Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Epargne : 8 conseils pour améliorer sa retraite, Retraite

Publié par MaRichesse.Com sur 22 Septembre 2015, 04:19am

Catégories : #ECONOMIE, #ARGENT, #RETRAITE, #ASTUCES

Epargne : 8 conseils pour améliorer sa retraite, Retraite

PERP et autres contrats Madelin manquent cruellement de souplesse. Mais ils profitent d’un régime fiscal d’exception qui peut faire la joie des personnes très fortement imposées. Et pour les autres ? A utiliser avec la plus grande modération !

Blocage de l’épargne jusqu’à la retraite, mais régime fiscal très incitatif… Telles sont les caractéristiques du PERP (plan d’épargne retraite populaire), ouvert à tous, et du contrat Madelin, réservé aux professionnels indépendants. La philosophie de ces deux produits est la même. Dans les deux cas, votre épargne est bloquée jusqu’au moment du départ à la retraite. Les retraits sont interdits sauf événements particuliers (décès, invalidité, chômage, etc.). Autre contrainte : la sortie se fait exclusivement en rente viagère, sauf pour le PERP qui autorise un versement à hauteur de 20 % en capital. Enfin, vous êtes libre d’alimenter (ou pas) votre PERP, alors que vous êtes obligé de faire des versements tous les ans sur votre contrat Madelin. Mais, bien utilisés, PERP et contrat Madelin peuvent être d’une redoutable efficacité, notamment fiscale !

1. Placer des sommes dont vous n’avez pas besoin

PERP et contrat Madelin sont des produits d’épargne retraite dits « tunnel », exclusivement dédiés à la préparation de la retraite. Du coup, et sauf événements exceptionnels, vous ne pouvez pas récupérer votre épargne avant le départ à la retraite. Il est donc recommandé d’y placer des sommes dont vous n’avez pas besoin pour vivre ou pour faire face aux coups durs. Sinon privilégiez l’assurance-vie beaucoup plus souple et liquide.

2. Placer le minimum nécessaire pour vivre à la retraite

PERP et contrat Madelin ne bénéficient pas du régime attractif de l’assurance-vie en cas de décès. Là encore, mieux vaut donc n’y placer que des sommes dont vous aurez réellement besoin pour assurer votre train de vie et que vous consommerez à la retraite. Votre épargne complémentaire peut plus opportunément être placée sur un contrat d’assurance-vie, de sorte qu’en cas de décès, vos héritiers bénéficieront de son régime de faveur : les sommes transmises sont exonérées de droits jusqu’à 152.500 euros pour chacun des bénéficiaires.

3. Minimisez les frais

Ecartez tous les contrats qui proposent des frais trop lourds, supérieurs à 3% sur les versements et la rente et supérieurs à 1% pour les frais annuels de gestion. Un certain nombre de PERP lancés dans les deux dernières années, ne prélèvent plus ni frais d’entrée, ni frais sur arrérages de rente. Renseignez-vous ! En termes de gestion financière, PERP et Madelin fonctionnent comme l’assurance-vie, avec un fonds en euros et des unités de compte. Optez pour un contrat bien diversifié, qui offre des supports de différentes maisons de gestion et pas seulement ceux de l’actionnaire de la compagnie d’assurance.

4. Souscrivez si vous êtes fortement imposés

PERP et contrats Madelin bénéficient d’un régime fiscal très avantageux à l’entrée. Les sommes que vous y versez sont, dans une certaine limite, intégralement déductibles de votre revenu imposable. Plus vous êtes imposé, plus c’est intéressant : 45% d’économies d’impôt sur les versements pour les contribuables situés dans la tranche à 45%, 41% d’économies d’impôt pour ceux qui sont dans la tranche à 41%, etc. Imparable ! D’autant que l’avantage fiscal concédé n’entre pas dans le plafond global des niches fiscales de 10.000 euros par an et par foyer fiscal. Pour ceux qui sont dans les tranches d’imposition à 41% et 45% c’est presque toujours avantageux, à condition d’être sûr de subir une forte baisse de revenus à la retraite, comme c’est généralement le cas des professions libérales ou des cadres supérieurs, et de basculer dans une tranche d’imposition inférieure. Sinon, c’est un jeu à somme nulle, puisque l’avantage fiscal obtenu au moment de la constitution de la retraite, sera repris au moment du versement de la rente, elle aussi taxable à l’impôt sur le revenu.

 

5. Profitez de quatre années de déductions avec le PERP

Le plafond de vos versements déductibles est indiqué chaque année et pour chaque membre du couple, dans votre avis d’imposition. Y figure également les montants des plafonds non consommés des trois années précédentes. Le PERP (mais pas le contrat Madelin) vous autorise à utiliser l’avantage fiscal non consommé des trois années précédentes. Mieux, vous pouvez également utiliser les plafonds non consommés de votre conjoint de l’année en cours, mais aussi des trois années précédentes. En clair, si vous souscrivez un PERP et que vous n’avez aucun autre produit d’épargne retraite, la limite de déductibilité fiscale cette année-là, sera multipliée par quatre, voire par huit, si vous utilisez les droits de votre conjoint ! Une personne qui gagne plus de 300.000 euros par an, et assez pour prétendre à l’avantage fiscal maximal, peut théoriquement déduire intégralement 117.043 euros de versements en 2015, au titre du rattrapage sur 4 années. Et un couple, dont chacun gagnerait plus de 300.000 euros par an, pourrait en cumulant ses plafonds, multiplier cette somme par deux, soit 234.086 euros de versements déductibles, ce qui, au passage, représente une économie d’impôt de … 105.339 euros (tranche à 45%) !

6. Travailleurs indépendants : panachez PERP et Madelin

Pour les travailleurs indépendants, le PERP peut être plus avantageux que le Madelin. C’est le cas pour ceux qui ont une capacité d’épargne moyenne ou limitée, et dont les versements n’atteignent pas la limite fiscale de 10% des revenus (la même dans les deux produits). Pour eux, à réduction d’impôt équivalente, le PERP est à privilégier en raison de sa souplesse : pas d’obligation de faire des versements tous les ans et sortie possible en capital à hauteur de 20%. Ceux qui ont de gros revenus et une forte capacité d’épargne en revanche, peuvent panacher PERP et Madelin, pour profiter de l’avantage fiscal supplémentaire offert en Madelin (10% de vos revenus professionnels comme pour le PERP + 15% du bénéfice imposable au-delà de 1 plafond annuel de la Sécurité sociale).

7. Veillez aux modes de sortie en cas de décès

Vérifiez scrupuleusement les modes de sortie qui vous sont offerts. Le contrat doit prévoir des « annuités garanties », sommes qui seront versées tous les ans pendant une durée fixée à l’avance, à vous si vous êtes en vie ou, en cas de décès, à votre conjoint ou à vos bénéficiaires. La durée maximale de ces annuités garanties est fixée par la loi à votre espérance de vie à l’âge de la retraite, moins 5 ans. Là encore, choisissez un contrat qui vous autorise à aller au maximum de cette durée légale.

8. Transférez vos contrats peu performants

 

Si vous n’êtes pas satisfait de votre PERP ou contrats Madelin, vous pouvez les transférer. Des pénalités de 5% au maximum de votre épargne peuvent être prélevées à cette occasion, mais elles sont interdites après 10 ans. 

lesechos.fr/

Pensez à saturer votre Perco !
Si votre employeur propose un Perco (plan d’épargne retraite collectif), profitez-en ! Ce produit est plus souple que le PERP ou le contrat Madelin : la sortie peut se faire intégralement en capital et les possibilités de déblocage anticipé sont plus larges, les retraits étant autorisés pour l’achat de la résidence principale. Mais surtout, il se peut que, pour vous encourager à épargner pour votre retrait, votre employeur abonde votre Perco. Si l’abondement est de 100% par exemple, cela signifie que quand vous versez 100 euros, votre employeur en verse également 100 euros ! Vérifiez la formule d’abondement applicable dans votre entreprise et faites en sorte de verser juste le nécessaire pour aller chercher l’abondement maximal de votre employeur. C’est un cadeau dont vous auriez tort de vous priver ! Pensez à faire systématiquement votre versement tous les ans, l’abondement de l’employeur n’est pas reportable d’une année sur l’autre.

En savoir plus sur http://patrimoine.lesechos.fr/patrimoine/retraite/021337282118-epargne-8-conseils-pour-ameliorer-sa-retraite-1157602.php?MFdlxE2VuWqTPSwx.99

Commenter cet article

Archives