Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


17 bonnes réponses à votre ami de droite qui vous bassine sur la Grèce

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Juillet 2015, 01:40am

Catégories : #GRÈCE, #POLITIQUE, #ECONOMIE, #EUROPE

17 bonnes réponses à votre ami de droite qui vous bassine sur la Grèce

Tu  votes probablement à gauche, mais tu n’es pas sectaire pour un sou, tu as donc le bonheur d’avoir des amis de droite, qui aiment les budgets contenus et équilibrés et ne jurent que par la "responsabilité". L’un d’eux est particulièrement irritant, surtout depuis qu’il a pris la Grèce pour cible. Appelons-le Nicolas. A chaque dîner entre amis, il dégaine sa savante panoplie d’arguments pour expliquer pourquoi il faut laisser tomber les Grecs comme de vieilles sandales : ils l’ont bien cherché.

Toi, tu sens bien que tu n’ébranleras jamais Nicolas en prônant la solidarité avec les peuples qui souffrent, encore moins en glorifiant l’amitié franco-grecque que chantaient au 19e siècle Hugo, Delacroix, Chateaubriand ou Berlioz et autres philhellénistes. Voici donc un petit vademecum qui t’aidera à répondre, pied à pied, aux arguments de ton fâcheux ami, s’il vient te chercher de nouveau sur la question grecque.

1"Les Grecs pleurnichent, mais ils sont les seuls responsables de ce qui leur arrive"

Les dirigeants Grecs ont fait des grosses erreurs, sans doute. Ils ont maquillé leurs comptes pour entrer dans l’euro, avec l’aide de la banque Goldman Sachs. De même, ils ne se sont pas attaqué avec assez de vigueur au clientélisme de leur système politique. L’UE ne les a pas aidés dans cette tâche. Mais le nouveau gouvernement grec, composé de personnalités nouvelles, n’est pas corrompu : c’est le mieux placé pour conduire la réforme de l’Etat. Il faut donc l'aider au lieu de l'enfoncer.

Mettre sur le dos des Grecs leur quasi-faillite est injuste. Leurs problèmes ont été déclenchés par la crise américaines des subprimes : avant 2008, les chiffres de l’économie grecque étaient encourageants. Le PIB par habitant était passé de 22.000 euros à 30.000 euros entre 1999 et 2007.

Et depuis quelques années, ce ne sont pas eux qui coordonnent la politique économique du pays, c’est la troïka : UE, BCE, FMI. L’austérité qui leur a été imposée par ce trio a terriblement aggravé les choses. De ce point de vue, c’est plutôt l’UE qui a une dette envers les Grecs. 

2"Le seul moyen de résoudre le problème des Grecs, c'est qu'ils dégagent un surplus budgétaire qui leur permettra de rembourser leur dette"

Ce n’est pas "le seul moyen", c’est le plus idiot. Il est d’ailleurs très rare, historiquement, qu'un pays résolve son problème d’endettement de cette façon. Généralement, c’est l’inflation ou l’annulation qui permettent d’effacer les ardoises. Sais-tu que la France et l’Allemagne ont ainsi eu droit à des remises de dette énormes après la seconde guerre mondiale, ce qui leur a permis de redémarrer ?

Imposer à un pays de dégager un surplus primaire (avant paiement des intérêts) de 3,5% à partir de 2018 est "d’une stupidité aveugle", pour citer le Nobel Joseph Stiglitz. C’est lui flanquer un nouveau boulet au pied pour des années, c’est empêcher son économie de redécoller après l’avoir fait sombrer délibérément par des saignées violentes. Tout se passe comme si on cherchait à "punir" la Grèce : c’est une approche disciplinaire et moralisatrice, mais elle n’est ni pragmatique, ni européenne, ni humaine.

3"Tsipras est un maître chanteur irresponsable. Il a tenté de commettre une extorsion en prenant en otage 50 ans de construction européenne"

Tsipras a simplement tenté d’instaurer un rapport de force, ce qui est très difficile quand on est à la tête d’un pays qui ne pèse que 2% du PIB de l’UE. Mais il est resté pro-européen jusqu’au bout, allant jusqu’à boire la ciguë que lui offrait l’Europe pour éviter d’en être chassé.

On peut difficilement le traiter d’irresponsable : il a au contraire été responsable jusqu’à risquer son propre suicide politique.

4"Les Grecs n'ont pas fait de réformes"

Les Grecs ont fait plus de "réformes", souvent douloureuses, qu'Angela Merkel sous son mandat.

Prenons les retraites, par exemple : depuis 2012, l'âge légal du départ à la retraite est passé de 60 à 62 ans et les salariés doivent travailler 40 ans, et non plus 37,5, pour prétendre à une pension à taux plein. Les pensions ont été diminuées de 20% en moyenne. La liste des métiers "pénibles" ayant droit à un régime plus favorable est passée de 30% à 10%...
Ajoutons que les salaires ont baissé de 20% en moyenne. Quel autre pays supporterait cela ?

Ce qui est vrai, c’est que la Grèce n'a pas réalisé toutes les réformes imposées par la Troïka, qui avait dressé une liste parfaitement irréaliste. La France a mis des siècles à construire un Etat moderne, et on donne à la Grèce quelques mois pour le faire !

 

 

5"Les Grecs ont déjà eu une annulation de dette en 2012"

Cette amputation ne concernait que les créanciers privés, qui ont "pris leur paume" selon les lois du marché. Leurs créances ont connu une décite de 50%.

Pragmatiques, ils ne se sont pas énormément plaint : c’est pour eux aussi banal que la chute du cours d’une action.

6"La Troïka leur a apporté des flots d'argent pour financer leurs déficits, sans parler des aides structurelles européennes"

L'aide n'a pas non plus été un cadeau, mais une série de prêts pour éviter que les problèmes grecs viennent déstabiliser la zone euro et ses banques.

Ces prêts ont d'ailleurs gravement alourdi la dette du gouvernement grec. Et cet argent n’a pas "aidé" le peuple : il n’a servi qu’à rembourser d’autres créanciers, et à soutenir le secteur bancaire.

7"Pourquoi cette fascination pour l'annulation de la dette ? Elle a déjà été restructurée. Rapporté au PIB, le service de la dette de la Grèce en 2015 est comparable à celui de la France"

Le problème, c’est que les institutions ne se calent pas sur le ratio service de la dette/PIB pour infliger leurs programme d’austérité, mais sur le ratio dette/PIB. Qui n’a cessé de grimper à cause des politiques que ces mêmes institutions ont imposées !

Sur le fond, le poids de la dette reste un problème : l'alléger permettrait de donner une perspective à la Grèce, et de faciliter le retour à la croissance. Et selon un rapport du FMI, si on ne la restructure pas, elle passera de 180 à  200% du PIB dans les deux prochaines années.

8"Vouloir réduire la créance du FMI sur la Grèce serait monstrueux : ce serait faire payer le Bangladesh et le Sénégal pour un pays européen"

Pas faux. Mais l’Europe peut racheter la créance du FMI(30 milliards de dollars) ce qui n’est rien par rapport aux 1.000 milliards que la Banque centrale européenne a créé dans le cadre du programme de "quantitative easing".

9"Les Grecs ont un problème avec l'impôt"

Il s’agit d’un cliché culturaliste, voire essentialiste, aussi caricatural que "les Allemands sont disciplinés" ou "les Français sont râleurs".

Les recettes fiscales on baissé, mais c’est parce que la base fiscale a fondu. Quand le chômage passe de 10% à 25%, il ne faut pas s’étonner que l’impôt entre moins bien.

Les deux tiers des travailleurs (salariés du privé ou fonctionnaires) payent leurs impôts pour une raison simple : ils sont prélevés à la source ! Le problème, ce sont les rentrées d’impôts dûs par les professions libérales, les riches, les grandes entreprises. Il faut aider les Grecs à bâtir un cadastre et à mieux imposer les rentes et le capital.

10"Les retraites des Grecs sont généreuses comparées aux autres pays"

Pour affirmer cela, tu te bases sur le taux de reversion. Mais ce n’est pas parce qu’un retraité grec touche une pension de 70% de son salaire qu’il est plus riche qu’un retraité allemand, qui n’en touche que 57%.

Ce qu’il faut regarder, c’est le niveau réel des pensions : et là, tu te rends compte que 60% des retraités sont en dessous de 800 euros par mois, et que 45% sont est en dessous du seuil de pauvreté (665 euros).

11"Le gouvernement Tsipras est rouge-brun. Il s'est allié au parti d'extrême-droite ANEL !"

ANEL n’est pas tellement plus brun que Nicolas Dupont-Aignan ou Jean-Pierre Chevènement. Son leader a tenu des propos détestables, je te l’accorde. Mais ce n’est pas "Aube Dorée" non plus.

12"Un Grexit clarifierait les choses"

Un Grexit imposé par l’UE serait extrêmement violent : l’Europe ne peut congédier la Grèce ! Le pays risquerait de connaître un chaos économique et de tomber dans les bras de la Russie. Un tel Grexit galvaniserait l’extrême droite, en Grèce et ailleurs. Il exciterait les marchés qui spéculeraient contre les dettes italiennes, espagnoles… faisant monter leurs taux d’intérêt. Bref, sauf s’il est choisi par les Grecs et accompagné par un vrai "plan Marshall", un Grexit serait une très mauvaise solution. D'autant que la Grèce exporte peu, et profiterait donc peu de l'effet "compétitivité" d'une dévaluation.  

Si les créanciers de la Grèce espèrent être remboursés en prenant cette voie-là, ils se font des illusions : un Grexit éloignerait encore plus les chances de la Grèce de redevenir solvable.

 

 

"Annuler une partie de la dette grecque, alors que d'autres pays ont fait des efforts pour la contenir, serait injuste"

L’argument est absurde : ce n’est pas parce que certains pays ont injustement été soumis à une cure parfaitement inefficace d’austérité qu’il faut l’imposer aux autres.

Proposes-tu, au nom des souffrances des Portugais ou des Italiens, de condamner les Grecs à souffrir plus encore ? Bravo pour ta conception de l’Europe.

14"Les Grecs ne foutent rien"

Je n’attendais plus que ce cliché typiquement sarkozyste ("Le problème, c'est qu'on ne travaille pas assez en Grèce" – Nicolas Sarkozy le 8 juillet). C’est une fable ! Selon les chiffres d'Eurostat, les Grecs sont ceux qui travaillent le plus par semaine au sein de l’UE : 40,6 heures en moyenne !

Regarde donc cet article d’Alter Eco.

15"Les Grecs n'ont pas le courage de faire payer des taxes à leurs armateurs"

Les taxes sur les armateurs ne sont pas moindre que dans les autres pays. Le problème, c’est que ce sont des gens très difficile à taxer, car leur outil de production flotte : il peut changer de latitude et de pavillon très facilement. 

16"Les Grecs ne sont pas fichus de faire payer leur Eglise"

L’Eglise est traitée comme toutes les autres ONG du pays. Il faut savoir aussi qu’elle assure une partie des services publics, gratuitement. Et elle gère mal son patrimoine immobilier, qui crache très peu d’argent : le gouvernement Tsipras entend créer des holdings communs pour l’aider à mieux tirer partie de ce patrimoine, et une partie des ressources ira à l’Etat.

 

17"Pourquoi les Français renonceraient-ils à 700 euros chacun, en cas d'annulation de la dette grecque, pour les beaux yeux des Grecs ?"

Parce qu’ils gagneraient beaucoup plus que 700 euros si l’on parvenait à faire redémarrer la croissanceeuropéenne, qui est bloquée par l’austérité actuelle ! On peut imaginer que cette annulation s’inscrive dans le cadre d’une conférence plus large, qui conduirait à réduire la dette publique de tous les pays européens.

J’ajoute qu’un effacement de créance de 700 euros par Français n’aurait qu’un impact comptable pour la France. Comme l’explique bien "La Tribune", il ne se traduirait pas par des impôts supplémentaires.

Pascal Riché obs

 

Commenter cet article

Archives