Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Scolarité: les fast-food seraient-ils responsables des mauvaises notes ?

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Janvier 2015, 06:08am

Catégories : #ALIMENT, #ECOLE, #NUTRITION, #ENFANT, #SANTE-BIEN-ETRE

Selon deux chercheuses américaines, le lien entre apprentissage et consommation de fast-food pour les pré-adolescents est de plus en plus évident. Mais tout reste à prouver !

Scolarité: les fast-food seraient-ils responsables des mauvaises notes ?

L’étude ne fera pas plaisir aux écoliers américains mobilisés en septembre dernier pour le retour des snacks et autres chips dans les établissements américains avec le hashtag #BringBackOurSnacks. Selon deux chercheuses américaines, Kelly M. Purtell de l’université de Colombus dans l’Ohio et Elizabeth Gershoff, de l’université d’Austin au Texas, les enfants qui consomment trop de fast-food (comme les hamburgers et ses traditionnelles frites)progresseraient moins à l’école et auraient de moins bonnes notes que les autres.

Publiée au début du mois dans la revue Clinical Pediatrics, l’étude montre que vers 10 ans, les enfants qui consommaient le plus de junk food voyaient leurs progrès jusqu’à 20% inférieur par rapport aux autres en lecture, en sciences et mathématiques. Les données ont été recueillies parmi 11.740 écoliers ayant fréquentés les jardins d’enfant en 1998-1999 jusqu’à leur entrée dans l’équivalent de notre classe de 4ème vers 13-14 ans. Et les résultats sont, selon les auteurs de l’étude, significatifs.

 

Deux tiers des enfants avaient consommés des repas à base de fast-food

L’une des principales observations des deux chercheuses est d’abord que deux tiers des enfants de cette étude de long terme consommaient ce type de repas la semaine avant de compléter le questionnaire. Inversement, seuls 29% n’en avaient pas consommé, et 10% d’entre eux avouaient même en déguster tous les jours de la semaine.

Conséquence : en comparant les progrès réalisés dans les différentes matières, Kelly M. Purtell et Elizabeth Gershoff se sont rendues compte que ceux qui en mangeaient plus de six fois par semaine avaient des résultats scolaires nettement moins bons que leurs camarades. De même, ceux qui n’en mangeaient que trois fois par semaine avaient moins progressé que ceux qui n’en mangeaient pas du tout. 

Limiter leur consommation

Pour autant, selon les chercheuses, ces résultats ne prouvent rien du lien entre la consommation intensive de junk food et de moindre résultats scolaires. Si des études montrent qu’il existe des carences en nutriment responsable du développement cognitif, notamment en fer, dans ces types de repas, ils ne permettent pas d’apporter des explications précises et ne donnent que des pistes de recherche à l’avenir.

De plus, les régimes riches en sucre et en graisse peuvent affecter la mémoire immédiate et les processus d’apprentissage. "On ne dit pas que les parents ne devraient jamais nourrir les enfants avec du fast-food, mais les résultats suggèrent que leur consommation devrait être limitée autant que possible", conclut Kelly M. Purtell. La guerre (scientifique) contre la malbouffe est loin d’être terminée. 

Source

 

Commenter cet article

Archives