Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 questions entourant le Partenariat transpacifique

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Octobre 2015, 00:58am

Catégories : #CANADA, #MONDE, #ECONOMIE

10 questions entourant le Partenariat transpacifique

Un accord historique de libre-échange a été annoncé lundi, ce qui devrait provoquer des débats politiques enflammés dans plusieurs pays — dont au Canada, où les électeurs se rendront aux urnes dans deux semaines.

Voici des réponses à 10 questions entourant le Partenariat transpacifique (PTP):

Quels sont les pays impliqués? Le Brunei, le Chili, la Nouvelle-Zélande et Singapour ont mis le projet sur la table il y a plusieurs années. Les États-Unis, le Canada, le Mexique, le Japon, le Vietnam, l’Australie, le Pérou et la Malaisie font grimper à 12 le nombre de pays impliqués. D’autres pays, comme la Colombie, la Thaïlande ainsi que la Corée du Sud avaient aussi exprimé un intérêt pour se joindre aux discussions.

Quel est l’ampleur de cet accord de libre-échange? Il s’agit de la plus grande zone de libre-échange dans le monde, qui comprend quatre continents et 40 pour cent de l’économie mondiale — bien plus que l’Union européenne (UE).

Est-ce que le PTP est plus important que l’UE? Vraiment pas. L’Europe a ouvert ses frontières, facilitant ainsi la circulation des personnes et des marchandises d’un pays à l’autre. Le PTP réduit les barrières tarifaires dans une zone plus élargie.

Quels sont les effets? L’accord réduit ou élimine les tarifs douaniers sur une multitude de produits canadiens exportés à l’étranger, dont au Japon. Cela s’applique à la machinerie, en passant par le boeuf et le porc ainsi que les produits forestiers. Il procure également un nouvel accès au marché canadien équivalent de 3,25 pour cent de la production de lait canadien aux pays signataires. Le PTP facilitera également l’arrivée en Amérique du Nord de pièces automobiles fabriquées à l’étranger.

Pourquoi est-il important? Cela entraîne dans la sphère d’influence américaine des économies qui se développement rapidement. Il introduit ainsi de nouvelles règles dans ce qui est considéré comme le terrain de jeu de la Chine. L’accord représente un précédent pour de futures ententes, notamment sur l’implication de la Chine et de ses sociétés d’État. Le PTP met en place de nouvelles règles pour l’économie numérique du 21e siècle.

Quel est le problème? Il expose des travailleurs de la classe moyenne à une concurrence étrangère où les coûts de production sont bas, notamment dans le secteur automobile. Il pourrait aussi avoir un impact négatif sur la profitabilité des fermes laitières, même si le gouvernement promet une aide de plusieurs milliards de dollars étalée sur 10 ans pour les aider. Ces décisions gouvernementales pourraient être renversées par des tribunaux spéciaux, comme dans l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) et devant l’Organisation mondiale du commerce, lorsque des compagnies contestent certaines lois adoptées par les gouvernements.

Est-ce que l’entente entre les 12 pays est une décision finale? Non. Les parties impliquées, comme le Canada après la campagne électorale, devront ratifier l’entente. Un vote qui s’annonce difficile devrait avoir lieu au Congrès américain l’an prochain.

Est-ce qu’il est possible de lire le texte complet de l’entente? Pas encore. Pour le moment, les détails ont été fournis par différents gouvernements. Un responsable canadien a dit souhaité que les parties impliquées soient en mesure de dévoiler l’entente au cours des prochains jours. Il n’est pas encore certain que les Canadiens pourront prendre connaissance du texte avant de se rendre aux urnes, le 19 octobre.

Est-ce que le PTP met fin à l’Accord de libre-échange nord-américain? Non. Cet accord existe toujours, mais le PTP devrait avoir préséance sur certains aspects. Dans un sens, c’est ce que le président américain Barack Obama avait promis lors de sa première course présidentielle en affirmant vouloir réviser l’ALÉNA — ce qui avait suscité la controverse en 2008.

Est-ce la fin de Postes Canada et de Radio-Canada? Non. Il y a eu des rumeurs à cet effet, en raison de certaines règles imposées à des sociétés d’État. Diverses sources ont insisté pour dire que ces rumeurs émanaient de la Chine.  

Lactualite.com

Commenter cet article

Archives