Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


15 informations importantes pour les proches des femmes angoissées

Publié par MaRichesse.Com sur 25 Avril 2015, 15:23pm

15 informations importantes pour les proches des femmes angoissées

À l’époque où ma mère venait encore me border, je lui demandais systématiquement de m’aider à penser à un truc agréable. J’espérais toujours que ses idées pourraient empêcher mon cerveau de basculer dans une spirale incontrôlable. Je ne le savais pas encore, mais je passerais le reste de ma vie à tenter d’échapper à cette angoisse. J’en souffre depuis toute petite, mais cela fait seulement cinq ans que je suis capable de le reconnaître et d’en parler.

Rien qu’aux États-Unis, 40 millions de personnes souffrent de cette pathologie. Les deux sexes ne sont généralement pas égaux en la matière, sauf pour certains troubles tels que la phobie sociale. L’anxiété généralisée et les troubles paniques touchent en effet deux fois plus de femmes que d’hommes.

Expliquer le quotidien des angoissé(e)s est loin d’être simple. Pourtant, leur entourage aimerait vraiment comprendre ce qui leur arrive.

Vous trouverez ci-dessous une liste de 15 conseils et informations destinés aux proches des angoissées.

1. L’angoisse est d’abord physique. On a l’impression d’étouffer, de ne plus savoir où on en est. Chaque inspiration devient un effort. C’est comme si un bébé constitué d’énergie négative tentait de sortir de notre corps à coups de pieds, une sensation impossible à ignorer.

2. Elle envahit tout. Si l’angoisse est particulièrement frustrante, c’est parce que la gêne physique qui l’accompagne empêche de penser à quoi que ce soit d’autre.

3. On la ressent dans tout notre corps. Dans les mains, la poitrine, le crâne, les yeux, l’estomac... De la pointe des orteils jusqu’au bout des doigts, elle prend possession de nous et ne demande qu’à s’exprimer.

4. Elle peut être traitée, mais pas soignée. Comme la plupart des maladies chroniques, l’anxiété généralisée doit continuer à être prise en charge, même après plusieurs années de traitement. Celui-ci ne vise d’ailleurs pas tant à la faire disparaître qu’à donner aux patients les outils nécessaires pour y faire face.

5. Les séances de thérapie, l’exercice physique et les anxiolytiques peuvent être utile. Mais le traitement approprié dépend de chacun.

6. C’est peut-être elle qui nous rend si productives. Rendre un devoir en retard ? Laisser quelque chose en plan au travail ? Manquer un rendez-vous ? Plutôt mourir !

7. C’est un très bon mécanisme de survie. Comme le montre cette bande dessinée qui transforme l’angoisse en superpouvoir ! Grâce à elle, nous faisons preuve de plus d’empathie et de dynamisme, et nous comprenons mieux le monde qui nous entoure.

8. Choisir d’en parler à quelqu’un n’est pas anodin. Les problèmes psychologiques sont toujours stigmatisés et il n’est pas facile de se confier. Ce qui nous amène au point suivant.

9. Nous ne sommes pas "folles". On s’est longtemps servi de ce mot pour éviter de tenir compte des sentiments et des besoins des femmes. Mais il doit désormais disparaître de votre vocabulaire. Parce qu’on a tous des problèmes.

10. Laissez-nous pleurer. Évacuer COM-PLÈ-TE-MENT (#SorryNotSorry d’exprimer des émotions).

11. On panique de façon irrationnelle et on s’en rend bien compte. On sait parfaitement qu’on a peu de chance de crever seules et d’être dévorées par nos chats, et qu’on n’est pas vraiment en train de mourir quand on a l’impression d’étouffer. Ça ne change rien. On ne contrôle pas ce qui nous arrive, ce qui entraîne presque toujours une réaction émotionnelle (et physique).

12. Mais ce n’est pas une raison pour nous le faire remarquer. Attendez simplement que la crise passe et restez avec nous.

13. Un simple massage peut faire beaucoup de bien. Ou pas.

14. Le problème ne vient pas de vous. Mais de nous.

15. Ce qui n’empêche pas qu’on a besoin que vous nous souteniez et que vous fassiez preuve de patience. Merci d’être là. Vous ne savez pas à quel point c’est important. 

Huffingtonpost.fr

Commenter cet article

Archives