Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L’étude qui met à jour ce que fait en priorité un voleur quand il entre chez vous

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Juin 2015, 14:40pm

Catégories : #MAISON, #SCIENCE, #IMPORTANT

L’étude qui met à jour ce que fait en priorité un voleur quand il entre chez vous

Les cambrioleurs chevronnés sélectionnent en général moins d'objets mais ceux sur lesquels ils se jettent ont plus de valeur.

Psychologue à l'université de Portsmouth en Angleterre, Claire Nee étudie le comportement des cambrioleurs depuis plusieurs années, et plus récemment par le biais d'un programme informatique grâce auquel elle espère percer le mystère de la psychologie des cambrioleurs. Selon elle, les cambrioleurs ont un système cognitif et des automatismes très développés, à l'instar d'un champion d'échec ou de tennis. 

Dans le cadre d'une récente expérience comparative, Claire Nee a sollicité simultanément un groupe d'étudiants volontaires et de cambrioleurs dans une maison mise à disposition par la police afin de voir comment ces deux groupes tenteraient respectivement de s'y introduire. 

Du fait de leur expérience, les cambrioleurs chevronnés identifient rapidement les pièces les plus rentables d'une habitation, souvent les chambres à l'étage au détriment des salles de bain, et prenaient plus de temps pour les fouiller en profondeur alors que les voleurs débutants répartissaient leurs temps de façon équitable entre toutes les zones.

Les vrais cambrioleurs sélectionnent en général moins d'objets mais ceux sur lesquels ils se jettent ont plus de valeur.

 

Pendant les expériences réalisées, le butin amassé par les vrais cambrioleurs se chiffrait en moyenne à 4 875 livres, et seulement à 3 945 livres pour les novices, qui ont délaissé, contrairement à leurs ainés, les sacs à main et les vêtements de marque. Enfin, cette expérience a validé les suggestions des chercheurs quant aux automatismes des cambrioleurs experts qui ont tous utilisé précisément le même procédé pour entrer dans la maison (à l'arrière) et pour l'explorer, alors que les plus jeunes se promenaient plutôt au hasard dans la maison.

 

image: http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/u61243/2015/06/money.jpg

 

Si la porte à l'arrière de la maison n'était pas fermée à clés, les ingénieurs qui filmaient l'expérience ont été très surpris de voir deux cambrioleurs en herbe escalader le bâtiment pour accéder à une fenêtre au dessus de leur tête. 

A travers ces expériences, elle a réussi à démontrer que la majorité des cambrioleurs opèrent grâce à une sorte de "pilote automatique" qui leur permet de tirer rapidement profit d'une situation. Selon elle, ce "pilote automatique" se met en marche bien avant l'acte en lui-même. Quand un cambrioleur manque d'argent, il va commencer à lister des cibles potentielles et cerner leurs habitudes et leurs déplacements quotidiens.

Claire Nee a même remarqué que lors de ces reconstitutions, les cambrioleurs prenaient leur activité très au sérieux, en appliquant le même comportement que lors de leurs vrais crimes. 

Pour le Professeur Fabienne Glowacz, du service de psychologie clinique de la délinquance à l'Université de Liège, "cette fonction peut certainement en partie s'appuyer sur des fonctions cognitives précises et de processus intégratifs". "Toutefois, il semble surtout s'agir d'un développement d'une spécialisation, d'une compétence qui se développe et s'approfondit tant au niveau du repérage des situations et opportunités et ensuite mise en lien avec des stratégies de modus operandi. Le tout avec un grand contrôle de soi et de la situation, ainsi qu'une hypervigilance et un calcul par rapport au risque d'échouer" poursuit-elle.

Selon Claire Nee, la prévention de certains crimes et délits passe tout d'abord par la compréhension de cette expertise psychologique.  La psychologue a commencé ses recherches en prison, en soumettant à plusieurs cambrioleurs des questionnaires et interrogatoires sur leurs délits. Elle tente de sonder leur psychologie en leur montrant des photos et des plans des maisons et des rues afin de tenter de comprendre leurs stratégies. Si, au premier abord, Claire aurait pu penser que les cambrioleurs se montreraient réticents et suspicieux, voir clairement hostiles à ces questionnaires qui essayent de déceler leurs secrets, ils sont en fait assez ouverts à la confidence. "Il faut savoir que les cambrioleurs s'ennuient très souvent, il est donc frappant de constater qu'ils sont très contents que quelqu'un s'intéresse à eux et à ce qu'ils font. Autrefois, l'opinion associait les cambrioleurs à des gens impulsifs, impassibles et opportunistes, mais aussi assez peu intelligents en raison de leur faible niveau d'éducation" explique-t-elle.

"Si vous étudiez les criminels dans les prisons, vous constaterez que la couche sociale défavorisée est surreprésentée et ce en raison de leur vulnérabilité par rapport au système et manque de ressource pour faire face au système judiciaire et répressif. Toutefois, différents types de criminalité se retrouve dans toutes les classes sociales (vol, vente de stupéfiants, délinquances sexuelle) certains plus fréquents dans les milieux défavorisés (petits vols, coups) ; et certains se retrouvent davantage dans les classes sociales favorisées, criminalité en col blanc, fraude... Plus vous avez des ressources personnelles et sociales, plus il vous sera facile d'échapper à la répression sociale" commente le Professeur Fabienne Glowacz.

 

image: http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/u61243/2015/06/prison.jpg

 

De manière surprenante, les cambrioleurs sont toutefois assez versatiles et peuvent soudainement changer d'avis le jour du passage à l'acte, s'ils repèrent une habitation plus facile à pénétrer, à la vue d'une fenêtre ou d'une porte ouverte, ou si les propriétaires sont absents. Une fois à l'intérieur, ce fameux "pilote automatique" s'avère essentiel pour empêcher aux criminels de perdre la tête.

"Diminuer les opportunités de vol permet d'en diminuer le risque. On peut donc renforcer la prévention dite situationnelle, c'est à dire, agir sur la situation pour diminuer les opportunités de passage à l'acte (donner comme conseil de fermer les fenêtres, laisser une lumière le soir lorsque l'on est absent, feinter une présence, faire relever son courrier) qui sont autant d'interventions techniques qui jouent sur l'environnement physique pour diminuer les opportunités" conseille enfin le Professeur Fabienne Glowacz. 

 Atlantico

 

Commenter cet article

Archives