Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le téléphone portable rend obèse ? Ne quittez pas !

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Mai 2015, 13:05pm

Catégories : #TECHNOLOGIE, #SANTE-BIEN-ETRE, #OBESITE, #ENFANT, #CERVEAU

Le téléphone portable rend obèse ? Ne quittez pas !

Le sujet du jour m’a été suggéré par un ami qui a probablement un téléphone portable et nourrit potentiellement des inquiétudes pour sa ligne (oui, je suis fier de celle-là).

Une étude américaine récente, reprise par plusieurs journaux d’outre-Atlantique, notamment par MotherJones, rapporte donc cette conclusion : le téléphone portable, et tous les autres appareils électroniques à puce, pourraient vous faire prendre quelques kilos.

La nouveauté de cette recherche est liée au mécanisme de prise de poids. Ici il n’est pas question de zombies sur canapé hypnotisés par un écran et s’épaississant par manque d’activité physique.

Non, l’étude accuse deux composés chimiques, des retardateurs de flamme bromés (RFB pour faire pro), dont les petits noms sont le tetrabromobisphenol A et le tetrachlorobisphenol A. Outre l’absence totale de sens poétique des chimistes, ces noms pourraient également vous rappeler un autre produit, le bisphénol A utilisé dans la fabrication du plastique. Celui-ci avait fait les gros titres il y a quelques années pour son lien suspecté avec l’obésité, entre autres joyeusetés (encore discutées par les autorités).

Les deux RFB susmentionnés sont des dérivés de ce produit et sont aujourd’hui sur le banc des accusés comme obésogènes (barbarisme laid mais concis). Une raison de plus pour raccrocher  ?

Ce que l’on a pu lire

 

Avant de parler de l’étude, il serait utile de rappeler que les RFB sont utilisés dans les appareils électroniques pour leur éviter de prendre feu (ce qui serait probablement plus dramatique qu’une petite bouée)  : on les retrouve sur les composants ayant une propension à la surchauffe causée par l’activité électrique de l’appareil.

Malheureusement, ces composés, tel le fêtard enthousiaste, peuvent quitter leur site de dépôt et venir se taper l’incruste chez vous, le plus souvent parmiles particules de poussière (la limite de mon analogie). Il est donc bien naturel d’étudier l’effet de ces composés sur la santé, d’autant que le papa de ces deux tetra est assez louche.

D’après le communiqué de presse, l’étude, menée par l’université de Houston (Texas), a consisté à exposer un groupe de poissons zèbres aux RFB durant onze jours, puis à les nourrir de jaunes d’œuf (source de lipides).

L’accumulation de lipides, la taille et le poids de ces poissons, après un mois de ce régime, ont été comparés à ceux d’un groupe témoin  : des poissons non exposés à ces composés.

Les résultats semblent indiquer «  d’énormes différences  » entre les deux groupes. Les poissons exposés accumulent plus de lipides et sont plus gros et plus grands que les témoins. Le communiqué de presse date de mars 2015 et ne cite pas d’article scientifique. Néanmoins, j’ai retrouvé un article (payant), publié en mars 2014 qui semble correspondre à cette étude. La partie méthode, très détaillée, apporte de nombreux éléments que je n’ai malheureusement ni les compétences, ni la place pour développer ici.

On peut néanmoins relever que ce sont des larves des poissons qui ont été exposées aux RFB et que c’est donc l’exposition (très) précoce à ces composés qui est étudiée pour son rôle obésogène.

Ce que l’on pourrait lire d’autre

 

Le risque qui est étudié dans cette étude est celui de développer une obésité suite à une exposition aux RFB à un (très) jeune âge. Les chercheurs ont mis ce risque en évidence pour les poissons zèbres et concluent qu’il serait nécessaire de l’étudier chez l’homme.

Rappelons que l’expérimentation sur les animaux est une activité dont l’éthique mérite d’être régulièrement discutée (idéalement en fin de soirée). Néanmoins son utilité pour mieux appréhender les maladies humaines et leurs traitements est indéniable, et l’humain (enfin, celui qui a accès aux ressources de santé) en bénéficie clairement.

Mais il est important de reconnaître les limites de cette recherche. La principale étant l’impossibilité de déduire les liens de causalité chez l’homme, conséquence de différences physiologiques et biochimiques fondamentales entre l’homme et ces modèles animaux.

S’il est possible d’établir des hypothèses à partir de ces expérimentations, il n’est donc pas possible d’en translater les conclusions chez l’homme. Le seul modèle adéquat pour tester ces hypothèses serait l’être humain, à partir d’études cliniques ou épidémiologiques. Les études sur modèles animaux ne peuvent donc être utilisées comme «  preuves  » mais doivent servir à orienter la recherche humaine.

Nous avons donc ici deux nouveaux suspects comme facteurs de risque de l’obésité, une maladie [PDF] qui en compte déjà un nombre impressionnant. De (très) nombreuses études sont d’ailleurs menées en permanence pour identifier les causes probables de ce qui est considéré comme un problème de santé publique mondial. Parmi celles-ci, plusieurs ont déjà identifié les appareils électroniques comme un facteur de risque majeur d’obésité chez l’enfant, iciet  par exemple.

Un téléphone jouet, dans les mains d'un enfant
Un téléphone jouet, dans les mains d’un enfant - Jean-Etienne Minh-Duy Poirrier/Flickr/CC

 

Dans ces études sur l’humain, l’accès à un ou plusieurs appareils électroniques (téléphone, tablette, TV) est associé à un risque accru de surpoids chez l’enfant. Les explications proposées sont nombreuses  : activité physique réduite, grignotage, temps de sommeil réduit… Demain, les RFB seront peut-être à ajouter dans la liste des explications – le risque qu’ils représentent, en ce qui concerne l’obésité, ne ferait que renforcer un problème de santé publique déjà identifié.

Pour le moment, faute de données adéquates pour l’homme [PDF], la recherche sur le sujet devrait donc se poursuivre.

En résumé

 

Cher ami, rien ne porte à croire que votre téléphone portable vous rendra obèse. Mais il faudrait probablement envisager d’en limiter l’accès à vos larves – pardon, vos enfants ! 

Rue89

Commenter cet article

Archives