Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Lettre ouverte d'une infirmière en lutte

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Juin 2015, 02:11am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #EMPLOI, #FRANCE

Lettre ouverte d'une infirmière en lutte

Monsieur le Directeur, cette semaine j'ai perdu mon sourire, cette semaine j'ai perdu l'espoir, cette semaine j'ai perdu mon énergie, et surtout j'ai perdu ma foi en le service public.

Je vous invite, vous et vos conseillers, à venir non pas un jour, mais une semaine au moins, examiner notre quotidien hospitalier, avec sa charge de travail, son lot de violence, d'exigences, de souffrances, de fins de vies, de soins palliatifs.

Venez à nos places tenter de réparer les vivants, passer vos journées debout à courir sans avoir le temps de manger, ni même d'uriner, terminer vos journées avec ce mal de dos, ces jambes lourdes et le cœur serré d'avoir vu la décrépitude des corps. Venez croiser le regard des mourants, trouver les mots justes pour essayer de les réconforter, eux et leurs proches. Tout cela en exerçant de gestes techniques précis, en anticipant des situations à risque vital, en exécutant toujours plus de tâches administratives, en encadrant des élèves infirmiers, tout cela avec toute notre énergie, notre bienveillance, avec nos sourires et sans jamais nous plaindre.

Comment osez-vous penser une seule seconde à raccourcir notre temps de travail quotidien, et a supprimer des jours de congés, si précieux pour nous ressourcer ?

N'avez-vous donc jamais mis les pieds plus d'une heure ou deux dans un service hospitalier. Nos jours de congés nous permettent de nous éloigner de cette masse de souffrance, de prendre soin de nous et de nos proches.

Dois-je vous rappeler que nous travaillons en général un week end sur deux, voire plus ? Que nous ne comptons pas nos heures lorsqu'il faut rester plus tard pour gérer une situation de crise ?

Nous ne sommes pas des fonctionnaires comme les autres. Je n'effectue pas des journées de sept heures trente, mais des journées de huit, voire de neuf heures, tout cela pour soigner correctement.

Vous, vous nous proposez le pire, et nous ne pouvons l'accepter. Aujourd'hui, les services hospitaliers sont au mieux en surchauffe, au pire en crise. On fait face à un nombre croissant de malades, à la découverte de nouveaux types de cancers, bref à une population de plus en plus vieillissante, et donc polypathologique et extrêmement fragile.

Vous voulez réaliser des économies sur notre dos : ce n'est ni éthique, ni moral. Nous prenons soin de vos grands-mères atteintes de Parkinson ou d'Alzheimer, de vos oncles atteints de leucémie, de vos enfants atteints de drépanocytose.

Nous sommes passablement usés, mais avec votre projet de réforme, nous sommes désabusés.

Il y a quelques années la durée de vie d'une infirmière à l'hôpital était de dix ans, aujourd'hui elle est de sept. Cela vous questionne-il ?

Vous devriez gonfler le budget hospitalier et surtout nos salaires, nous, le petit personnel, qui avons les mains dans la merdre, au sens propre comme au sens figuré.

Vous êtes en train de tuer le service public, tuer notre motivation et nos convictions. J'ai 31 ans, je travaille depuis 5 ans entant qu'infirmière pour le service public.

Après 3 années d'activité professionnelle dans un service de réanimation de 18 lits, que vous avez d'ailleurs eu l'occasion de visiter récemment, j'ai fait un burn out.

Je ne me suis jamais vraiment remise de la mort d'une patiente de 60 ans. Nous l'avons faite sortir en urgence pour accueillir un autre patient atteint d'une insuffisance rénale aigue qu'il fallait dialyser en urgence. Je me revois installer cette patiente sur un brancard, lui expliquer en deux mots qu'on la transférait dans un service plus léger. J'ai vu dans ses yeux son inquiétude, et faute de temps, je n'ai pu prendre ne serait-ce que deux minutes afin de la rassurer. Toujours plus de patient et toujours moins de temps. Cette patiente est revenue quarante minutes après sa sortie de notre service, intubée, ventilée sous catécholamine Elle avait fait un arrêt cardiaque de stress. Elle est décédée trois jours plus tard.

Et si cette femme avait été votre mère ? Que penser ? Que ressentir ? Que dire à ses deux enfants? J'ai posé ma lettre de démission quelques jours après.

Je vous donne une piste intéressante pour réaliser des économies: les laboratoires pharmaceutiques, qui devraient être une industrie tournée vers l'humain et non le profit.

Trouvez-vous cela éthique et moral qu'ils facturent 41.000 euros trois mois de traitement par Sofosbuvir, médicament soignant l'hépatite C ? Ces entreprises pharmaceutiques dépensent seulement 12% de leur fonds propres en recherche et développement, le reste étant financé par des fonds public. Commencez par vous servir dans l'argent que brassent ces entreprises. Et puis remettons le principal intéressé au centre de nos préoccupations : le patient.

La qualité des soins du service public passe d'abord par du temps, un bon accueil, une bonne évaluation clinique.

Vous allez faire mourir nos compétences, puisqu'on sera contraint d'en faire toujours plus avec moins de temps et c'est le patient qui va en pâtir. Le patient c'est vous demain, l'un de vos proche, votre bien aimée, vos enfants. 

 Huffingtonpost

 

Le directeur de l'AP-HP, Martin Hirsch a répondu à cette lettre le 9 juin dernier par écrit, en assurant à Clémentine qu'il était "sensible" aux conditions de travail des soignants. Dans son message, le directeur de l'AP-HP réitère une nouvelle fois sa volonté d'un dialogue "équilibré" entre les deux parties, qui prenne en compte la réalité du travail et des horaires à l'hôpital.

Commenter cet article

Archives