Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 conseils pour survivre dans un amphi bondé

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Octobre 2015, 02:59am

Catégories : #ÉTUDIANT, #ASTUCES

10 conseils pour survivre dans un amphi bondé

#1. Arriver à l'avance

 

C'est le B.A.-ba, mais ça paye. Maylis et Clémence, en PACES (première année commune aux études de santé) à l'université de Bordeaux (33), arrivent systématiquement 20 minutes avant le cours pour s'assurer une bonne place. "C'est impossible de rester concentré 4 heures d'affilée si on est assis par terre, le nez collé à l'écran et le cou cassé", diagnostique Clémence.

 

Autre tactique : connaître comme sa poche les différentes entrées de l'amphi. Les sorties extérieures sont généralement plus faciles d'accès.

 

#2. Se mettre dans sa bulle

 

Une fois installé, la tentation est grande de bavarder avec son voisin, surtout quand on est tout au fond de l'amphi. "Il faut à tout prix éviter de se laisser distraire par les bruits, les allers et venues des uns et des autres...", recommande Magalie, étudiante en M1 psychologie à l'université de Lorraine et présidente de l'association étudiante LEPSY.

 

#3. Se dire que ça ne va pas durer

 

Gardez en tête que seuls les plus motivés resteront. "Après les vacances de Noël, environ un quart de la promo de L1 psycho abandonne", raconte Magalie. Et le constat est le même dans toutes les filières. À partir de janvier, vous n'aurez donc plus à vous battre pour une bonne place.

 

#4. Se fixer un cap

 

Pour rester motivé il est important de travailler sur son projet d'études. "Utilisez les services de l'université en charge de l'orientation pour affiner votre projet professionnel, conseille Loïc, vice-président étudiant de l'université de Rouen (76) et étudiant en master 1 management et marketing des structures sportives professionnelles. Ça donne envie de s'accrocher."

 

#5. Viser les horaires de TD moins prisés

 

Dans certaines filières, les salles de TD sont tout aussi saturées. Et la situation se complique quand les étudiants prennent l'initiative de changer de groupe pour un horaire qui les arrange. Résultat : à Nancy (54), dans la filière psycho de l'université de Lorraine, les TD en début (à 8 h) ou en fin de journée (jusqu'à 20 h) sont moins chargés. Vous savez ce qu'il vous reste à faire... Attention, ce conseil n'est valable que pour les TD où les profs ne font pas l'appel.

 

#6. Trouver sa méthode de travail

 

Taper ses cours sur l'ordinateur, prendre des notes sur un cahier, enregistrer puis retranscrire le cours... "Il n'y a pas une solution meilleure qu'une autre, juge Antoine, vice-président étudiant de l'université Lille 3, en 5e année de chirurgie dentaire. Tout dépend de la manière dont on aime travailler."

 

En PACES, la prise de notes sur ordinateur peut s'avérer compliquée pour les matières où il y a beaucoup de schémas. Pour vous aider à suivre, certains enseignants fournissent leur présentation via la plate-forme de la fac, en version complète ou en version "à trous", à compléter pendant le cours.

 

#7. Récupérer la retranscription du cours

 

Si vous n'avez pas pu arriver à temps pour avoir une bonne place, pas de panique, les profs envoient parfois leurs cours par mail. Certaines associations étudiantes vendent aussi les cours magistraux (2 centimes la page pour l'impression).

 

Autre solution : rejoindre le groupe Facebook de sa promo et demander à la communauté le cours que vous avez manqué. En PACES, les prépas payantes (environ 3.000 € par an) fournissent des retranscriptions complètes clé en main.

 

#8. Frapper à la porte de son asso étudiante

 

En cas de difficulté, de doute, de coup de déprime, poussez la porte de l'association étudiante de votre filière. Vous trouverez toujours une bonne oreille pour vous remotiver et vous conseiller.

 

#9. Profiter du tutorat

 

Dans toutes les filières, les universités mettent en place le système du tutorat. Le principe : des étudiants en L3 ou M1 assurent des permanences pour répondre aux questions des primo-arrivants, approfondir une notion, corriger un exercice... Peu d'étudiants ont le réflexe d'y aller, alors que "c'est une chance, un outil pour étudier sereinement malgré les amphis qui débordent", déplore Loïc.

 

#10. Aller en cours coûte que coûte

 

Malgré les conditions d'enseignement qui sont loin d'être optimales, il est important d'aller en amphi. "Les cours en ligne ou les reprises (parfois nécessaires pour les étudiants salariés bien sûr) ne remplacent jamais totalement un cours en présentiel, où l'enseignant commente, reformule, fait des liens logiques, illustre et peut répondre à des questions, met en garde Sophie Orange, maître de conférences en sociologie à l'université de Nantes (44). Les étudiants ne peuvent se contenter de connaître des données ou des faits pour les partiels, mais devront être capables de les faire dialoguer. D'où la nécessité d'entendre les enseignants développer leurs démonstrations."

Julia Zimmerlich 
Letudiant.fr

Commenter cet article

Archives