Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Qui se cache derrière Leah Palmer ?

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Juin 2015, 01:02am

Catégories : #INSOLITE, #INTERNET

Qui se cache derrière Leah Palmer ?

Leah Palmer est une professionnelle de la mode suivie par des milliers d'admirateurs sur les réseaux sociaux. Une vie de jet-setteuse, beaucoup d'amis, des voyages dans tous les coins branchés de la planète… Bref, la copine de rêve pour n'importe quel adolescent et un modèle pour de nombreuses jeunes femmes. Son agenda surchargé l'obligeait même à organiser des rendez-vous avec ses fans. Pourtant, comme le rapporte le site Buzzfeed"elle annulait toujours à la dernière minute : elle tombait malade pile au mauvais moment, ou devait gérer une crise familiale". Et pour cause, Leah Palmer n'a jamais existé.

 

Pourtant, de nombreux adolescents qui suivaient son parcours tous les jours n'ont rien vu ou ont préféré ne rien voir. Même son compagnon, un athlète semi-professionnel, est tombé dans le panneau. "A chaque fois que nous prévoyions une rencontre, elle avait une excuse", raconte-t-il à Buzzfeed. "Tout le temps où nous avons été en contact elle jouait un peu sur la corde sensible, parlait de la mort de son frère et de plusieurs autres tragédies familiales. Donc je lui accordais toujours le bénéfice du doute pour nos rendez-vous."

Et sa stratégie fonctionne. Alors qu'ils ont entamé une relation amoureuse en ligne en juillet 2012, le jeune homme n'a jamais pu la rencontrer ou même la voir sur Skype. Mais le jeune homme ne s'inquiète pas outre mesure. La blogueuse affirmait souffrir de dépression. Son compagnon la croit, la soutient, jusqu'en janvier 2015 où le jeune homme reçoit un message via Instagram d'une femme appelée Ruth : "Je ne sais pas à qui tu as parlé tout ce temps, mais je crois qu'il faut que tu m'appelles." Ruth Palmer, 25 ans, dont le nom d'épouse est Graves, est originaire de Brighton, en Angleterre, mais vit désormais à Dubaï avec son mari. Elle est chargée de compte dans une entreprise internationale et mène une vie bien remplie. En réalité, le visage de Leah Palmer, c'est le sien.

 

Entre 2012 et 2015, l'usurpatrice Leah Palmer a volé plus de 900 photos du compte Instagram de Ruth Graves. Ses clichés se sont donc retrouvés sur un faux compte Twitter, sur Facebook, et même sur l'application de rencontres Tinder. Ruth n'a rien vu jusqu'au début de l'année 2015, quand une amie lui a demandé : "Est-ce que tu as vu cette photo sur Instagram? C’est une photo de toi mais la fille est une certaine Leah."

La police impuissante

Si au départ Ruth ne s'en est pas inquiétée, elle s'est vite rendu compte que des pans entiers de sa vie ont été volés : ses photos de vacances, mais aussi ses selfies ou des photos avec ses amis. Son mari était même présenté comme un simple "ex". Contactée par Buzzfeed, Ruth Graves décrit une situation qui lui échappe : "Quand vous postez des trucs sur les réseaux sociaux vous vous doutez un peu que ça ne vous appartient plus, ça tombe dans le domaine public. Je connais des gens à qui c’est arrivé, avec deux ou trois photos, mais jamais à cette échelle."

 

Pourtant, même lorsque Ruth a demandé à Instagram de fermer le compte de Leah Palmer, l'usurpatrice a récidivé quelques semaines plus tard. Elle a créé un nouveau compte, reprenant toujours les photos du même modèle. Ruth est donc allée voir la police qui n'a rien pu faire car, selon la loi anglaise, il n’est pas illégal de s’approprier les photos mises en ligne par quelqu'un d’autre si aucun délit n'a été commis avec cette fausse identité.

En France, depuis l'entrée en vigueur de la loi Loppsi 2 en 2011, tout acte d'usurpation d'identité est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. Si le "catfishing" (l'usurpation d'identité) a lieu régulièrement sur Internet – en France, on dénombre environ 120 000 victimes chaque année selon Daniel Martin, ancien commissaire de la Direction de la surveillance du territoire (DST), interrogé par Le Populaire en 2013 –, Leah Palmer a poussé le vice à l'extrême. Elle a eu de vraies relations, amicales et amoureuses, et a créé un réseau de fausses identités. Sa mère fictive, Scarlett, avait également son compte Twitter ainsi que sa meilleure amie, Kate Harvey. Tout ce petit monde commentait les photos des unes et des autres pour que tout soit crédible.

 

L'hypothèse d'une amie proche

Mais alors qui est réellement Leah Palmer ? La question reste encore en suspens. La plupart des protagonistes de cette folle histoire supposent qu'il s'agit d'une femme qui voue un culte à Ruth Graves au point de vouloir vivre sa vie par procuration… Paradoxalement, l'usurpateur est beaucoup plus populaire que sa victime.

Certains avancent l'hypothèse qu'il s'agit d'une amie proche de Ruth car tous ses comptes sur les réseaux sociaux ont toujours été privés. Pourtant, la jeune femme n'y croit pas : "Je ne connais personne qui ait autant de temps à perdre."

Depuis, tous les comptes de Leah Palmer ont été suspendus, fermés ou restent encore privés. Il est ainsi très difficile de retrouver sa trace. Si le mystère reste entier, Ruth est encore persuadée que des faux comptes utilisant son image circulent encore sur Internet.

 

Commenter cet article

Archives