Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Des caméras dans les voitures : des vidéos pour YouTube ou pour nous surveiller ?

Publié par MaRichesse.Com sur 10 Février 2015, 05:47am

Catégories : #RELATIONS, #IMPORTANT, #VIDEO

De plus en plus de véhicules sont équipés de ces « dashcams » qui filment la route. A l’origine utilisées pour prouver sa bonne foi aux assurances, elles risquent de devenir un outil de surveillance de notre vie privée.

Des caméras dans les voitures : des vidéos pour YouTube ou pour nous surveiller ?

Internet a eu les vidéos de chats. Internet a eu les vidéos de fails. Internet a maintenant les vidéos de dashcams.

Les dashcams, ce sont les caméras embarquées à bord des véhicules qui filment la route, et plus rarement l’arrière du véhicule. Elles ont commencé à être utilisées en Russie, où ce genre visuel est né. Quand on a vu tourner l’été dernier la vidéo de quatre mecs déguisés – dont un en Bob l’Eponge – frappant un conducteur sur une route russe, on a compris que le filon était bon.

 

Les vidéos de dashcams sont parfois spectaculaires – voir la pluie de météorites en Russie filmée par la caméra d’un automobiliste, ci-dessous –, parfois drôles – beaucoup d’amour pour cet homme qui explose le téléphoned’un autre automobiliste qui vient de provoquer un accrochage – et même attendrissantes – cette compilation montre que certains Russes ont, au volant, un grand sens civique. Elles ont donc tout pour devenir des vidéos à succès.

Prouver la bonne foi des conducteurs russes

Mais les caméras embarquées à bord des voitures n’ont pas été inventées pour alimenter YouTube et vous distraire au boulot. Les conducteurs russes s’en sont équipés pour parer une nouvelle forme d’arnaque à l’assurance : des piétons se jetaient sous les roues de voitures roulant au ralenti pour pouvoir porter plainte et se faire un peu d’argent.

Comme l’expliquait LeMonde.fr dans cette vidéo en 2012, les dashcams permettaient de prouver la bonne foi du conducteur – et de générer de premières vidéos qui finiraient au rayon « buzz, LOL et insolite ».

 

Si ces vidéos reviennent dans l’actualité, c’est qu’elles ont permis de filmer des images très impressionnantes d’un accident d’avion à Taïwan, enregistré de plusieurs positions en raison de l’omniprésence de ces caméras dans les voitures taïwanaises. L’accident a fait au moins 35 morts, selon le dernier bilan disponible vendredi.

Après la Russie, la mode des caméras embarquées a atteint la Corée du Sud, Hong Kong, Singapour, et aujourd’hui la Chine et l’Australie. Certaines compagnies d’assurance proposent des cotisations réduites pour les véhicules équipés. Aux Etats-Unis, tous les véhicules neufs produits aujourd’hui en sont équipés.

On voit déjà apparaître une nouvelle génération de dashcams : haute définition, équipées d’un GPS, d’un accéléromètre pour enregistrer les impacts, envoi automatique des images par e-mail...

Plus de 370 000 dashcams en France en 2014

En Europe, l’utilisation de ces dashcams est en train d’exploser. Dans un dossier réalisé en mars 2014, UFC-Que Choisir indiquait que le nombre de dashcams en circulation en France était passé de 28 000 à plus de 370 000 unités en trois ans. Les fabricants Coyote et Parrot en vendent désormais avec leurs avertisseurs de radars.

Pour quoi faire ?

On peut comprendre la nécessité pour les automobilistes russes de se protéger des escrocs à l’assurance, des conducteurs fous – trois fois plus d’accidents mortels par habitant qu’en France – ou d’une police pas incorruptible. Aleksei Dozorov, défenseur des droits des automobilistes en Russie, assure à Radio Free Europe :

« Tu peux monter en voiture sans ton pantalon mais jamais sans ta caméra embarquée. »

Les assureurs pas tous convaincus

En France, un flou juridique entoure encore les images produites par ces caméras. Coyote a conclu un accord avec deux assureurs et la vidéo peut être jointe au constat en cas d’accident.

Tous les assureurs ne sont pas convaincus, comme l’expliquait Le Figaro en 2013 :

« “Nous avons une totale confiance en nos experts lors des litiges”, explique un assureur. Quant à une éventuelle dissuasion à enfreindre le code de la route, un autre professionnel remarque que “certains chauffards se servent déjà de caméras pour filmer leurs exploits” et estime que “les investissements que demanderont ces dispositifs pourraient être utilisés à une meilleure prévention routière”. »

Et la vie privée ?

La justice n’a encore jamais été amenée à prendre en compte des images produites par ces caméras, indique Delphine Maillet, avocate au barreau de Paris et spécialiste du droit à l’image. Elle rappelle la règle :

« Dans l’espace public, ce que vous filmez peut être produit en justice. Si vous filmez dans un espace privé, vous vous exposez à une atteinte à la vie privée. Si on est victime, on peut produire des éléments qui relèvent de l’intimité et de la vie privée. Mais c’est au juge d’en apprécier l’opportunité. »

Se posent en effet des questions de vie privée. Le journal américain Christian Science Monitor rapporte que l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse ont interdit l’utilisation de dashcams pour cette raison. Le Luxembourg s’est égalementprononcé contre à l’automne dernier et la Belgique en discute beaucoup depuis que plusieurs personnes ont dénoncé sur les réseaux sociaux des chauffards enregistrés avec leurs caméras embarquées.

Un vendeur belge de dashcams explique à La Libre Belgique :

« Les automobilistes investissent dans cet équipement pour différentes raisons. Auparavant, ils voulaient avant tout disposer d’images en cas d’accident pour prouver qu’ils sont dans leur droit. Dorénavant, ils les utilisent aussi pour filmer les comportements dangereux des autres automobilistes. »

Des vidéos de balances ? Ce n’est pas tout à fait ce que les dashcams russes nous avaient promis.

« Et tu seras filmé au volant de ta voiture »

En France, il y a peu de risque que les dashcams soient finalement interdites, tant le pays « s’américanise » en ce qui concerne la vidéosurveillance, souligne maître Maillet. Même si celui qui voudra poster une vidéo de dashcam impliquant quelqu’un d’autre que lui devra être particulièrement attentif à ce qu’un individu ne soit pas reconnaissable.

En 2013, Le Figaro annonçait que la France et l’Union européenne avaient lancé une réflexion sur l’intérêt des caméras embarquées et des boîtes noires. Les premiers résultats étaient attendus au premier semestre 2014, mais on reste sans nouvelles.

J’ai demandé à Jérôme Thorel, journaliste farouche adversaire de la vidéosurveillance – créateur des Big Brother Awards –, de me donner son avis sur l’essor de ces caméras :

« Avec ces caméras, si tu t’arrêtes pour prendre de l’essence, tu peux filmer des gens devant toi, enregistrer une conversation dans le savoir. Et ces caméras induisent un comportement différent du conducteur, qui se sait observé.

On a toujours fait passer les technologies pourries en faisant croire que ça pourrait servir un jour. Et on a toujours trouvé une justification, souvent économique, pour nous inciter à les installer.

C’est le citoyen qui appuie sur le bouton pour déclencher la caméra, donc il a l’illusion que c’est moins grave. On a l’impression d’être toujours aussi libre alors qu’on se laisse grapiller, on accepte un peu, progressivement, cette surveillance de nos vies. Ce n’est jamais violent, c’est par touches successives.

Je ne dis pas que le but des assureurs, par exemple, est de nous surveiller, mais tout est fait pour qu’on le fasse nous-mêmes, qu’on soit à l’initiative. Un jour, ton assurance t’appellera :

“Monsieur, on vous propose de remplacer gratuitement votre caméra par une autre qui filme aussi l’intérieur du véhicule.

– Ah bon, mais vous êtes sûr ?

– Oui, cela vous permettra de faire baisser votre cotisation de 5% et vous donnera davantage de garanties en cas d’accidents.”

Et voilà, tu seras filmé au volant de ta voiture. »

Source 

Commenter cet article

Archives