Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Start-up, comment conduire une levée de fond avec succès ?

Publié par MaRichesse.Com sur 21 Juin 2015, 07:33am

Catégories : #TECHNOLOGIE, #ECONOMIE, #ENTREPRISE, #ARGENT

Start-up, comment conduire une levée de fond avec succès ?

Pas simple quand on est une start-up de boucler ses premières levées de fonds. La bonne idée, la motivation, ne suffisent pas toujours. Entre autres garanties, l'entrepreneur peut miser sur une bonne assurance pour rassurer ses futurs investisseurs.

Dans un environnement économique où le temps s'accélère, les entreprises qui fondent leur développement sur l'autofinancement sont de plus en plus rares. Les start-up ont besoin de lever de l'argent pour accélérer leur croissance, voire ont besoin d'enchaîner les levées de fonds pour grossir plus vite.

Aujourd'hui, une start-up mène en moyenne de 2 à 5 levées de fonds avant d'entrer en bourse, d'être rachetée par plus gros qu'elle... ou de disparaître. La première levée de fond est bien souvent réalisée auprès de la famille et des proches, c'est ce que l'on nomme la "love money". Passé cette phase d'amorçage, le créateur d'entreprise doit ensuite prendre son bâton de pèlerin et frapper à la porte des investisseurs (Business Angels, plateformes de crowdfunding, ...) pour les convaincre de miser sur son aventure. C'est la phase la plus critique dans la vie d'une start-up. Certains ont baptisé cette phase la "vallée de la mort". C'est là que la start-up doit parvenir à lever entre 500 000 euros et 2 millions d'euros avant que les fonds d'investissement ne commencent à s'intéresser à elle.

Pour séduire les investisseurs, la " bonne idée " ne suffit plus

Il faut être armé d'un business plan convaincant

Pour retenir l'attention de ces investisseurs dans cette phase critique, pas de mystère. La bonne idée ne suffit plus. Il faut pouvoir présenter un dossier solide à des investisseurs qui voient défiler des créateurs enthousiastes et sûrs de leur succès à longueur de journée.

Pour se présenter devant eux, il faut être armé d'un business plan convaincant. La stratégie de l'entreprise sur son marché doit être extrêmement claire et lisible pour l'investisseur. Le créateur doit démontrer qu'il maîtrise les arcanes du marché auquel il s'attaque et doit pouvoir expliquer clairement quelle va être la valeur ajoutée de son service ou de son produit, sa différence par rapport aux acteurs déjà présents. 

Bien entendu, la santé financière de la start-up va peser dans le choix d'un investisseur. Qui sont les premiers investisseurs ? L'entreprise compte-elle déjà un Business Angel connu parmi eux, quel montant l'entreprise a-t-elle déjà réussi à réunir, a-t-elle décroché des subventions, des aides ? A ce stade, le critère le plus important est : a-t-elle pu décrocher des premiers clients significatifs ?

L'assurance, un gage de sérieux de l'entrepreneur

Souscrire une assurance professionnelle c'est aussi un bon moyen de rassurer l'investisseur

Souscrire une assurance professionnelle adaptée à son activité est aussi un élément qui va jouer en faveur du créateur d'entreprise.  En effet, disposer d'une assurance  responsabilité civile professionnelle, d'un recours juridique inclus, voire opter pour une assurance qui couvre les risques de perte ou vol de données, est un bon moyen de limiter les risques qui pèsent sur une entreprise naissante. C'est aussi un bon moyen de rassurer l'investisseur en termes de prise de risque, ce qui constitue un élément clé dans sa prise de décision.

Enfin, le dernier point clé qui peut emporter la décision d'un investisseur, c'est l'élément humain. La création d'entreprise n'est pas l'affaire d'un homme seul. L'entrepreneur doit savoir s'entourer, car l'investisseur va avant tout juger de l'efficacité d'une équipe à mener à bien le projet, à réussir la commercialisation du produit. Le talent seul du créateur ne suffit plus. 

Tous ces éléments réunis vont permettre au créateur d'entreprise d'enchaîner les levées de fonds successives qui le mèneront peut-être un jour vers l'introduction en bourse.

 JDN

 

Commenter cet article

Archives