Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les robots et l'intelligence artificielle sont-ils un danger pour l'humanité ?

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Juin 2015, 04:26am

Catégories : #TECHNOLOGIE, #ROBOT, #ENTREPRISE

Les robots et l'intelligence artificielle sont-ils un danger pour l'humanité ?

Dans le magazine "L'Angle éco" du lundi 8 juin, sur France 2, François Lenglet s'interroge sur l'impact des robots sur nos emplois. Qu'il s'agisse de l'industrie ou des services, les robots sont amenés à avoir une place de plus en plus importante. L'intelligence artificielle est aussi en plein essor, portée par les projets de grands groupes comme Facebook, qui a annoncé, mardi 2 juin, l'ouverture d'un laboratoire de recherche sur le sujet à Paris.

Faut-il s'inquiéter de cette évolution ? Comment repenser notre rapport aux machines, dans notre vie professionnelle comme personnelle ? Entretien croisé entre le philosophe Michel Serres, membre de l'Académie française, et l'essayiste Hakim El Karoui, consultant chez Roland Berger, qui a piloté une étude remarquée sur les impacts de l'automatisation.

François Lenglet : Michel Serres, vous êtes un philosophe français éminent. Etes-vous un "robot-optimiste" ? Comment envisagez-vous notre cohabitation, nos interactions futures avec les robots ?

Michel Serres : Tout dépend de ce que vous appelez un robot. Si, pour vous, il s'agit d'une machine qui se trouve dans une usine, au sein d'une chaîne, il s'agit d'une machine comme une autre. Ce que je trouve terrifiant, ce sont des robots que l'on rencontrerait dans la rue, qui auraient une forme humaine et que nous ne saurions pas reconnaître. Cela me rendrait mal à l'aise de rencontrer ces "gens", ces robots dans la rue. Est-ce possible ? Je ne le sais pas.

Et vous, Hakim El Karoui, êtes-vous optimiste face à l'émergence de ces "machines humanoïdes" ?

Hakim El Karoui : Cela dépend de quel point de vue vous vous placez. En termes d'innovation, des produits et des services nouveaux apparaissent, et cela peut être formidable pour la société. Nous allons pouvoir nous libérer de certaines tâches qui étaient très désagréables. En termes d'impact sur l'organisation de notre société, nous avons des raisons d'être un peu plus inquiets. Les personnes très qualifiées vont pouvoir fabriquer et utiliser des robots. D'autres, beaucoup moins qualifiées, sauront les entretenir ou travailler dans le domaine des services à la personne. Mais la classe moyenne, elle, s'inquiète : les domaines dans lesquels elle travaille sont en passe d'être automatisés.

Michel Serres : Oui, cela se voit déjà avec les ordinateurs. Vous voyez des personnes très qualifiées, très spécialisées dans ces ordinateurs, et des personnes qui n'arrivent pas vraiment à s'y adapter. C'était déjà une réalité pour le livre : il y a un décalage entre celui qui s'adapte à la nouveauté, à la nouvelle technologie, et celui qui ne s'adapte pas.

Hakim El Karoui, vous avez réalisé une étude pour Roland Berger qui prédit la disparition de trois millions d'emplois en France d'ici à 2025. A terme, 40% des emplois français seraient menacés par l'automatisation...

Hakim El Karoui : Oui, ce chiffre représente environ la moitié des emplois qui seront, à terme, automatisés. Bientôt, vous ne verrez plus d'hommes dans les usines, ou seulement quelques-uns qui vérifieront le travail des robots. Ce qui est nouveau, c'est que vous verrez des robots sur des chantiers de construction, ou que certains métiers intellectuels seront effectués par des logiciels. Car le robot, cela peut aussi être un logiciel qui automatise les tâches. Si vous prenez l'exemple des comptables ou des journalistes, aujourd'hui, certains logiciels font déjà leur travail. Les professions intellectuelles pourront, elles aussi, être remplacées par des machines. Mais de nouveaux métiers vont aussi voir le jour. Gérer des immenses bases de données, par exemple, faire du community management ou être chasseur de drones. Des emplois apparaissent et d'autres disparaissent, c'est normal. Nous allons voir une accélération des destructions. Sera-t-on capable d'accélérer les créations ?  

S'oriente-t-on vers une société où le travail se fait plus rare ?

Hakim El Karoui : Un certain type de travail deviendra plus rare – le travail moyennement qualifié. Il y aura toujours des emplois dans les services à la personne, dans les domaines où la relation humaine est très importante. Nous aurons toujours besoin de métiers très intellectuels, produisant une forte valeur ajoutée. Mais que se passe-t-il entre ces deux types de métiers ? Là, de vraies questions se posent. Ce qui s'est passé avec la mondialisation pour les cols bleus pourrait se produire pour les cols blancs. Nous avons mis en concurrence les ouvriers français et occidentaux avec les ouvriers assez qualifiés des pays émergents. Le travail est parti. Il risque de se passer la même chose pour les cols blancs : le travail ne partira plus vers les pays émergents, mais vers les robots.

Certains économistes, envisageant un avenir largement automatisé, estiment qu'il faudra mettre en place un revenu universel afin de subvenir aux besoins des victimes de la mécanisation. Hakim El Karoui, cela vous paraît-il être une évolution probable et souhaitable ?

Hakim El Karoui : Ce n'est ni vraiment probable, ni vraiment souhaitable. Cela fonctionnerait si les nouveaux emplois permettaient la création de beaucoup de richesse, une richesse qui pourrait ensuite être redistribuée. La révolution technologique que l'on connaît aujourd'hui ne crée pas énormément de richesse. Ou plutôt, elle en crée beaucoup, mais celle-ci revient à un très petit nombre de personnes. Cela implique une mauvaise redistribution, qui rend la possibilité d'un revenu universel peu crédible. Et en termes sociaux, personne ne peut croire qu'une société où les gens ne travaillent pas soit une bonne nouvelle, et que nous ayons envie d'aller dans cette direction.

Depuis plusieurs mois, des scientifiques alertent sur le fait que les machines vont devenir de plus en plus puissantes, au point de nous dominer et de nous contrôler. Parmi ces voix, on compte celle du grand scientifique britannique Stephen Hawking. Cette peur des machines, de l'intelligence artificielle, a-t-elle toujours existé ?

Michel Serres : Cela dépend de ce que l'on entend par intelligence artificielle. L'invention de l'écriture a créé une intelligence "objectivée", dans le manuscrit, dans le livre et dans l'imprimé. Il y avait déjà là un dépassement de l'homme. Vous n'avez pas lu l'ensemble de la Bibliothèque nationale de France, moi non plus ! Nous sommes déjà dépassés. La mémoire de votre ordinateur est bien plus importante que la vôtre. Ce dépassement de l'intelligence artificielle est connu depuis toujours. Nous assistons à une accélération de ce dépassement, mais ce n'est pas une nouveauté. Je ne souhaite pas être bêtement optimiste, mais la technophobie me fait parfois rire. Nous sommes, de fait, liés à de nombreuses technologies. La technologie nous dépasse presque toujours, mais elle nous aide aussi. Si l'humanité doit disparaître, je pense que cela sera pour d'autres raisons que l'intelligence artificielle.

Hakim El Karoui, il existe déjà, à Hong Kong, un robot siégeant au conseil d'administration d'une société. Il est sollicité par les hommes pour ses conseils et son analyse. Peut-on imaginer qu'une entreprise soit un jour dirigée par un robot ?

Hakim El Karoui : On peut l'imaginer. Dans le cas de Hong Kong, il s'agit en fait d'un logiciel. Ce dernier traite une infinité de données : il dispose de tellement de cas de figures possibles dans sa base de données qu'il est capable de prendre des décisions. Cela existe aussi en médecine. Le robot Watson est aujourd'hui un meilleur prescripteur que les médecins les plus compétents, simplement parce qu'il dispose de millions de cas possibles et qu'il est capable de les analyser. Mais il manque de la sensibilité dans tout cela. Tout devient rationnel. Et dans le monde économique comme dans la vie, tout n'est pas rationnel. Peut-être verrons-nous un jour un robot chef d'entreprise, mais ce ne sera probablement pas le meilleur. Un très bon chef d'entreprise doit se fier à son instinct, il doit réagir aux évolutions de la société et du marché, avoir de la créativité.

Michel Serres : Dans ces cas-là, nous tombons dans une rationalisation totale où le format est roi. Or l'invention et l'innovation, c'est sortir du format. Le travail du chef d'entreprise, c'est d'inventer l'avenir, d'une certaine manière. L'intelligence n'est jamais dans le format. Ce qui fait l'avenir, c'est justement l'imprévisible, l'inattendu. Le robot, lui, ne fera toujours que du format.  

 Francetvinfo

 

Commenter cet article

Archives