Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Du viagra pour soigner le paludisme, selon une étude

Publié par MaRichesse.Com sur 9 Mai 2015, 16:52pm

Du viagra pour soigner le paludisme, selon une étude

Le viagra, pilule miracle ? Le petit comprimé bleu, bien connu des hommes pour ses effets contre les troubles de l'érection, pourrait permettre de lutter contre le paludisme (ou malaria), selon une étude publiée le 8 mai dans la revue PLOS Pathogens. Des molécules contenues dans le Viagra seraient capables d'enrayer le cycle de développement du parasitePlasmodium falciparum, responsable de la maladie.

Comment le paludisme se transmet à l'homme

Le responsable ? Le moustique anaphèle, dont seule la femelle peut transmettre le virus. Des médicaments existent, et le nombre de morts a chuté déjà de 47% depuis 2000. A travers cette découverte, les chercheurs de l'Institut Cochin, de l'Inserm, du CNRS et de l'Institut pasteur, en collaboration avec l’École de médecine et d’hygiène tropicales de Londres, ouvrent une nouvelle voie pour un jour éradiquer complètement cette maladie.

Avant toute chose, il faut bien comprendre comment se transmet l'affection : le paludisme est transmis à l'homme par l'intermédiaire de la salive de la piqûre d’un moustique femelle, du genre Anopheles, lui-même infecté après avoir piqué un individu atteint de la maladie : la femelle, en prenant le repas de sang nécessaire à sa ponte, injecte le parasite à son hôte.

Le Parasite se niche dans les globules rouges

 

 

Pendant dix jours, le parasite se développe dans la moelle épinière, avant de migrer vers le foie du malade, pour se reproduire dans ses cellules. Un développement qui génère l'éclatement des cellules, tandis que le parasite va pour se nicher dans vos globules rouges, en les faisant régulièrement exploser. Libérant ainsi de nouveaux parasites qui affectent à leur tour d'autres globules rouges.

Pour se développer, le parasite est capable de se déformer. Cela lui permet d’une part de s’extraire de la moelle osseuse et d'être éliminé par la rate. "Cet organe a en effet pour fonction de filtrer le sang en retenant les globules rouges vieux ou anormaux, plus rigides, et ainsi de purifier le sang", explique Catherine Lavazec, coauteur de l'étude. Les globules rouges parasités deviennent ainsi accessibles aux moustiques vecteurs de la maladie.

► Méthodologie : renforcer la rigidité des globules rouges infectés
Les scientifiques à l'origine de cette découverte ont donc tenté de trouver le moyen de rendre plus rigides les globules rouges infectés. A l’aide d’un modèle in vitro reproduisant la filtration de la rate, ilss ont pu identifier des molécules particulières permettant d'annihiler la capacité de déformation des globules rouges et leur parasite. Le problème est que ces molécules étaient rapidement dégradées par des enzymes appelées les phosphodiestérases.

► Ce que l'étude a montré : un médicament déjà disponible, le Viagra
Les chercheurs ont fini par mettre la main sur un médicament, déjà disponible sur le marché, capable d'endiguer l'action de ces enzymes, et donc d'augmenter la rigidité des globules rouges infectés : le Sildénafil citrate, plus connu sous son nom commercial de Viagra. Ils ont alors montré que ce médicament, administré à la dose habituelle, était capable de favoriser l'élimination par la rate des globules rouges parasités.

 Ce que l'étude va changer : un traitement pour enrayer la transmission ?
Cette découverte ouvre une nouvelle piste d'étude pour enrayer la transmission du parasite du paludisme à l'aide de médicaments, en plus du traitement des symptômes. Le fait de "modifier le principe actif du Viagra (…) pourrait en effet déboucher sur un traitement contre la transmission du parasite de l'homme au moustique", précise le communiqué du CNRS.

Le paludisme (ou malaria) est la maladie infectieuse la plus répandue dans le monde, avec plus de 200 millions de cas chaque année, selon l'Organisation mondiale de la santé(OMS). En 2013, le paludisme a été à l’origine d'au moins 584.000 décès, dont en majorité des enfants de moins de 5 ans, notamment en Afrique. 

Metronews.fr

Commenter cet article

Archives