Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


4 astuces pour cesser de perpétuellement vous inquiéter

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Mai 2015, 11:18am

Catégories : #DEVELOPPEMENT, #HEUREUX, #RELATIONS, #VIE

4 astuces pour cesser de perpétuellement vous inquiéter

Avez-vous déjà eu l’impression que votre cerveau ne s’arrête jamais de fonctionner et de ressasser des pensées négatives ? Vous n’êtes certainement pas le seul. Tout le monde a ce sentiment lorsque l’existence se complique, écrit le site Barking Up The Wrong Tree.

 

Cependant, il existe une manière de surmonter l’anxiété qui n’a rien à avoir avec l’alcool ou un autre palliatif. Il s’agit de la pleine conscience. Le problème avec cette méthode à la mode est que peu de personnes savent vraiment comment elle fonctionne.

Le psychologue d’Harvard, Ronald Siegel, dans son livre « The Mindfulness Solution », explique comment y parvenir.

1. Vous n’êtes pas vos pensées

Selon Siegel, vous pouvez prétendre : « Je suis présent, je suis conscient et je l’accepte ». Mais en fait, vous n’êtes pas présent du tout, vous regardez votre téléphone ou vous vous préoccupez du futur. Vous n’acceptez rien et vous êtes agité parce que le monde ne correspond pas à vos attentes. Vous n’êtes pas non plus conscient car vous faites probablement confiance à l’interminable défilé de pensées qui s’agitent dans votre esprit au lieu de faire attention à la vie autour de vous.

Un des principes fondamentaux de la pleine conscience est le fait que nous prenons trop au sérieux nos pensées. Nous pensons constamment que toutes nos réflexions ont un sens. Nous pensons que nous sommes nos pensées et que celles-ci nous constituent. Il s’agit de l’une des raisons pour lesquelles nous nous inquiétons tellement et expérimentons tant d’émotions négatives. Nous considérons davantage les idées que nous avons du monde que le monde en lui-même.

Une des bases les plus difficiles à comprendre de la pleine conscience est que nos pensées ne sont pas la réalité. Nous sommes tellement habitués à attribuer une trame narrative à nos vies et à y croire que voir les choses différemment est devenu un véritable défi. Toutefois, vous êtes certainement conscient que toute une série de pensées ridicules passent par notre esprit et vous savez que rien ne sert d’y faire attention. Lorsque vous êtes ivre, fatigué ou malade, vous ne prenez pas au sérieux vos pensées. Selon la pleine conscience, vous êtes capables d’approfondir ce raisonnement car, comme tout le monde, nombre de vos pensées sont finalement stupides mais celles-ci ont la fâcheuse tendance de vous rendre anxieux ou frustré.

Comment lutter contre cela ?

2. Observez sans juger

Parfois, il n’est pas possible de lutter contre les pensées angoissantes. Essayez cependant de les laisser s’envoler, explique Siegel. Il n’est pas possible d’éteindre votre cerveau même si vous méditez pendant des années. Mais vous pouvez par contre distinguer ces pensées gênantes, les reconnaitre et décider de ne pas vous embrouiller en y croyant.   

Pratiquer la pleine conscience consiste à embrasser nos expériences telles qu’elles sont même si, parfois, cela peut être désagréable sur le moment. En général, nous essayons de nous sentir mieux en diminuant l’intensité des expériences douloureuses. Avec la pleine conscience, il s’agit d’augmenter notre capacité à les supporter.  

3. Ne soyez pas distrait. Immergez-vous

Une des pratiques fondamentales de la pleine conscience est la méditation mais celle-ci prend du temps et est souvent difficile. Mais il existe un autre moyen. La prochaine fois que vous vous inquiétez, rappelez-vous que vos pensées ne sont pas réelles, la vie, par contre, l’est. Selon Siegel, pour cela, il est nécessaire d’accorder de l’attention à nos sens et au monde qui nous entoure.

4. Notez et étiquetez

Plutôt que d’esquiver ou de vous distraire, prenez note de vos pensées et ne les ignorez pas. Faites attention à vos sens, à votre souffle, à la façon dont vous êtes assis sur votre chaise. Vous pouvez étiqueter les pensées qui vous affligent avec un nom ridicule afin de les banaliser. Choisissez des catégories pour vos pensées telles que « fantasme », « doute », « jugement » ou encore « obsession » et « critique ». Ces étiquettes particulières ne sont pas primordiales, ce qui importe c’est l’utilisation que vous en faites afin d’éviter d’être capturé dans des histoires répétitives. Une fois que vous avez identifiez votre pensée, revenez doucement vers les choses essentielles telles que votre souffle.

Tout cela vous semble ridicule comme méthode ? Une étude a montré que les thérapies de pleine conscience étaient aussi efficaces que les antidépresseurs. Beaucoup de ceux qui les pratiquent ont été en mesure de délaisser leur médicamentation par la suite, conclut Barking Up The Wrong Tree. 

 Express

 

Commenter cet article

Archives