Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Manger 10 grammes de cacahuètes par jour réduit les risques de mortalité

Publié par MaRichesse.Com sur 17 Juin 2015, 18:32pm

Catégories : #ALIMENT, #NUTRITION, #MORT, #SANTE-BIEN-ETRE

Manger 10 grammes de cacahuètes par jour réduit les risques de mortalité

Pour éviter cancer et maladies neurodégénératives,mangez des fruits à coque. Mais attention: il ne s'agit pas non plus de finir le paquet...

 

Selon une étude dont les résultats sont publiés dans la revue International Journal of Epidemiology, les hommes et les femmes qui consomment 10 grammes –une demi-poignée– par jour de cacahuètes ou d’autres fruits à coque (noix de cajou, noix, amandes) ont un risque moins élevé de mourir des principales causes de mortalité comme les maladies respiratoires, neurodégénératives, les cancers et les maladies cardiovasculaires

 

Les chercheurs de l'université de Maastricht ont observé un risque réduit de mortalité de 23%, avec une réduction plus importante pour les maladies neurodégénératives, les maladies respiratoires et le diabète. Les résultats ont été obtenus en étudiant les modes de vie et les habitudes alimentaires d’une cohorte de 120.000 Néerlandais, suivis depuis 1986.

Arachide

 

 

 

Les cacahuètes se révèlent au moins aussi efficaces que les autres fruits à coque mais, en revanche, il ne servirait à rien de consommer plus de 10 à 15 grammes par jour de ces fruits: de plus grandes quantités de consommation quotidienne n’ont pas été associées à un risque amoindri de mourir d’une de ces causes. Ces fruits contiennent des vitamines, des fibres, des antioxydants, lesquels jouent un rôle bénéfique dans la prévention des maladies.

L’effet bénéfique des cacahuètes, à base d’arachide, n’a pas été constaté auprès des individus qui mangeaient du beurre de cacahuète, qui contient, en plus de l’arachide, du sel ajouté et des huiles végétales. Ce beurre a pourtant été associé par de précédentes études à une réduction du risque de maladies bénignes du sein chez les jeunes femmes, et donc du risque d’avoir plus tard un cancer du sein. 

 Slate

 

Commenter cet article

Archives