Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le cerveau des ados se ferme quand on les sermonne

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Décembre 2014, 17:21pm

Catégories : #CERVEAU, #JEUNESSE, #FAMILLE, #ENFANT, #RELATIONS, #SCIENCE

Des chercheurs américains en neurosciences ont mis en évidence que les adolescents ou du moins leurs cerveaux se ferment dès qu'ils sont confrontés aux remontrances des parents.

 

Le cerveau des ados se ferme quand on les sermonne

Ne critiquez pas votre enfant adolescent, cela ne sert à rien. Dès que le ton monte et que les reproches pleuvent, il ne vous entend plus. Littéralement. C'est du moins ce que suggère une étude menée par des neuroscientifiques des universités de Pittsburgh, Berkeley et Harvard, relayée par le site Wired et le Huffington Post. Les chercheurs ont réuni 32 adolescents et préadolescents pour passer leur cerveau au scanner au moment de l'écoute d'un enregistrement de leur propre mère en train de les sermonner. « Une chose qui me dérange, c'est que tu t'agaces sur des problèmes mineurs. Je pourrais te dire de retirer tes chaussures au bas de l'escalier et tu seras fâché de devoir les ramasser pour les monter dans ta chambre », dit par exemple une maman. La même expérience a été réalisée avec une séquence audio portant sur une conversation du quotidien, sans inclure de critiques.

Résultat du scanner : à l'écoute des reproches maternels, le cerveau des jeunes développe, de façon assez logique, plus d'activité dans la zone associée aux émotions négatives. Mais l'effet des remontrances ne s'arrête pas là : l'ado voit son activité cérébrale réduite dans les zones associées au contrôle émotionnel et à la prise en compte du point de vue des autres. « Les jeunes stoppent le processus de sociabilité et ne prennent plus en compte l'état d'esprit de leurs parents », conclut l'étude.

Autrement dit, les conflits entre les parents et leurs ados seraient difficilement gérables en raison d'un blocage de l'échange, au cours duquel le jeune peine à prendre en considération la raison du sermon parental et à contrôler ses émotions négatives. Non contents de leurs conclusions, les auteurs de l'étude assurent qu'elle pourrait « profiter » aux parents en les aidant à mieux comprendre ce processus de négociation qui s'avère parfois douloureux.

Quelques limites sont toutefois soulevées par Wired : l'étude ne fournirait pas suffisamment de preuves quant à la qualité d'écoute des ados au cours de l'expérience. Les résultats pourraient également faire l'objet d'une autre interprétation. La « fermeture » du cerveau de l'adolescent pourrait tout aussi bien être une façon d'éviter un enlisement de la dispute plutôt qu'une des raisons du conflit. 

Que les ados trouvent difficile de se placer dans l'état d'esprit parental, « on le savait déjà, conclut le journaliste de Wired. Mais à présent, nous le savons neuro-scientifiquement. Bonus. » 

Source

Commenter cet article

Archives