Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ebola : le Liberia se croyait libéré mais déclare trois cas

Publié par MaRichesse.Com sur 2 Juillet 2015, 02:47am

Catégories : #EBOLA, #AFRIQUE, #NEWS

Ebola : le Liberia se croyait libéré mais déclare trois cas
Un an et demi après le début de l'épidémie en Afrique de l'Ouest, les trois pays touchés n'arrivent pas à l'éradiquer totalement. Le Liberia, où la fin de l'épidémie avait été déclarée le 9 mai, a annoncé mardi avoir détecté un cas, puis deux autres mercredi.

 

Comme un bout de scotch dont on ne pourrait pas se débarrasser. Le 9 mai, la fin de l'épidémie de fièvre à virus Ebola était officiellement déclarée au Liberia, après 42 jours (double du temps maximum d'incubation) sans nouveau cas. Mais sept semaines plus tard, trois malades se sont ajoutés aux 27 514 cas, dont 11 220 morts, enregistrés depuis le début de l'épidémie en Afrique de l'Ouest selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé. Quant à la Guinée, elle peine à passer sous la barre d'une dizaine de cas, et en Sierra Leone un test positif sur une femme venant d'accoucher a douché les espoirs après trois semaine sans nouveau cas.

Au Liberia, c'est le décès près de Monrovia d'un adolescent de 17 ans qui a été annoncé mardi. «Il est probable que nous allons trouver des cas supplémentaires», expliquait alors la ministre de la Santé libérienne. La suite lui a donné raison: mercredi, deux autres malades en lien avec le premier ont été découverts et des analyses sanguines sont encore en cours. «Ce n'est pas totalement une surprise puisque le virus circule toujours», estime le Pr Pierre-Yves Boelle, épidémiologiste et responsable d'une équipe de recherche Inserm-Paris 6, et peut notamment être transmis par voie sexuelle plusieurs mois après la guérison. «Ce qui est étonnant, ajoute l'épidémiologiste, c'est que l'on n'a pas idée de la chaîne de transmission» dont a été victime l'adolescent: la piste d'une contamination par un animal n'est pas privilégié puisqu'il était en zone urbaine, et rien n'indique qu'il aurait pu aller en Guinée ou Sierra Leone.  

 

 

 

L'épidémie peut-elle repartir?

Commenter cet article

Archives