Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Bientot une pilule contre le vieillissement

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Janvier 2015, 05:09am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #LONGÉVITÉ, #SCIENCE, #MEDICAMENT

Des chercheurs pensent avoir trouvé une clé de la longévité, grâce à une hormone produite lors d'une restriction alimentaire. La pilule contre le vieillissement ne serait donc pas si loin.

Bientot une pilule contre le vieillissement

La pilule de la longévité, une utopie de scientifiques ? Pas tant que ça.

Les secrets de la longévité seraient en passe d'être découverts, dans les mécanismes de restriction alimentaire notamment. De quoi renforcer l'espoir de trouver une pilule contre le vieillissement.

L'équipe d'Hugo Aguilaniu, chercheur à l'Université Lyon 1, a découvert une hormone qui produit l'effet d'un régime drastique, et augmente la longévité. Ces résultats ont été publiés dans la revue scientifique Nature communications.

C'est en soumettant un ver minuscule C. Elegans à une diète sévère, que le généticien et son équipe sont parvenu à le garder vivant et actif six mois, alors que cette espèce meurt habituellement au bout d'environ 2 semaines. En reproduisant l'opération, l'équipe s'est aperçue que ce régime drastique fonctionnait également sur d'autres espèces, notamment chez la souris (25% d'espérance de vie en plus), chez le chat et chez le primate. Hugo Aguilaniu a donc bon espoir qu'il en soit de même chez l'homme. 

 

Une hormone antivieillissement

Pas question pour autant de se restreindre de manger pour vivre plus longtemps rassurent les chercheurs. Ils ont identifié chez le ver une hormone produite en réponse à la malnutrition, l'acide dafachronique, qui serait liée à l'allongement de la durée de vie. Malheureusement, cette molécule est aussi liée à une baisse de la fertilité, une irritabilité et une baisse de la libido.

Ce sont donc autant d'effets indésirables qu'il faudra dissocier de l'activité antivieillissement de l'hormone, pour obtenir un traitement thérapeutique satisfaisant. L'hormone identifiée chez le ver aurait en effet une cousine proche chez l'homme.

« Si l'on arrive à comprendre tous ces mécanismes, on pourra agir pour avoir les effets positifs sans les effets négatifs » se réjouit Hugo Aguilaniu, qui assure qu' « il sortira des choses d'ici une dizaine d'années ».

La molécule pourrait aussi être combinée à la Rapamycine, un antibiotique qui a prolongé la vie de souris âgées, d'après une autre étude parue dans la revue scientifique Nature en 2009. 

Source

Commenter cet article

Archives