Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


6 raisons santé de se mettre à jardiner

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Mars 2015, 17:52pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #VIE, #HEUREUX

C'est enfin le printemps. Avec lui reviennent les beaux-jours, le soleil et les températures plus douces. C'est l'occasion ou jamais de se mettre au vert et de troquer son smartphone contre une paire de gants en latex. Si toutefois la motivation vous manque, découvrez nos six raisons santé de jardiner.

6 raisons santé de se mettre à jardiner

C'est bon pour le moral

Qui dit jardin dit extérieur et donc soleil, si la météo est clémente. Jardiner permet de se couper de ses tracas du quotidien liés à la vie professionnelle et de se concentrer sur la nature, tout en prenant un grand bol d'air frais. Pratiqué un peu chaque jour ou même simplement quelques heures le weekend, le jardinage apporte une satisfaction toute particulière de voir ses plantes s'épanouir au fil des jours. Rien de mieux pour chasser la déprime et dire au revoir au burn-out. En 2011, une étude scientifique menée sur les plus de 50 ans avait même montré que les personnes qui jardinent trouvaient la vie moins monotone et ennuyeuse que les autres. Cultiver des plantes, même sur son balcon ou à sa fenêtre procure un sentiment de devoir, d'accomplissement et de contrôle qui pousse à améliorer son estime de soi, et ça, c'est quand même une bonne nouvelle. 

 

On s'active sans y penser

Derrière les clichés et idées reçues se cache une réalité : jardiner, c'est physique. Certes, une heure de jardinage n'équivaudra jamais à une heure de marathon à vive allure, mais tout de même, le jardin nous fait bouger. Des recherches récentes ont mis en évidence les bénéfices de cette activité nature, et indiquent qu'une demi-heure de jardinage plusieurs fois par semaine suffit à diminuer le risque d'hypertension, de diabète et de maladies cardiovasculaires. La répétition de mouvements divers (se baisser, fléchir les genoux etc.) améliore la souplesse, l'état des os, des muscles et des articulations. L'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde, la constipation et la surcharge pondérale sont également diminués par une activité de jardinage.

Concrètement, trois heures et demie de jardinage correspondent à une perte de 1 000 Kilocalories, ce qui équivaut à pratiquement deux heures de jogging. Les médecins recommandent une dépense quotidienne de 156 Kcal, ce qui se traduit par 45 minutes de taille de rosiers ou 25 minutes de bêchage. Mais que ceux qui ont des jardins plus réduits se rassurent : planter des végétaux à la main pendant une heure correspond à une heure de ping-pong ou de cyclisme de loisir (8 à 10 km/h). Sans oublier de préciser que tout cela se fait sans y penser et permet de recharger les batteries en vitamine D (fixée grâce au soleil). 

 

C'est une activité créative

« Jardiner c'est créer, créer c'est jardiner. » Telle pourrait être une variante de la fameuse citation du résistant Stéphane Hessel « Résister c'est créer ». Même si planter, arroser, désherber et semer paraissent des activités répétitives et rébarbatives, elles poussent tout de même à la création et à l'inventivité. « Et si je mettais du rouge au centre du parterre et des fleurs jaunes tout autour ? » Parce que le jardinage s'apparente à constituer un mandala coloré, un carré de verdure ou encore une jardinière de pensées, il stimule notre créativité et notre imagination au service de notre environnement. Embellir son quotidien, voir le résultat évoluer de jour en jour et développer son côté « artiste », voilà un aspect inattendu du jardinage. Avec les enfants, cette activité est encore plus bénéfique tant elle amène à réfléchir et à innover, à s'émerveiller et à s'exprimer à travers les plantes que l'on met en terre. 

 

On redécouvre le goût des aliments

Si vous êtes lassés du goût insipide des tomates de supermarché, des concombres élevés sous serre et des aubergines sans vitamines, le jardinage est définitivement fait pour vous. Une tomate qui aura pris le temps de se gorger de soleil, de mûrir correctement sans ajout de pesticide n'aura pas la même saveur que celles qui tapissent les étals des grandes surfaces et qui arborent une couleur orangée. Bien-sûr, le concombre aura plus de graines, mais quel goût unique ! Jardiner, puis récolter ses légumes, c'est aussi se rappeler que lesconcombres ne sont pas tous longilignes, qu'il existe un nombre incroyable de variétés différentes de tomates, ou encore que la salade ne pousse pas dans un sachet en plastique. Si l'on a des enfants, le jardinage leur fera découvrir les multiples goûts différents que l'on trouve dans le potager, de quoi les éduquer à l'équilibre alimentaire. A nous les vitamines, les minéraux et autres vertus nutritives des légumes. 

 

On sait enfin ce que l'on mange

Peut-on parler de jardinage sans parler d'agriculture biologique et d'écologie ? Cultiver ses légumes, ou même simplement ses aromates sur un bout de balcon, c'est savoir ce que l'on met dans son assiette. Si vous n'utilisez que des traitements naturels autorisés en agriculture biologique (présents dans la plupart des jardineries), vos légumes seront donc sans pesticides et autres produits chimiques. C'est un argument santé incontestable, surtout quand on sait que le fameux Roundup® et quatre autres insecticides ont été épinglés comme « cancérogènes probables » par l'Organisation mondiale de la Santé le 20 mars 2015. Et s'il n'est pas facile de choisir du bio au supermarché, cultiver ses propres légumes permet d'être sûr de leur traçabilité, de la plantation à la récolte.

On recrée du lien social

Rares sont les jardiniers qui ont tout appris seuls et qui cultivent leurs légumes dans leur coin. Le jardinage permet souvent de créer des liens, que ce soit entre voisins, en famille ou dans un club. Jardiner, c'est échanger son savoir-faire avec les autres, demander conseil par-ci par-là et même partager ses récoltes. C'est une activité qui, si elle semble tournée vers soi, permet aussi de développer ou de recréer du lien social. Parents et enfants s'activent ensemble, alors que les grands-parents donnent leurs conseils et apportent leur expérience. Mais que les citadins se rassurent, il existe dans les villes de plus en plus d'initiatives d'agriculture urbaine, où les jardins partagés et ouvriers se développent. De quoi rencontrer du monde, s'ancrer dans son quartier et découvrir ses voisins, loin du sentiment d'isolement et d'anonymat parfois ressenti lorsque l'on habite en ville. 

Source

 

Commenter cet article

Archives