s'est réduit de 63.000. Une tendance qui dure depuis le début de la crise. Explications.

Incapable de créer des emplois, la France continue d'augmenter la taille de l'État et des collectivités. En 2014, la France a embauché plus de 40.000 employés de la fonction publique - dont plus de 200.000 contrats aidés - etsupprimé 74.000 postes dans le secteur privé. Un paradoxe quant on sait que notre situation économique n'est guère reluisante et suppose qu'on diminue le nombre de fonctionnaires, comme dans la plupart des autres pays européens: la croissance a atteint cette année là 0,4%, le taux de chômage a frôlé les 10% et la dette a dépassé la barre fatidique des 2000 milliards d'euros. Et ce n'est pas 2015 qui va voir la tendance s'inverser. A titre de comparaison, l'Allemagne a créé 129.000 emplois salariés en 2014 et affiche une bien meilleure santé économique que la France. «La France est le seul pays en Europe qui embauche des fonctionnaires alors qu'il est censé redresser ses finances publiques, affirme Bertrand Martinot, économiste. A terme, l'embauche de fonctionnaires détruit des emplois dans le secteur privé. Et en cela, les contrats aidés sont un triste exemple. Le nombre de ceux qui en bénéficient sont quantifiables. Mais la hausse de prélèvements permettant de les financer risque de provoquer une destruction d'emploi dans le secteur privé qui, elle, ne se voit pas».

Depuis la crise financière, les fonctionnaires ont également bénéficié d'augmentations salariales. Pour le vérifier, observons l'évolution de la valeur ajoutée des administrations publiques, qui désigne sa masse salariale. En 2014, elle représentait, selon l'Insee, 360 milliards d'euros et 317 milliards en 2008, soit une progression de près de 12%. A titre de comparaison, la valeur ajoutée du secteur de l'industrie - masse salariale ajoutée à l'excédent brute d'exploitation - pesait 1073 milliards d'euros en 2014, contre 1025 milliards d'euros en 2008, soit une augmentation d'un peu plus de 4%. Sur la même période, le taux d'absence des agents de la fonction publique aurait progressé de 19% entre 2007 et 2014. Dans le détail, les salariés qualifiés du public sont payés en-dessous de ceux du privé. Un cadre est rémunéré en moyenne 3054 euros nets dans la fonction publique d'État contre 4033 euros dans le privé. En revanche, un ouvrier ou un employé est légèrement mieux payé dans la fonction publique territoriale (1634 euros net) que dans le privé (1619 euros).

Il y a un peu plus de trois ans, François Hollande avait pourtant promis «une stabilité des effectifs de la fonction publique et des dépenses». Or, entre 2012 et 2015, le nombre de fonctionnaires a progressé de 140.000 quand celui des emplois salariés dans le secteur marchand a reculé de plus de 100.000. Si la situation du côté du privé reste encore incertaine en raison de la fragilité de l'économie française, de nouveaux agents devraient venir grossir les rangs de la fonction publique les années suivantes. On sait d'ores et déjà que 8500 postes supplémentaires seront créés dans les missions régaliennes (police, gendarmerie, justice, douanes), afin de renforcer la sécurité des Français, après les attentats de Paris. Pour compenser ces dépenses, 82% des collectivités territoriales - dont le nombre d'embauches a progressé le plus des trois fonctions publiques en 2014 - ont prévenu qu'elles ne recruteront pas en 2016. On sait aussi que le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron,envisage très sérieusement de réformer le statut des fonctionnaires qu'il juge «inadapté»Et qu'une majorité de Français approuvent ce choix

 Lefigaro

Commenter cet article

Archives