Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ces manies qui rendent fous vos collègues de travail

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Mai 2015, 01:34am

Ces manies qui rendent fous vos collègues de travail

Avec le développement des open space, chacune de nos petites manies désagréables sont révélées au grand jour. Si vous vous plaignez sans cesse et aimez les aliments qui sentent fort, il y a de forte chance que vous exaspériez vos collègues.

Atlantico : Certaines manies peuvent exaspérer nos collègues de travail. Quels sont les habitudes qui renvoient une mauvaise image de nous-mêmes ? Quelles sont celles qu’il faut tenter d’éviter à tout prix et pourquoi agacent-elles tant ?

Jawad Mejjad : Ces manies qui agacent sont diverses (l'hypocrisie, le mensonge, les plaintes régulières…) mais elles pointent toutes dans la même direction : ce qui énervent, ce sont les personnes qui ne jouent pas en équipe, qui ne s'intéressent pas aux autres ou qui en disent du mal. Ces manies qui exaspèrent sont, globalement, toutes les attitudes qui amènent une mauvaise ambiance. Les plus négatives étant dénigrer les autres, dénigrer le travail en général ou encore le "backstabbing". Ces habitudes que l'on peut avoir détruisent le lien social et donc intrinsèquement, elles détruisent le groupe, l'attaquent.

Or, la notion de groupe au travail est essentielle. C'est ce groupe qui permet la bonne entente. Aujourd'hui on est dans une logique de sociabilité, l'individualisme d'hier est révolu. Dans une entreprise, on est l'affut de personnes qui répandront la bonne humeur, qui seront capables de travailler en équipe. L préservation du lien social est primordial, elle n'est plus négociable.

De plus, ces manies nous mettent à l’écart peut importe notre rôle au sein de l'entreprise. Bien sur, si l'on a un rôle de pouvoir, cela permettra de ralentir le processus d'exclusion du groupe, mais au bout d'un moment les évènements nous rattraperons.

A l'inverse, ne pas avoir peur d'exprimer son point de vue, même si cela peut froisser, est parfois un avantage. Si la brutalité passagère va dans l'intérêt du groupe, alors elle sera acceptée même bien vue.

 

Ainsi pour résumer, sont mal vues les individus qui sapent le moral des autres et qui, en se montrant trop individualistes, renvoient une mauvaise image d'eux-mêmes. Il est dur de faire confiance à ce type de personnes! D'autant plus qu'aujourd'hui sur le lieu de travail, on recherche des gens de confiances, avec qui on peut être nous-mêmes et qui n'atteindront pas la solidarité du groupe. En fait, toutes ces habitudes agaçantes ont pour conséquence de détruire la cohésion du groupe et c'est ce que l'on cherche à éviter à tous prix. Fondamentalement, le groupe fuit tout ce qui cherche –consciemment ou non- à le détruire.

Le maître mot c'est la bienveillance et l'attention. Si l'on est bienveillant aucune de ces habitudes déplaisantes n'ont lieu d'être.


.atlantico.fr

Commenter cet article

Archives