Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Familles recomposées : les 10 conseils pour réussir vos vacances

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Août 2015, 12:40pm

Catégories : #ASTUCES, #FAMILLE, #PARENT, #VACANCES

Familles recomposées : les 10 conseils pour réussir vos vacances

Les vacances pour une famille recomposée peuvent être un véritable challenge. Pour le relever, Élodie Cingal, auteure de Ma famille recomposée (1), nous prodigue ses conseils et précise les erreurs à ne pas commettre.

 

- Quels conseils donnez-vous à une famille recomposée qui part en vacances ?
Élodie Cingal. - Cela dépend depuis combien de temps elle est recomposée. Pour une famille déjà reformée depuis plusieurs années, il y a moins de soucis. Lorsque la recomposition est récente et lorsque ce sont les premières vacances, il faut éviter la précipitation. Et ne pas chercher à passer toutes les vacances ensemble. On peut, par exemple, répartir les périodes avec une ou deux semaines en grand format et une ou deux semaine où chacun reste avec ses propres enfants. Il faut surtout faire en sorte que l’enfant ne se sente pas menacé, car passer de vacances seul avec son parent à des vacances avec une famille entière peut être difficile.

Au niveau des activités, peut-on faire plaisir à tout le monde Pour les activités, il faut choisir des loisirs qui plairont à tout le monde. Si on choisit de faire du paintball, les petits vont s’ennuyer à rester assis et à observer. Si on va à Legoland, ce sont les grands qui vont bailler. Le risque, c’est aussi de donner un sentiment de favoritisme. Au risque de ne rien faire d’exceptionnel, on opte pour des activités qui vont satisfaire tout le monde : équitation, piscine, randonnée, cours de cuisine ensemble…  Au fur et à mesure, tout le monde va se faire plaisir. Il faut aussi respecter les cultures familiales. Une fratrie d’intellos va détester faire du roller. Les sportifs, eux, vont s’ennuyer au musée. On peut essayer de trouver un compromis en proposant du vélo, qui nécessite moins de compétences sportives. Il ne faut surtout pas être rigide. Si chaque enfant de chaque fratrie a ses propres intérêts, alors les parents se séparent. On négocie dans la famille recomposée, on fait aussi part de ce qu’on a sacrifié. Une chose aussi à retenir, en ce qui concerne les adolescents : un adolescent, quelle que soit la famille, ça boude, et ça tire la tête ! Il ne faut surtout pas se vexer.

L'alchimie entre les différents membre d'une famille recomposée est-elle possible ?
Pour beaucoup, le départ tous ensemble est idéalisé. Alors qu'il ne faut surtout pas se donner pour mission de ressembler à la « famille Ricoré », sinon c’est fichu. Les vacances, c’est aussi la première fois où on va se retrouver ensemble 24 heures sur 24. Avec le risque de saturation, voire de rejet. Il faut que l’enfant puisse s’isoler, il faut le laisser voir ses copains. Il ne faut pas être dans l’optique de la famille à tout prix. On part du principe qu’une famille recomposée, c’est le papa, la maman, les beaux-parents et les fratries. Il faut aussi à tout prix communiquer avec le parent qui n’est pas là. L’idéal serait un coup de téléphone deux fois par semaine. Une famille recomposée, c’est aussi l’ex, voire les deux ex.

Et si mes enfants et mon conjoint ne s’entendent pas ? Ou si ceux-ci ne m’aiment pas en tant que beau-parent ?
Pendant les vacances, les désaccords sont mis de côté. Tout ça s’atténue, les parents sont plus décontractés et laissent faire plein de choses. Ils sont moins rigides, et les enfants sont plus souvent dehors. J’ai vu des cas où les enfants détestaient leur belle-mère et refusaient vraiment de passer du temps avec elle : plus tard, ils partaient en vacances trois semaines en sa compagnie. Il ne faut simplement pas imposer son nouveau conjoint trop vite et attendre qu’il obtienne la confiance de l’enfant.

En tant que beau parent, est-ce que je peux m’imposer ?
Lorsqu’on est un nouveau beau-parent, on est censé être un peu discret. Il peut y avoir des heurts, mais en général, la dynamique se fait toute seule. Quoi qu’il arrive, un beau-parent n’acquiert l’autorité que via la confiance de l’enfant. Encore une fois, si l’enfant répond en lançant « t’es pas mon père » ou « t'es pas ma mère » lorsque vous lui faites une remarque ou lui demandez de faire quelque chose, il faut lui rappeler qu’on le sait et il ne faut pas se formaliser.

Comment s’organise-t-on avec les enfants de différentes fratries ?
Majoritairement, les enfants sont contents d’avoir de nouveaux membres dans leur fratrie, surtout quand ils ont le même âge. Cela leur permet du créer du lien, notamment autour d’activités liées à la piscine ou à la plage. Mettre ensemble des adolescents et des petits, c’est plus compliqué. On peut avoir des grands qui adorent les petits et aiment s’en occuper. On a tendance à se dire qu’on laisse la garde des petits aux grands, ce dont ils n’ont pas forcément envie. Ils veulent bien rigoler avec eux mais ne veulent pas se priver de leurs amis. La garde des plus petits, ça se passe mieux dans les fratries de mêmes parents.

(1) Ma famille recomposée. Mon nouvel amour, ses enfants, mes enfants, nos ex... et moi !, d'Élodie Cingal, Éd. Tournez la page, 192 p., 14,95 €.

  •  
  • lefigaro

Commenter cet article

Archives