Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi la procrastination pourrait littéralement vous tuer

Publié par MaRichesse.Com sur 16 Avril 2015, 21:28pm

Pourquoi la procrastination pourrait littéralement vous tuer

Nous savons déjà que la procrastination ruine notre journée de travail. Mais le fait de postposer de manière récurrente nos besognes peut également nous affecter non seulement sur le plan professionnel mais également sur le plan physique, écrit Fastcodesign. La procrastination est liée aux maux de tête, à des troubles digestifs et au rhume ainsi qu’aux pathologies cardiaques,indique une nouvelle étude.  

 

Via l’étude d’un échantillon de 800 personnes aux Etats-Unis, la psychologue Fuschia Sirois de l’Université de Bishop a montré qu’il existait un lien significatif entre la procrastination, l’hypertension et les maladies cardiovasculaires. Un constat qui s’est révélé exact même lorsque l’on prenait en compte des aspects tels que l’âge, l’ethnicité et les traits de personnalité.

Selon Sirois, il existe une cause qui explique le rapport entre les personnes qui procrastinent et les maladies cardiaques qui les affectent.

Nous passons tous du temps à paresser, il s’agit de la procrastination commune. Mais les psychologues pensent que mal employer son temps à certains moments diffère de la procrastination habituelle, récurrente, inutile et nuisible qui se rapproche davantage d’un trait de personnalité. Ce type de procrastination chronique toucherait près de 20% de la population.   

La procrastination chronique peut avoir un impact négatif sur la santé d’une personne de façons différentes. D’une part, les procrastinateurs ne prennent pas soin d’eux, ils évitent par exemple d’aller chez le médecin ou encore de faire de l’exercice ou de s’alimenter sainement. En outre, le stress engendré par un retardement chronique a un effet néfaste d’un point de vue psychophysiologique sur le corps, ce qui rend la personne plus vulnérable aux maladies. Les manières dont les personnes pourvues de traits de procrastination chronique font face au stress peuvent également avoir un impact néfaste sur leur santé. Sirois a identifié deux deux manières d’adaptation au stress particulièrement nuisibles : le désengagement comportemental (le procrastinateur affronte un problème grâce à son évitement) et l’autoaccusation (le procrastinateur se critique de manière intense, ce qui augmente encore plus son stress).

Malgré l’identification de la psychologue de ces deux méthodes d’adaptation, il n’existe encore pas de lien évident avec les maladies cardiovasculaires.

Pour son étude, Sirois a étudié des personnes saines mais également un groupe de sujets souffrant d’hypertension et de problèmes cardiovasculaires. Tous les participants ont répondu à des questionnaires afin de mesurer leur niveau de procrastination, leurs traits de personnalité, les stratégies d’adaptation, leur taux de stress général et d’autres comportements relatifs à la santé.  La psychologue a démontré que les niveaux de procrastination étaient sensiblement plus élevés au sein du groupe de sujets souffrant de problèmes cardiovasculaires qu’au sein du groupe en bonne santé. Les liens entre la procrastination et les deux méthodes d’adaptation nuisibles étaient davantage présents chez les personnes avec de l’hypertension et des pathologies cardiaques. Par ailleurs, il a été découvert que ces stratégies d’adaptation ont également conduit à une augmentation du stress pour ce groupe.

Selon Sirois, ces résultats pourraient indiquer que la procrastination favorise une tendance à s’accommoder du stress en s’engageant dans des pensées négatives, dans l’autoaccusation et en se désengageant des actions constructives.

Même si cette étude n’a pas pu démontrer un lien de causalité entre la procrastination et un mauvais état de santé, ces évidences sont préoccupantes. Sirois offre plusieurs stratégies pour réduire les méthodes nuisibles d’adaptation au stress. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’autoaccusation, vous pardonner votre procrastination pourrait être un bon début, à réaliser de préférence le plus tôt possible. 

Express.be

Commenter cet article

Archives