Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


À 18 ans, il développe sa première application pour téléphones intelligents

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Janvier 2015, 02:53am

Catégories : #TECHNOLOGIE, #JEUNESSE, #ENTREPRISE, #ECONOMIE

Mathieu Tousignant, âgé de seulement 18 ans, a réalisé un exploit à son arrivée au Collège Lionel-Groulx, en août dernier. Il a développé sa toute première application pour téléphones intelligents, qui a rapidement été approuvée par Apple.

 

À 18 ans, il développe sa première application pour téléphones intelligents

L'idée est apparue lors de la rentrée. « C'était ma toute première session collégiale » explique Mathieu Tousignant, de Blainville. « J'arrivais d'une petite école secondaire et je trouvais qu'il y avait beaucoup de gens au collège... plus de 5000 personnes. »

« Je me demandais comment savoir à quel moment mes amis seraient libres. Alors je me suis dit qu'il me faudrait l'horaire de tout le monde et je me suis demandé pourquoi il n'y avait pas une application qui permet de comparer nos horaires et qui permettrait de savoir quand nos amis sont en pause en même temps que nous. » 

L'idée est devenue un projet scolaire, sauf que Mathieu n'a aucune expérience en programmation informatique. Il n'est pas étudiant en informatique non plus; il se destinait plutôt à la finance et au marketing.

Il identifie alors trois autres personnes, plus expérimentées en informatique, et commence à développer l'application. Elle s'appellera Amila, ou Friend's There en anglais. Elle se sert des horaires types des établissements d'enseignement postsecondaire.

L'application nécessitera cinq mois de développement. « On n'en voyait pas le bout », admet le jeune étudiant. Le 19 janvier dernier, Apple autorisait sa plus récente mise à jour. « Nous avons reçu la cote cinq étoiles. C'est rare pour une première », confie Mathieu avec fierté.

Les étudiants y inscrivent leurs cours et partagent leur horaire avec des gens qu'ils auront choisis et autorisés. « Ce n'est pas public. C'est confidentiel », explique Mathieu Tousignant. « Il faut non seulement disposer de l'adresse courriel des gens et de leur numéro de cellulaire; il faut aussi qu'ils acceptent de partager leurs informations. » 

 

Du potentiel 

Pour les analystes que nous avons consultés, cette application a un certain potentiel. « J'ai été surpris par l'innovation de ces jeunes » raconte Samuelle Ducroq-Henry, professeure et chercheuse spécialisée en programmation 2D-3D à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, campus de Montréal.

 

« J'ai trouvé que cette application répondait bien à un besoin du moment, et à un concept qui est de tenir compte de la mobilité, de tenir compte des agendas et de se croiser au bon moment et au bon endroit », poursuit la professeure. 

« Cette application-là part effectivement d'une bonne idée », lance pour sa part Matthieu Dugal, animateur de l'émission de radio La Sphère à Ici Radio-Canada Première. « C'est quelque chose qui peut potentiellement être vendeur pour les étudiants. »

 

« Il ne faut pas que les attentes soient trop élevées, ces temps-ci, en matière de nouvelles applications. Les nouvelles applications doivent être très bien conçues sinon elles seront rejetées rapidement. Aussi, il faudrait que l'équipe de conception, qui a fait un bon travail, fasse un peu plus attention à la qualité du français sur leur site. Il y a des erreurs qu'il faudrait corriger. »

— Matthieu Dugal

Une première pour le collège

Il s'agit de la toute première application pour téléphones intelligents issue du Collège Lionel-Groulx. « Il est évident que c'est bon pour la notoriété du collège », explique Yves Marcotte, secrétaire général du Collège Lionel-Groulx.

« Nous avons appuyé l'équipe pour faire connaître leur produit à l'interne et à l'externe et nous espérons que cette idée alimentera d'autres projets semblables. »

Pour Mathieu Tousignant, l'application Friend's There ou Amila a déjà eu un impact majeur : il est maintenant étudiant en technique informatique et souhaite développer des jeux vidéo de même qu'un logiciel pour contrer la fraude sur internet. 

Source

Commenter cet article

Archives