Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


5 choses à savoir sur le nouveau Francis Cabrel

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Avril 2015, 04:54am

 5 choses à savoir sur le nouveau Francis Cabrel

Depuis le temps que l’on patiente… Francis Cabrel est de retour ce lundi avec un treizième album mûri ces sept dernières années. Qu’a-t-il réservé à ses fans, qui devraient y trouver leur bande-son de l’été, avant de le retrouver en tournée cet automne?

Il parle politique. Trente-deux après Saïd et Mohamed, qui se voulait un rempart à la progression du FN, Francis Cabrel le citoyen n'a pas tiré un trait sur les textes engagés, loin de là. L’album s’ouvre et se clôture par deux titres d’inspiration politiques, sous forme de satires. Le premier, Dur comme fer,évoque les désillusions, les lendemains qui déchantent, les politiques qui promettent sans y croire eux-mêmes. Qui vise-t-il? «Quand un homme politique devient un people, qu’il fréquente la jet-set, il se trompe, ce n’est pas là qu’il doit œuvrer», commente Cabrel à Paris Match, sans mystère sur l’ex-Président visé. Le dernier titre, Pas si bête, fait écho à l’ouverture sans plus d’optimisme: «Si le ciel doit se renverser. Ce sera sur nos toitures percées».

Il est sombre. La politique, mais aussi la religion, l’amour, le jazz… Une chanson revient sur la crucifixion de Jésus-Christ, une autre rend hommage à Mandela, une autre encore aux maîtres du jazz. Sans oublier deux chansons d’amour, genre qu'il avait un peu délaissé: A chaque amour que nous ferons, et Partis pour rester, dédié à sa femme Mariette, qu'il a épousée en 1974. Mais dans l'ensemble, l'album est sans doute l'un de ses plus sombres. «L’époque n’est pas à la gaudriole, mais je n’essaie pas d’enfoncer le clou de la "sombritude"», dit-il à Paris Match. 

Il est dépouillé musicalement. Guitares acoustiques au premier plan, In Extremis est sobre, orchestré de façon assez minimaliste. Francis Cabrel l’a enregistré dans son studio, chez lui, à Astaffort, son fief du Lot-et-Garonne où il a grandi, dans «une ancienne grange» réaménagée. «Je suis parti en tournée tout seul avec ma guitare et ça m'a donné une nouvelle vision de l'ensemble de mon répertoire, et j'ai eu cette idée de revenir à l'essentiel, au squelette de la chanson», a expliqué Francis Cabrel à RTL.

Il l’a mûri. Cabrel aime prendre son temps, mais cette fois, les fans ont attendu sept ans. «Je voulais prendre mes cinq années habituelles pour enregistrer. Mais, voyant que je n’y arrivais pas, je me suis un peu perdu en route», expliqueCabrel à Paris Match, en listant ses projets: ses reprises francophones de Bob Dylan (Vise le ciel) sorties en 2012, les compositions qu’il a signées pour Le soldat rose 2, le spectacle L’enfant porte dont il s’est occupé avec les Petits Chanteurs d’Astaffort. Il a participé aux albums hommage aux Beatles et à Jacques Dutronc. Cabrel ou l'éloge de la lenteur: «Sept ans, cela pourrait passer pour un manque de respect, c'est tout le contraire. Je pourrais pondre douze chansons pour la semaine prochaine, mais si on veut qu'elles soient habitées, il faut prendre le temps de vivre»,explique t-il au JDD.  

Il va cartonner. Son dernier opus Avec des roses et des orties fut l’album le plus vendu de l’année en 2008, avec plus de 750.000 exemplaires écoulé. Pourquoi en serait-il autrement cette fois? La popularité de Cabrel est loin d’avoir faibli, et l’effet de rareté autour des albums de Cabrel, qui en 35 ans de carrière n’aura sorti que 13 albums, marche toujours autant pour créer l’événement. En tout cas, Shakira, qui quiere morir tant elle aime Cabrel, devrait l’acheter. Ses fans aussi. A noter que les abonnés à Deezer et Spotify ne pourront pas en profiter: Francis Cabrel n’y est toujours pas. Le streaming ne l’ «intéresse pas, pour l'instant», a-t-ilconfirmé en mars 

20minutes.fr

Commenter cet article

Archives