Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 trucs pour économiser de l'essence

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Mai 2015, 01:42am

10 trucs pour économiser de l'essence
 

Avec le prix de l’essence à la pompe qui vient de franchir le seuil psychologique de 1,50 $ le litre, les Québécois vont travailler durant un mois pendant l’année juste pour faire le plein de leur véhicule.

Mais oui, je vous jure, un mois de travail par année qui s’envole en essence ! Déjà, les Québécois mettent environ 2200 $ d’essence dans leur véhicule par année, alors qu’ils gagnent autour de 43 000 $. Après impôts, il leur reste plus ou moins 34 000 $, soit 2800 $ par mois.

Évidemment, il s’agit de moyennes. Beaucoup de citadins n’ont pas d’auto, tandis que certains banlieusards qui travaillent au centre-ville peuvent flamber de 4000 à 5000 $ par année en carburant, s’ils mettent de 80 à 100 $ d’essence dans leur auto chaque semaine. Et on n’a pas encore parlé du coût d’achat, de l’assurance, de l’entretien.

Fort heureusement, il y a de nombreux trucs pour éviter que la hausse du prix de l’essence siphonne votre budget.

1- Fuyez Montréal !

À Montréal, l’essence coûte 10 % plus cher, car les taxes et les marges de profit sont plus élevées.

Hier, la plupart des stations-service affichaient l’essence ordinaire à 1,53 $, contre 1,44 $ à Boisbriand, 1,40 $ à Saint-Jérôme et même 1,37 $ en roulant plus loin vers les Laurentides. C’est clair : plus on s’éloigne, moins ça coûte cher.

Les prix sont souvent plus avantageux dans les régions où Costco livre bataille. Par exemple, les prix ont fondu à Québec depuis l’arrivée du magasin-entrepôt à Sainte-Foy.

Les prix sont aussi beaucoup plus bas près des frontières, comme en Outaouais (1,35 $ hier), car les stations-service bénéficient d’une réduction de taxe pour rester concurrentielles par rapport à l’Ontario voisin.

Ces écarts de 16 à 18 cents peuvent vous faire économiser un bon 10 $ par plein d’essence.

2- Conduisez intelligemment

« Le meilleur économiseur d’énergie se trouve derrière le volant », blague le porte-parole de CAA-Québec, Philippe Saint-Pierre.

Alors, sur l’autoroute, ralentissez. Évitez les accélérations brutales et les coups de frein inutiles. Au lieu de mettre la clim dans le tapis, ouvrez les fenêtres en ville, mais fermez-les sur l’autoroute. Sinon, la consommation d’essence peut bondir de 5 %.

3- Rangez les accessoires

Ça y est, l’hiver est terminé ! Enlevez votre support à ski ou votre porte-bagages sur le toit. Sortez du coffre les « Traction Aids », le sac de sel, la pelle. Enfin, tout ce qui alourdit inutilement votre véhicule.

4- Achetez un chauffe-moteur

Mais l’hiver reviendra bien assez vite. En achetant un chauffe-moteur (de 50 à 200 $) et en branchant votre véhicule, vous pouvez réduire jusqu’à 20 % votre consommation d’essence sur les 20 premiers kilomètres parcourus, dit M. Saint-Pierre. À l’achat de votre prochain véhicule, négocier un chauffe-moteur gratuit avec le concessionnaire, au lieu d’un tapis sauve-pantalon !

5- Entretien minutieux

Un véhicule en bon état est toujours moins glouton. Assurez-vous du bon fonctionnement du système antipollution, dont une défaillance peut entraîner une hausse marquée de la consommation d’essence. Faites vos vidanges d’huile religieusement. Gonflez les pneus régulièrement.

6- Roulez plus petit

Il n’y a pas de secret. Plus un véhicule est lourd, plus il consomme d’essence. Est-il nécessaire de rouler en VUS pour faire la navette au boulot soir et matin ? Vous pourriez opter pour une voiture plus compacte, quitte à installer un porte-bagages sur le toit au besoin.

Si vous parcourez 30 000 kilomètres par année, par exemple, vous économiserez de 1500 à 2000 $ en roulant dans une Nissan Versa ou une Honda Civic plutôt que dans un Jeep Cherokee ou une Toyota Sienna.

7- Gros moteur, pourquoi ?

Et pourquoi ne pas vous passer du moteur turbo ? De la transmission intégrale à quatre roues motrices ? Vous économiserez des milliers de dollars à l’achat. Et en sacrifiant un peu de puissance, vous roulerez à meilleur prix. Un doublé !

8- Roulez vert

Au Québec, recharger son véhicule électrique coûte environ 200 $ par année pour parcourir 20 000 km, environ 8 fois moins que les coûts en énergie d’un véhicule à essence comparable.

Évidemment, la voiture électrique coûte plus cher à l’achat. La Nissan Leaf 2014 S revient presque à 26 000 $ (en soustrayant la subvention de 8000 $). C’est 5000 $ de plus qu’une Nissan Sentra 2014 SV qui coûtera 1500 $ par année en carburant pour la même distance.

Il faudra donc quatre ans pour « rentabiliser » votre modèle électrique. Mais pendant ces années, vous aurez réduit la pollution.

9- Oubliez le diesel

Avis aux amateurs de diesel : ça ne vaut pas le coût. Il n’y a pas si longtemps, les automobilistes pouvaient économiser 500 $ par année en coût de carburant. Mais comme l’écart de prix entre le diesel et l’essence a rétréci, l’économie n’est plus que de 50 $ par an, calcule CAA-Québec. Rien pour justifier le prix d’achat de 2000 à 3000 $ plus élevé d’un modèle diesel.

10- Laissez tomber l’auto

D’autres idées pour réduire votre consommation de carburant ? Télétravaillez. Prenez les transports en commun. Covoiturez. Prenez votre vélo ou un BIXI. Marchez plus souvent pour les courtes distances. En prime, ça vous gardera en forme ! 

lapresse.ca

Commenter cet article

Archives