Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La pollution tue !

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Janvier 2015, 18:37pm

Catégories : #POLLUTION, #ENVIRONNEMENT, #SANTE-BIEN-ETRE

La pollution tue !

La concentration de particules fines dans l'atmosphère a un effet direct sur la mortalité. Telle est la conclusion d'une étude rendue publique ce mardi matin par l'Institut de veille sanitaire. Ces particules fines, les PM10, sont particulièrement émises par les cheminées et les moteurs diesel. À chaque fois que la concentration de PM10 augmente de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3), le risque de mort (hors accident) croît de 0,51 % et le risque de mortalité cardiovasculaire augmente lui de 0,55 %. 

Les PM10 pénètrent facilement dans le corps et augmentent le risque de développer des maladies comme l'asthme, le cancer du poumon ou certains troubles cardiovasculaires. "Mais elles augmentent également le risque de décès à court terme chez des personnes déjà malades, notamment en été, lorsque la pollution vient se combiner avec la chaleur", indique Mathilde Pascale, épidémiologiste au sein du programme Air-Climat qui a participé à l'étude. L'épidémiologiste rappelle qu'en matière de pollution, "il n'existe pas de seuil en dessous duquel il n'y aurait pas d'effet sur la santé".

"Nécessité d'agir"

L'étude s'est penchée sur 17 agglomérations urbaines de plus de 100 000 habitants entre 2007 et 2010. Il s'agit de BordeauxDijonGrenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Paris, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse et Lens-Douai. "En moyenne annuelle, aucune ville ne dépassait la valeur réglementaire européenne de 40µg/m3, mais seule Dijon respectait la valeur guide de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) fixée à 20µg/m3". En clair, Dijon mis à part, toutes les villes dépassent le seuil fixé par l'OMS ! Et le problème s'aggrave en été sous l'action de la chaleur, une nouvelle peu rassurante étant donné l'élévation des températures et la plus grande fréquence des canicules sous nos latitudes.

"Cette étude confirme les effets à court terme des PM10 sur la mortalité, même à des concentrations conformes à la réglementation de l'Union européenne (40µg/m3 en moyenne annuelle) et proches des valeurs guides de l'OMS (20µg/m3), et souligne la nécessité d'agir pour diminuer les niveaux de particules en France. Cette action doit concerner tant les pics que les niveaux de fond", conclut l'InVS. Une conclusion d'autant plus pertinente que la Savoie connaît en ce moment même son septième jour d'alerte à la pollution aux particules fines et qu'à Paris un épisode est en cours tant et si bien que la mairie a rendu gratuit le stationnement résidentiel pour inciter les habitants à ne pas utiliser leur voiture.  

Source

 

Commenter cet article

Archives