Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Google s’excuse pour la présence de Narendra Modi dans la recherche « top 10 criminals »

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Juin 2015, 06:45am

Catégories : #INDE, #INSOLITE, #GOOGLE, #INTERNET

Google s’excuse pour la présence de Narendra Modi dans la recherche « top 10 criminals »

La photo de Narendra Modi, le premier ministre indien, aux côtés des plus grands criminels de l'histoire. L'image a de quoi intriguer. Pourtant, comme le souligne The Guardian, si l'on tape "top 10 criminals" dans la barre de recherche "images" de Google, le visage du chef du gouvernement indien apparaît en pôle position. Une situation qui a créé la polémique en Inde et qui a poussé, vendredi 5 mai, le géant de l'Internet à s'excuser auprès de Narendra Modi : "Nous demandons pardon pour toute confusion ou malentendu que cela aurait pu causer. (...) Ces résultats nous préoccupent et ne reflètent en rien l'opinion de Google."

Narendra Modi fait partie des plus grands criminels de l'histoire sur Google.

Narendra Modi fait partie des plus grands criminels de l'histoire sur Google. Capture d'écran sur Google

Apparaissant en premier dans la recherche, il côtoie des figures du crime comme Al Capone, le chef d'un cartel mexicain Joaquin "El Chapo" Guzman ou le leader d'Al-Qaida, Ayman Al-Zawahiri. Plus étonnant, au milieu de ce micmac de criminels, de dictateurs et de gangsters, le premier ministre indien partage la vedette avec Justin Bieber ou George Bush. La nouvelle a rapidement enflammé les réseaux sociaux sous le hashtag #Top10Criminals.Défenseurs et détracteurs de Narendra Modi se sont affrontés par écrans interposés.

 

(traduction : "Il avait dit qu’avant un an, tous les membres du Parlement au passé criminel seraient sous les verrous. Maintenant après un an [au pouvoir], il apparaît dans la liste #Top10Criminals")

 

(traduction : "Hey Google, le premier ministre indien dans la liste #Top10criminals, vraiment ? Il est temps de changer votre algorithme, c'est totalement faux")

Le premier ministre indien est en effet l'objet de critiques récurrentes sur son passé, notamment lorsqu'il gouvernait l'Etat du Gujarat – il est accusé de ne pas être intervenu dans les violences interreligieuses qui ont fait un millier de morts parmi des musulmans en 2002.

En guise de réponse, il préfère pour le moment garder le silence. Accro aux réseaux sociaux – Narendra Modi est le deuxième homme politique le plus suivi sur Twitter –, il n'a pourtant publié aucun commentaire relatif à l'incident. 

Bigbrowser

Commenter cet article

Archives