Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 raisons de croire à l'existence de DIEU

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Mars 2015, 06:20am

Catégories : #RELIGION, #VIE, #SCIENCE, #INSOLITE

10 raisons de croire à l'existence de DIEU

1- L’INÉLUCTABILITÉ DE LA FOI.

Tout le monde croit en quelque chose. Personne ne peut supporter le stress et les tracas de la vie sans avoir foi en quelque chose qui ne saurait être prouvé en définitive. Les athées ne peuvent prouver qu’il n’y a pas de Dieu. Les panthéistes ne peuvent prouver que tout est Dieu. Les pragmatistes ne peuvent prouver que ce qui comptera pour eux dans le futur est ce quifonctionne pour eux maintenant. Pas plus que les agnostiques ne peuvent prouver qu’il estimpossible de savoir d’une manière ou d’une autre. La foi est incontournable, même si nous choisissons de ne croire qu’en nous mêmes. Ce que nous devons décider, ce sont les preuves que nous croirons être pertinentes, la manière dont nous interpréterons ces preuves et ceux ou ce en quoi nous sommes disposés à croire (Luc 16.16).

 

2- LES LIMITES DE LA SCIENCE.

Les méthodes scientifiques sont limitées par un processus qui se définit selon ce que l’on peut mesurer et répéter. Par définition, elles ne fournissent aucunes réponses aux questions relatives à l’origine ultime, au sens profond et à la moralité. Pour obtenir de telles réponses, la science dépend des valeurs et des croyances personnelles de ceux qui l’utilisent. La science a donc un grand potentiel, tant pour le bien que pour le mal. On peut s’en servir pour fabriquer des vaccins ou des poisons, des centrales nucléaires ou des armes nucléaires. On peut s’en servir pour nettoyer l’environnement ou le polluer. On peut s’en servir pour défendre Dieu ou s’opposer à lui. La science ne nous offre en elle même ni directions ni valeurs morales par lesquelles gouverner notre vie. Tout ce que la science peut faire, c’est nous montrer comment les lois naturelles fonctionnent, sans nous dire quoi que ce soit au sujet de leurs origines.

 

3- LES PROBLÈMES D’ÉVOLUTION.

Certains ont présumé qu’en expliquant la vie par le concept d’évolution ils rendraient Dieu inutile. Cette présomption néglige toutefois d’aborder certains problèmes. Même si nous présumons que les scientifiques trouveront un jour suffisamment de « chaînons manquants » pour confirmer que la vie est apparue et s’est développée graduellement sur de longues périodes, les lois des probabilités indiqueraient quant même la nécessité d’un Créateur. Résultat : Beaucoup de scientifiques qui croient à l’évolution croient aussi que l’univers dans toute son immensité et toute sa complexité ne s’est pas « simplement produit ». Beaucoup d’entre eux se sentent poussés à reconnaître la possibilité ou même la probabilité qu’il y ait un concepteur intelligent qui ait fourni les ingrédients de la vie et ait mis en œuvre les lois selon lesquelles il s’est développé.

 

4- LES HABITUDES DU CŒUR.

On a décrit déjà l’humanité comme étant incurablement religieuse. Dans des moments d’inattention marqués par le trouble ou la surprise, en prière ou en blasphème, on persiste à évoquer une divinité. Ceux qui décrient ces pensées comme de mauvaises habitudes ou des vices sociaux se retrouvent face à des questions auxquelles il est impossible de répondre. Le fait de nier l’existence de Dieu ne dissipe en rien les mystères de la vie. Les tentatives pour exclure Dieu du langage de la vie civile n’éliminent en rien le désir ardent et persistant de connaître autre chose que ce que la vie ici bas peut offrir (Ecclésiaste 3.11). Il y a quelque chose de douloureux pour nous dans la vérité, la beauté et l’amour. Même dans notre colère contre un Dieu qui permet l’injustice et la souffrance, nous puisons dans une conscience morale pour affirmer que la vie n’est pas ce qu’elle devrait être (Romains 2.14,15). Même involontairement, nous nous sentons attirés par quelque chose de supérieur, plutôt que d’inférieur, à nous mêmes.

 

5- LES ANTÉCÉDENTS DE LA GENÈSE.

À première vue, les paroles d’introduction de la Bible semblent présumer de l’existence de Dieu. La Genèse fut toutefois écrite à un moment précis au cours de l’Histoire. Moïse a écrit : « Au commencement, Dieu » après l’exode d’Israël en Égypte. Il l’a écrite après que des événements miraculeux, dont on dit que des millions de Juifs et d’Égyptiens ont été les témoins, se sont produits. De l’Exode à la venue du Messie, le Dieu de la Bible s’appuie sur des événements dont des gens ont été les témoins en temps réel et dans des lieux réels. Quiconque doute des déclarations bibliques n’a qu’à aller visiter les lieux réels et à rencontrer des gens là bas pour en vérifier les preuves par eux mêmes.

 

6- LA NATION D’ISRAËL.

On se sert souvent d’Israël comme d’exemple pour s’opposer à Dieu. Beaucoup de gens ont du mal à croire en un Dieu qui se montrerait partial en faveur d’un « peuple élu ». D’autres ont encore plus de mal à croire en un Dieu qui ne protégerait pas sa « nation élue » contre les wagons couverts, les chambres à gaz et les fourneaux d’Auschwits et de Dachau. Pourtant, depuis le commencement de l’histoire de l’Ancien Testament, l’avenir d’Israël a été prédit par écrit. Conjointement avec d’autres prophètes, Moïse a prédit non seulement l’entrée en possession du pays par Israël, mais aussi ses souffrances inégalées et sa dispersion sur toute la terre, sa repentance éventuelle, et pour terminer sa restauration à la fin des temps (Deutéronome 28  34 ; Ésaïe 2.1 5 ; Ézéchiel 37.38).

 

7- LES DÉCLARATIONS DE CHRIST.

Beaucoup de gens qui doutent de l’existence de Dieu se rassurent en entretenant la pensée suivante : « Si Dieu souhaitait que nous croyions en lui, il nous apparaîtrait. » Selon la Bible, c’est précisément ce que Dieu a fait. Au VIIe siècle av. J. C., le prophète Ésaïe a dit que Dieu donnerait un signe à son peuple. Une vierge donnerait naissance à un fils que l’on appellerait « Dieu parmi nous » (Ésaïe 7.14 ; Matthieu 1.23). Ésaïe a dit que ce Fils serait appelé « Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix » (Ésaïe 9.5). Le prophète a dit également que cet enfant mourrait pour expier les péchés de son peuple avant de voir sa vie être prolongée et d’être honoré de Dieu (Ésaïe 53). Selon le Nouveau Testament, Jésus a déclaré être ce Messie. Sous le règne d’un gouverneur romain du nom de Ponce Pilate, on l’a crucifié après l’avoir accusé de s’être déclaré roi d’Israël et de s’être présenté comme l’égal de Dieu (Jean 5.18).

 

8- LA PREUVE DES MIRACLES.

Les témoignages des premiers disciples de Jésus indiquent tous qu’il a fait plus que simplement déclarer être le Messie tant attendu. Ces témoins ont dit qu’il avait gagné leur confiance en guérissant des paralytiques, en marchant sur l’eau et en subissant volontairement une mort douloureuse et injuste avant de ressusciter d’entre les morts (1 Corinthiens 15.1 8). Le plus convaincant fut leur déclaration selon laquelle beaucoup de témoins ont vu Christ et lui ont parlé après avoir trouvé son sépulcre vide et avant de l’avoir vu monter au ciel sous leurs yeux. Ces témoins n’avaient strictement rien à gagner en déclarant une chose pareille. Ils ne pouvaient aucunement espérer obtenir ainsi des biens matériels ou du pouvoir. Beaucoup d’entre eux sont devenus des martyrs, déclarant jusqu’à la fin que le Messie tant attendu d’Israël avait vécu parmi eux, qu’il s’était sacrifié pour expier les péchés et qu’il était ressuscité des morts afin de leur assurer sa capacité de les amener à Dieu.

 

9- LES DÉTAILS DE LA NATURE.

Il y a des gens qui croient en Dieu mais qui ne prennent pas son existence au sérieux. Ils se disent qu’un Dieu assez grand pour créer l’univers serait trop grand pour se soucier de nous. Jésus a toutefois confirmé ce que la conception et les détails du monde naturel suggèrent. Il a démontré que Dieu est suffisamment grand pour se soucier des plus petits détails de notre vie. Il a parlé de celui qui connaît non seulement chacun de nos mouvements, mais aussi les motifs et les pensées de notre cœur. Jésus a enseigné que Dieu connaît jusqu’au nombre de cheveux qu’il y a sur notre tête, nos moindres inquiétudes et même l’état d’un oiseau tombé au sol (Psaume 139 ; Matthieu 6). 

 

10- LA VOIX DE L’EXPÉRIENCE.

La Bible dit que Dieu a créé les circonstances de notre vie de manière à ce qu’elles nous poussent à le chercher (Actes 17.26). À ceux qui le cherchent avec sincérité, l’Écriture dit qu’il est suffisamment près d’eux pour qu’ils le trouvent (v. 27). Selon l’apôtre Paul, Dieu est un Esprit en qui « nous avons la vie, le mouvement, et l’être » (v. 28). La Bible indique tout aussi clairement, toutefois, que nous devons nous efforcer de trouver Dieu à sa manière et non à la nôtre. Il promet de se laisser trouver, non par n’importe qui, mais par ceux qui reconnaissent le besoin qu’ils ont de lui et qui sont prêts à mettre leur confiance en lui plutôt qu’en eux mêmes.

VOUS N’ÊTES PAS LE SEUL si vous êtes prêt à reconnaître l’existence de Dieu, mais que vous doutiez de pouvoir accepter la déclaration de Jésus selon laquelle il est « Dieu fait homme ». L’enseignant de Nazareth a promis d’accorder une aide divine à ceux qui souhaitent faire la volonté de Dieu. Il a dit : « Si quelqu’un veut faire sa [celle de Dieu] volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon propre chef » (Jean 7.17).

Si vous discernez les preuves de ce que Dieu s’est révélé à nous par son Fils, n’oubliez pas que la Bible dit que Christ est mort afin de payer le prix de nos péchés et que tous ceux qui croient en lui recevront les dons du pardon et de la vie éternelle. Le salut que Christ offre n’est pas une récompense pour des efforts fournis, mais un don fait à tous ceux qui, à la lumière des preuves, mettent leur foi en lui (Jean 5.24 ; Romains 4.5 ; Éphésiens 2.8 10).

Pour accepter le don divin du salut, vous pouvez faire une prière comparable à celle ci : « Dieu, je me sais pécheur. Je sais que je ne peux pas me sauver moi même. Je crois que Jésus est mort sur la croix pour expier mes péchés. Je crois qu’il est ressuscité des morts afin de vivre sa vie en tous ceux qui croient en lui. Je le reçois maintenant comme mon Sauveur. J’accepte ton offre de pardon et de vie éternelle. Merci, Père. Je prie au nom de Jésus. Amen. »

Si vous avez pris la décision de mettre votre confiance en Christ, veuillez nous le faire savoir par courrier ou par courriel (francais@rbc.org) et vous recevrez, sans frais ni obligation, du matériel de croissance spirituelle et d’étude biblique conçu dans le but de vous aider à grandir dans votre nouvelle vie d’enfant de Dieu. Nous vous recommandons également de demander à Dieu de vous guider vers une Église qui enseigne la Bible avec fidélité dans un esprit d’amour et de ressemblance à Christ. 

Source

 

Commenter cet article

Archives