Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 astuces pour se dépêtrer de la loi de Murphy dans l'IT

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Décembre 2015, 10:48am

Catégories : #ASTUCES, #TECHNOLOGIE

10 astuces pour se dépêtrer de la loi de Murphy dans l'IT

La loi de Murphy veut que "Si quelque chose peut mal tourner, cela va arriver". Elle date de 1949 et a été forgée sur la base aéronautique d'Edwards en Californie. Depuis, cette loi est largement évoquée dans le monde de l'IT, tel un mantra.

Le capitaine Edward A. Murphy était ingénieur et travaillait sur un projet destiné à tester le nombre de décélérations brusques que pouvait encaisser un être humain dans un accident. La légende veut que le capitaine Murphy ait tenu responsable du mauvais câblage d'un transducteur un de ses technicien, disant de lui : "S'il y a une façon de mal faire quelque chose, il va la trouver".

Depuis, la loi de Murphy semble surgir si souvent dans l'IT que les informaticiens devraient posséder quelques réflexes pour y faire face. Voici 10 exemples des manifestations de la loi de Murphy dans l'IT, et des suggestions pour y faire face.

1. Votre présentation PowerPoint au comité directeur ne marche pas

Les plus grandes entreprises présentent leurs produits et leurs stratégies avec PowerPoint. Et souvent ça ne marche pas. Ceci est particulièrement gênant quand c'est le DSI qui présente sa stratégie informatique (et les besoins budgétaires qui vont avec) au conseil d'administration.

Pour parer à cette manifestation spécifique de la loi de Murphy, gardez toujours un réglage manuel de vos diapositives sous la main. Cela permet de continuer la présentation et votre public (qui a probablement été victime lui même de ce type d'incident) conservera sa sympathie envers vous.

2. Un projet majeur dépend d'un contributeur… qui a la grippe

C'est un scénario de la loi de Murphy délicat, mais vous pouvez réduire la gêne occasionnée en vous appuyant sur la documentation du projet, ce qui permet à quelqu'un d'autre de prendre en charge plus facilement la continuité du projet.

Il est également possible de conserver dans sa manche quelques consultants fiables pour y faire appel à point nommé. Veuillez également à inclure la dimension de planification d'urgence dans vos projets afin d'identifier les personnes critiques et ce que vous allez pouvoir faire sans eux si cela arrive.

3. Quelqu'un met en prod la mauvaise version du patch logiciel, et l'application plante

Vous pensez que votre méthodologie de gestion de logiciel est à toute épreuve… Mais lorsque la loi de Murphy s'immisce dans le téléchargement d'un correctif logiciel, cela peut arrêter l'application tout en vous prouvant que vous avez tort.

La meilleure manière de résoudre ce problème est d'entrer rapidement en contact avec les utilisateurs de la solution et de les alerter de la présence d'un problème technique. Ensuite, désinstallez le mauvais patch, et upgradez avec la bonne version. Un examen post mortem pour évaluer comment l'erreur est arrivé et comment vous pouvez améliorer votre processus à l'avenir doit impérativement suivre.

4. Le datacenter est noyé

Vous n'êtes pas dans une zone inondable et il ne pleut que 10 centimètres d'eau par an dans la région où vous vivez. Néanmoins, Murphy décide d'inonder votre centre de données via une mousson inattendue. Ou bien l'eau du système de refroidissement interne envahit vos serveurs.

Voici deux cas où l'élaboration préalable d'un plan de reprise d'activité après sinistre entre en jeu. Si vous pouvez basculer vos opérations vers un autre emplacement, ou même vers des services cloud, cela est préférable, plutôt que de mettre tous les oeufs du datacenter dans le même panier.

5. Votre digital champion vous quitte

Négocier avec les achats sur les questions d'IT a toujours été un exercice délicat, mais tant que Jean-Paul était là pour plaider la cause des utilisateurs, vous pouviez aller de l'avant. Maintenant que Jean-Paul à gagné à l'Euromillion et déménage à Tahiti, vous êtes seul face à des interlocuteurs peu coopératifs, voire hostiles.

La meilleure approche est d'entrer immédiatement en contact avec le responsable des achats, de préférence au cours d'un déjeuner plutôt que dans le cadre formel d'une réunion (vous pourriez même l'inviter). L'idée est de faire le point ensemble sur l'historique difficile de votre relation, d'envisager une nouvelle relation de travail, et d'aller de l'avant.

6. Vous avez testé toutes les apps d'une suite logicielle, sauf une, rarement utilisée. Et c'est elle qui fait tomber le serveur

Les suites applicatives ne doivent jamais être mises en production tant que chaque application et chaque sous-programme n'est pas soigneusement testé. Mais lorsque les échéances sont immédiates, les chefs de projet sont connus pour ne pas tester ou faire tester les apps qu'ils jugent mineures. Pour respecter l'étroitesse du calendrier. Ils prennent ces décisions en mesurant la probabilité qu'une application soit ou non utilisée. Si la réponse est « rarement » ou « probablement jamais », ils vont alors ne pas vérifier l'intégralité des éléments de la suite.

C'est sur ces entrefaites qu'arrive Murphy. Un utilisateur final déjoue tous les pronostics en utilisant cette application, l'application plante, et tout le système crash. La meilleure façon d'éviter cette situation est de demander un report de la date de livraison des applications pour permettre des tests approfondis. Si vos utilisateurs finaux refusent absolument de concéder une nouvelle date, ou s'il y a des circonstances commerciales telles que vous n'avez pas le choix, alertez les parties prenantes et les utilisateurs de la situation afin qu'ils évitent d'utiliser l'application non testée jusqu'à ce que vous ayez l'occasion de clore le projet.

Une autre bonne pratique, qui dépendra de la façon dont est architecturée la livraison des logiciels, est de ne pas déployer l'application suspecte lors du déploiement initial et de l'ajouter plus tard, quand elle sera prête pour la production.

7. Votre fournisseur est absorbé par un de vos ex-fournisseurs, avec qui vous êtes fâchés

Il est pénible de changer de fournisseurs IT. Voilà précisément pourquoi vous essayez d'éviter cela, à moins qu'un changement radical se produise dans la tarification ou dans la technologie proposée. Ou que la relation avec votre vendeur devienne si acrimonieuse que vous ne vouliez plus collaborer avec lui. Lorsque cela se produit, vous faites votre petit marché pour trouver un nouveau fournisseur. Malheureusement, deux ou trois ans plus tard, Murphy peut se montrer, et ce nouveau fournisseur peut être absorbé par cet ex-fournisseur, si acrimonieux. Votre entreprise est de nouveau coincée.

La meilleure façon de vous protéger dans cette situation est d'écrire une clause de "changement de direction" dans votre contrat avec le nouveau fournisseur. Cette clause précisera que s'il y a un changement de direction chez le fournisseur, vous pourrez résilier votre contrat.

8. Votre contact fournisseur quitte son poste

Ce scénario à la Murphy se produit tout le temps. Un de vos fournisseur est absorbé par une structure plus importante. Et les têtes tombent, dont celle de votre contact commercial avec qui vous avez établi une solide relation de confiance. Le remplaçant s'avère incompétent, et bien moins positionné dans la hiérarchie de l'entreprise pour avoir la latitude de négocier les contrats comme avant.

Vous pouvez éviter cette situation en stipulant dans votre contrat avec le fournisseur que vous vous réservez le droit d'approuver et d'accepter les changements de contact sur les comptes clients des fournisseurs

9. Le résultat d'une campagne marketing en ligne est bien plus positive que vous ne l'aviez imaginé

Votre directeur du marketing est étonné de l'adoption rapide d'un produit vendu dans votre boutique en ligne. En fait, les prises de commande explosent votre système de traitement des commandes. Malheureusement, vous avez sous-dimensionné vos process et votre stockage, basés sur votre historique. Vos clients constatent cela, également, et les ventes s'effritent. Bref, la campagne marketing est en train de se transformer en un cauchemar version Murphy. Comment éviter une telle situation ?

Une manière d'être prêt à mettre en place des ressources supplémentaires en cas de sur-réussite de vos opérations est de provisionner du calcul, du stockage, et du réseau chez des fournisseurs de cloud. Ces ressources peuvent être consommées à la demande et payées les bénéfices réalisés sur ces heureuses augmentations de ventes, puis désallouées lorsque la demande diminue.

10. Votre fournisseur de cloud se plante

Vous mettez un système critique dans le cloud d'un fournisseur parce qu'il a la réputation d'être fiable. Puis le vendeur échoue à livrer correctement le service, ce qui provoque la déconnexion de vos utilisateurs. Ce qui a évidemment un impact catastrophique sur l'activité de l'entreprise.

Vous pouvez contourner ici l'impact de Murphy en développant des relations avec plusieurs fournisseurs de cloud. De sorte que vous pourrez effectuer un basculement vers un autre fournisseur si le premier manque à son devoir. Aussi, essayez d'éviter de contractualiser avec les fournisseurs de cloud qui ne possèdent pas leurs propres centres de données. 

 Zdnet

Commenter cet article

Archives