Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Namibie: ce génocide que l'Allemagne refuse toujours de reconnaître

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Juillet 2015, 08:56am

Catégories : #AFRIQUE, #ALLEMAGNE, #NEWS

On oublie souvent que l'Allemagne est une ancienne puissance coloniale, d'une part parce qu'elle n'a commencé à occuper des territoires situés hors du continent européen qu'après son unification en 1871, soit plus de trois siècles après la France et l'Angleterre, d'autre part parce son empire colonial, concentré sur le continent africain, était bien moins vaste que ceux de ses rivaux.

 

Des survivants du massacre des Hereros, en 1907. Ullstein Bilderdienst via Wikimedia Commons.

Des survivants du massacre des Hereros, en 1907. Ullstein Bilderdienst via Wikimedia Commons.

La colonisation allemande a été particulièrement sanglante en Namibie, occupée entre 1884 et 1915, où une révolte des peuples héréros et namas a été matée entre 1904 et 1907 par l'armée allemande, faisant plus de 100.000 victimes chez les deux ethnies. Dépêché sur place, le général allemand Lothar von Trotha avait édicté dans son «ordre d’anéantissement» que«chaque Héréro se trouvant sur le sol allemand sera fusillé». Trente ans avant l'avènement du nazisme, plusieurs milliers d'Héréros et Namas furent envoyés dans des camps de concentration où leur geôliers les laissaient mourir de faim, de soif et de maladie. Les crânes des victimes étaient ensuite envoyés en Allemagne, où ils servaient d'objets d'études «scientifiques» aux tenants des théories racistes. Depuis 2011, le gouvernement allemand a remis plusieurs dizaines de ces ossements à la Namibie.

Mais 100 ans après avoir perdu sa colonie, conquise durant la Première Guerre mondiale par les troupes de l'Union sud-africaine, l'Allemagne n'a officiellement toujours pas reconnu l'existence de ce génocide, comme le dénonce le quotidien allemand Die Tageszeitung. À cette occasion, une délégation namibienne composée de représentants des peuples héréros et namas s'est rendue cette semaine à Berlin pour demander des excuses officielles, mais n'a pas obtenu d'entrevue avec le président Joachim Gauck ni avec aucun représentant du gouvernement allemand:

«Officiellement, le gouvernement fédéral souligne que son interlocuteur est le gouvernement namibien. Officieusement, on doute de la représentativité de la délégation qui s'est rendue en Allemagne. Il y aurait trop de représentants rivaux du peuple héréro, explique un diplomate haut placé.»

Une explication que rejette Vekuli Rukoro, chef du peuple héréro et membre de la délégation, qui la qualifie auprès de Die Tageszeitung de «prétexte colonial», et qui demande à ce que le massacre soit officiellement reconnu par l'Allemagne en tant que génocide, des excuses officielles et l'organisation d'une table ronde avec les descendants des victimes.

Comme le fait remarquer le quotidien berlinois, sur le mémorial dédié aux victimes de ces massacres, qui se trouve à Berlin, le terme de «génocide» ne figure pas. En outre, il est placé juste à côté d'un autre mémorial dédié aux soldats allemands morts durant cette guerre coloniale:

«On imagine comment ce serait si l'Allemagne rendait hommage aux victimes de l'Holocauste avec une stèle posée devant un mémorial dédié aux combattants nazis.»

La visite de la délégation namibienne à Berlin n'a pourtant pas été vaine. Le président du Bundestag, Norbert Lammert (CDU), publie cette semaine dans l'hebdomadaire Die Zeit une tribune dans laquelle il qualifie de «génocide» et de«guerre raciale» les massacres perpétrés par l'armée allemande en Namibie.

Un pas vers une reconnaissance officielle, à laquelle s'ajoute également un appel lancé par l'organisation allemande «Völkermord verjährt nicht!» («Il n'y a pas prescription concernant le génocide») et signé notamment par plusieurs députés de l'opposition, qui a été remis à l'administration de la présidence fédérale. 

 Slate

 

Commenter cet article

Archives