Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Nigeria : 5 choses à savoir sur le nouveau président Muhammadu Buhari

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Avril 2015, 07:54am

Catégories : #NEWS, #AFRIQUE, #POLITIQUE, #5-TRUCS-A-SAVOIR, #PEOPLE

Nigeria : 5 choses à savoir sur le nouveau président Muhammadu Buhari

La commission électorale nigériane a annoncé mardi que le succcesseur du président sortant Goodluck Jonathan serait le principal candidat de l'opposition, Muhammadu Buhari. Retour en cinq points sur le parcours de celui qui aura désormais entre les mains les rênes du plus peuplé des pays d'Afrique durant quatre ans. 

 

  • Un musulman originaire du Nord

Muhammadu Buhari est né le 17 décembre 1942 à Daura, dans l’État de Katsina situé au nord du Nigeria à la frontière avec le Tchad. Issu d’une famille nombreuse (il est le dernier d’une fratrie de 23 enfants), le candidat du All Nigeria Peoples Party (APC) s’est marié deux fois et a eu dix enfants.

En 2011, Muhammadu Buhari s’est exprimé publiquement lors d’un séminaire en faveur d’une application totale de la loi islamique dans tout le pays. "Si Dieu le veut, nous n'arrêterons pas l'agitation pour la mise en œuvre totale de la charia dans le pays", avait-il déclaré. Mais en janvier 2015, en pleine campagne électorale, il avait rectifié le tir en défendant la liberté de culte, rappelant au passage n’avoir jamais imposé la charia lorsqu’il était au pouvoir entre 1983 et 1985. 

 

  • Militaire et chef de junte pendant vingt mois

À l’âge de 19 ans, Muhammadu Buhari rejoint l’armée. Suivent plusieurs années de perfectionnement en Grande Bretagne, puis il gravit les échelons pour devenir en 1980 officier général des forces armées nigérianes. Une carrière qui a notamment été accélérée par sa participation en 1966 au coup d’État mené par le lieutenant-colonel Murtala Muhammed pour renverser le régime d’Aguiyi Ironsi.

Quelques années plus tard, en décembre 1983, le général Buhari prendra les rênes du pouvoir après avoir renversé le président Shehu Shagari élu en 1979. Ce passage à la tête de l’État durera jusqu’en août 1985, date à laquelle il est renversé par le général Ibrahim Babangida. Ses vingt mois de gestion du pays ont conduit de nombreuses personnes en prison, dont Fela Kuti, inventeur légendaire de la musique nigériane "afrobeat" et éminent activiste des droits de l'homme.

L’affaire Umaru Dikko est l’un des épisodes les plus célèbres de la présidence Buhara. Dikko, ministre dans le gouvernement renversé, avait alors été kidnappé à Londres par les agents secrets nigérians. Un agent des douanes de l’aéroport de Stansted découvre alors dans une "valise diplomatique" à destination de Lagos, l’ex-ministre inconscient. L'incident avait provoqué une crise diplomatique majeure avec la Grande-Bretagne et quatre hommes avaient été emprisonnés pour enlèvement.

La "méthode Buhari" était donc rude, dans de nombreux domaines. Le quotidien britannique The Telegraph indique par exemple que la tricherie lors d'examens universitaires pouvait conduire à une peine d’emprisonnement de vingt ans et que les fonctionnaires étaient soumis à des punitions physiques en cas de retard au travail.

En 1984 et en 1985 alors que l'Afrique de l'ouest traversait une grave crise alimentaire, Buhari avait fait expulser plusieurs centaines de milliers de Nigériens vivant alors au Nigeria. Aujourd'hui encore l'épisode de cette famine est surnommée "El-Buhari" à l’est du Niger. 

 

  • Trois fois candidat malheureux à la présidentielle

Muhammadu Buhari a été désigné candidat en décembre 2014 par le principal parti d’opposition, le Congrès progressiste (APC), avec 3 430 voix, loin devant l'ancien vice-président Atiku Abubakar qui n'a obtenu que 954 voix.

Il avait effectué son retour en politique en 2003 lors de l’élection présidentielle perdue contre l’ancien général Olusegun Obasanjo, qui l'a aujourd'hui rallié. En 2007 et en 2011, il n'avait pas connu un sort plus heureux face à Umaru Yar’Adua puis Goodluck Jonathan. Sa défaite en 2011 a entraîné des violences au cours desquelles un millier de Nigérians au moins ont trouvé la mort.

 

  • Un ticket avec le sudiste Yemi Osinbajo

Pour équilibrer la candidature de son parti face au président sortant, Muhammadu Buhari a désigné le 17 décembre 2014 pour la vice-présidence Yemi Osinbajo, issu de l’ethnie yoruba du sud du pays. Ce dernier, responsable du département de droit public de l’Université de Lagos, a une riche carrière professionnelle. Il fut notamment conseiller spécial du procureur général du Nigeria, membre de la mission des Nations unies en Somalie… Chrétien évangéliste, Yemi Osinbajo a fait partie du comité chargé de rédiger le manifeste du All Progressives Congress (APC) en 2013. 

 

  • Une alliance avec l’ancien président Olusegun Obasanjo

Si Muhammadu Buhari a été battu à la présidentielle de 2003 par Olusegun Obasanjo, tous les deux sont d'anciens généraux de l’armée nigériane et leurs rapports sont très bons, au moins depuis que l’ancien président a publiquement déchiré sa carte de membre du Parti démocratique populaire (PDP, au pouvoir), en février dernier.

Obasanjo avait nommé en 1976 Buhari au poste très stratégique de ministre du Pétrole et des Ressources naturelles. Les relations exécrables entre Goodluck Jonathan et Olusegun Obasanjo ont fortement profité à Buhari dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle.


Source

Commenter cet article

Archives