Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un bonne raison de faire la grasse matinée

Publié par MaRichesse.Com sur 25 Mai 2015, 13:23pm

Catégories : #SOMMEIL, #SANTE-BIEN-ETRE, #SCIENCE

Un bonne raison de faire la grasse matinée

Le fait d'augmenter la durée de sommeil chez des adultes qui dorment chroniquement trop peu permet d'améliorer leur sensibilité à l'insuline et donc de diminuer chez ces personnes le risque de développer un diabète de type 2, ont conclu des chercheurs de l'ULB. Les résultats de l'étude menée par Rachel Leproult et son équipe ont été récemment publiés dans la revue Sleep, communique jeudi l'université.

Il était déjà connu que dormir trop peu entraîne, entre autres effets néfastes, une diminution de la sensibilité à l'insuline et donc un plus grand risque de diabète de type 2. On ne savait en revanche pas encore si l'inverse fonctionne également: augmenter la durée de son sommeil peut-il avoir des effets bénéfiques sur la sensibilité à l'insuline et réduire le risque de diabète? Oui, selon les conclusions des chercheurs de l'ULB.

Ils ont étudié les cas de 16 adultes, qui dormaient trop peu par rapport à leurs besoins. Durant le week-end, ces personnes dormaient systématiquement minimum une heure de plus que pendant la semaine, tentant ainsi de compenser le déficit de sommeil accumulé au fil des jours de boulot. Durant deux semaines, les chercheurs ont mesuré leur sensibilité à l'insuline, sans que leurs habitudes de sommeil ne soient modifiées.

Les "cobayes" ont ensuite été encouragés à rallonger leurs nuits durant 6 semaines. Chacun y est parvenu de manière différente, mais en moyenne le groupe a dormi 45 minutes de plus qu'auparavant durant chaque nuit de semaine. "Les résultats montrent, sans équivoque, que les participants qui ont le mieux réussi à augmenter leur durée de sommeil sont également ceux chez qui la sensibilité à l'insuline s'est le plus améliorée", indique l'ULB. Les chercheurs en concluent que "des adultes en restriction chronique de sommeil (..) sont capables d'augmenter de manière modérée leur temps de sommeil et que cette augmentation, même modeste, a des effets bénéfiques sur le métabolisme glucidique, c'est-à-dire la sensibilité à l'insuline et le risque de diabète de type 2". 

7/7

Commenter cet article

Archives