Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le buzz a mauvaise presse chez les rois du buzz

Publié par MaRichesse.Com sur 2 Juin 2015, 04:48am

Catégories : #NEWS, #MONDE, #INSOLITE

Le buzz a mauvaise presse chez les rois du buzz

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir renoncer au « buzz » ? Je mets des guillemets à buzz, d’abord parce que je déteste ce mot et ce qu’il véhicule, mais aussi parce qu’il est mal défini et peut décrire des réalités très diverses.

Toujours est-il que Les Echos nous annoncent ce mardi que « Melty renonce à la course au buzz ». Son PDG, Alexandre Malsh, déclare au quotidien économique que «  tout miser sur le buzz ne peut pas être une stratégie tenable sur le long terme ».

 

Melty, pour ceux qui ne sont pas cœur de cible, est une incontestable success story du Web français, visant un public jeune (ado et jeunes adultes), avec un contenu à base de séries télé, d’infos insolites et... de buzz.

Ex-MeltyBuzz

En page d’accueil du site ce mardi matin, « Game of Thrones » avec un résumé du dernier épisode, un « tuto WTF pour le Charlie Charlie Challenge » (si vous ne savez pas ce que c’est, Melty explique que « c’est LE défi totalement timbré qui cartonne sur le Net en ce moment »), ou encore la grossesse de Kim Kardashian.

Cette recette a remarquablement servi Melty – de son vrai nom... MeltyBuzz – qui a attiré des millions de visiteurs et de recettes publicitaires, et commencé à dupliquer sa méthode dans d’autres pays d’Europe.

Alors pourquoi changer ? Alexandre Malsh explique que Melty doit évoluer pour gagner de nouveaux lecteurs, mais aussi, c’est un élément clé, « pour pérenniser [ses] relations avec [ses] annonceurs ».

Cette évolution qui a déjà débuté suite à de brutales chutes d’audience, explique-t-il, passera de la création de « contenus » à « une véritable marque média qui crée des articles ».

 

Ce discours évoque évidemment celui d’un autre roi du buzz, le bien nomméBuzzFeed, qui, après avoir bâti son succès phénoménal aux Etats-Unis (il est devenu plus gros que le New York Times sur le Web) en offrant aux « digital natives » (natifs du numérique) des listes (de tout et n’importe quoi) et des chats, s’est mis en tête d’acquérir une crédibilité dans le domaine de l’information.

Il a commencé outre-Atlantique en recrutant quelques pointures de la presse, et récidive en France, où son édition, encore discrète, a constitué une rédaction généraliste qui ambitionne de casser l’image du seul buzz.

On ne peut évidemment que se féliciter de ces volonté de ne pas faire que du buzz, cette version édulcorée et dévalorisante de l’information, largement permise par les instruments de mesure instantanée du trafic qui permettent d’aller dans le sens du vent. Néanmoins, il sera sans doute difficile de s’en éloigner vraiment quand le modèle économique a été fondé sur cette approche.

L’intention est en tous cas louable, si ce n’est pas seulement une manière de... faire le buzz.

 

Commenter cet article

Archives