Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les 10 vérités de Michel Sardou

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Août 2015, 07:13am

Catégories : #PEOPLE, #RELATIONS

Les 10 vérités de Michel Sardou

Depuis plusieurs années, le chanteur français de 68 ans s'illustre en tirant à boulets rouges sur tout et n'importe qui. Florilège.

Interviewer Michel Sardou, c'est l'assurance d'avoir à chaque fois quelques phrases croustillantes à se mettre sous la dent. Le chanteur français de 68 ans, connu pour son franc-parler, enchaîne depuis plusieurs années les pics et les déclarations chocs dans les médias, au risque de se mettre certaines personnes à dos. Ses victimes préférées: les hommes politiques, les jeunes artistes ou encore Johnny Hallyday.  

 

1. "Les artistes ont une mentalité de fonctionnaires"

Dans Le Point paru ce jeudi, Michel Sardou s'en prend aux chanteurs actuels qui, selon lui, "ne se lancent plus sans l'assurance que l'Etat va les aider." Pour lui, les titres n'ont tout simplement plus aucun sens. "Je me demande où l'auteur veut en venir. Souvent, nulle part. Ça ne raconte rien [...] Désormais on produit du son", déplore-t-il. Seuls les rappeurs trouvent grâce à ses yeux. "Il n'y a qu'eux qui ont des couilles", lance Michel Sardou, sans pour autant être en mesure de citer des noms. Il avoue néanmoins ne pas pouvoir les écouter trop longtemps. "Très vite, ça me casse les oreilles." 

 

2. La politique "ça manque de tripes, c'est à vous faire regretter l'époque de Georges Marchais"

Dans le même entretien à l'hebdomadaire, Michel Sardou ne se prive pas pour égratigner les hommes et les femmes politiques actuels, gauche et droite confondues. D'après lui, il n'y a qu'un qui "dit ce qu'il pense": Jean-Luc Mélenchon. S'il apprécie le franc-parler du président du Front de gauche, il reconnaît toutefois que ses idées ne sont pas son "genre de beauté".  

 

3. "Louane n'est pas très maligne, on va dire ce qui est"

En juin dernier, c'est la jeune chanteuse Louane Emera, héroïne du film La Famille Bélier, qui en prend pour son grade. En cause: le titre Je vole signé Michel Sardou et repris par la jeune femme de 18 ans dans le long-métrage d'Eric Lartigau. 

En marge d'un concert au mois de mai, Louane avait indiqué qu'elle n'avait "pas le droit" d'interpréter cette chanson, sous-entendant que Michel Sardou s'y était opposé. Une déclaration que n'a pas apprécié l'interprète original du titre. "Elle dit des conneries cette petite", a-t-il lancé au micro d'Europe 1, avant de poursuivre: "Moi j'ai donné mon autorisation. À partir du moment, où je l'ai donnée, elle fait ce qu'elle veut."  

 

4. "Moi je travaille bien le dimanche, personne ne m'emmerde"

Puisque Michel Sardou a un avis sur tout, pourquoi n'en aurait-il pas un sur le travail du dimanche? Dans un entretien accordé au Figaro en décembre 2014, le chanteur pousse un nouveau coup de gueule. "Il n'y a qu'en France qu'on a des manifs qui ne servent à rien [...] Mais pourquoi on casse les pieds aux gens? Ceux qui veulent travailler, ils travaillent et les autres, non!" Il prend par la même occasion la défense du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, estimant que ce dernier "se fait jeter comme un lépreux".  

 

5. "Ce que j'aime chez Zemmour, c'est qu'il est drôle"

Egalement interrogé par Le Figaro sur le dernier livre d'Eric ZemmourLe suicide français, Michel Sardou n'a pas caché son engouement envers le polémiste dont il apprécie tout particulièrement le sens de l'humour. Il s'est par ailleurs réjoui du succès rencontré par son ouvrage. "C'est bien pour lui. Il a fait un triomphe."  

 

6. "Je ne suis plus du tout exportable, je suis comme le poireau"

Contrairement à bon nombre d'artistes français (Gérard Depardieu, Johnny Hallyday...), Michel Sardou n'a pas déménagé et vit toujours en France. Chose qu'il revendique haut et fort. Au Figaro, il confie qu'"il ne peut vivre nulle part ailleurs qu'en France". "A une époque, j'ai acheté une maison en Floride, une résidence secondaire que j'ai déclarée. J'allais y passer trois mois par an mais à la fin je n'en pouvais plus."    

 

7. "Au nom de la laïcité, détruisons les églises pendant qu'on y est"

Autre polémique qui n'a pas échappé à Michel Sardou: celle, en décembre 2014, concernant l'interdiction d'installer une crèche de Noël au Conseil général de Vendée. Visiblement, l'affaire a hérissé le poil du chanteur. "Je ne suis ni fervent catholique, ni pratiquant, mais là, non. Qu'est-ce-que c'est que ces conneries! Ça dérange qui? [...] On va peut-être interdire les bûches de Noël, aussi? [...] Arrêtons d'être cons."   

 

8. "Je me passe très bien de Johnny Hallyday"

Ce n'est plus un secret pour personne, les deux hommes ne s'adressent plus la parole. Une brouille qui aurait été déclenchée en 2013 à la suite d'une petite phrase prononcée par Michel Sardou lors d'un concert sur la fille adoptive de Johnny Hallyday: "Johnny est venu avec sa Viet Cong", aurait lancé l'interprète de La Maladie d'amour. En octobre 2014, Michel Sardou est revenu sur cet épisode dans les colonnes de l'hebdomadaire VSD. Pour lui, le coupable, c'est Johnny. "On ne sait même plus pourquoi on s'est fâchés en fait. Lorsqu'on a un différend, il faut être capable de se dire ce qui s'est passé. Lui ne veut pas."   

 

9. "Ce siècle m'emmerde"

Michel Sardou est un homme nostalgique. En septembre 2014 lors d'une interview accordée au magazine VSD, il évoque ses regrets. "Je suis arrivé trop tard dans un siècle trop vieux. Il n'y a que des interdits", confie-t-il. Pour lui, tout était mieux avant. "Quand j'avais 20 ans, on pouvait rouler vite, picoler, fumer n'importe où. Et quand on tirait une gonzesse, la seule peur qu'on avait c'était de la mettre enceinte. Ou de choper une petite chtouille, mais pour ça il y avait le bleu de méthylène!"   

 

10. "Si j'avais 25 ans, je quitterais la France"

Pour Michel Sardou, la France n'est plus aussi attractive qu'elle l'était dans le passé. "On nous a enlevé l'envie de prendre des risques", regrette-t-il, interrogé par Le Figaro en mai 2013. 

Lexpress.fr/

 

Commenter cet article

Archives