Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Quels sont les effets du cannabis sur le cerveau des adolescents?

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Novembre 2014, 21:33pm

Catégories : #CANNABIS, #JEUNESSE, #SANTE-BIEN-ETRE, #TABAC

Quels sont les effets du cannabis sur le cerveau des adolescents?

Les adolescents canadiens sont parmi les plus grands consommateurs de cannabis au monde. Le cannabis est-il une drogue douce comme on le prétend souvent? Son image inoffensive est-elle scientifiquement exacte?

 

 

L'adolescence est souvent associée à une période de sensations fortes. L'univers des drogues intrigue. Facilement accessible, le joint de cannabis dérègle les perceptions et procure un plaisir sensoriel.

Chez l'adulte, l'impact durable sur la santé est habituellement négligeable, mais qu'en est-il pour l'adolescent? Au-delà des sensations passagères, le cannabis est une drogue complexe, dont les effets à long terme sont difficiles à isoler. Malgré les nombreuses études publiées, il subsiste encore des zones d'ombre. Didier Jutras-Aswad, psychiatre à l'Université de Montréal, a revu 120 études scientifiques sur le cannabis et ses effets sur le cerveau des adolescents. 

 

Premier constat : fumer avant l'âge de 15 ans pose de plus grands risques

« L'adolescence est vraiment une période critique sur le plan de la maturation cérébrale. »— Didier Jutras-Aswad, psychiatre

Cette période s'avère « un moment où le raffinement de la communication entre les différentes zones du cerveau va finalement se développer, se raffiner, et c'est une période où, quand on vient altérer le développement normal du cerveau, il peut y avoir des conséquences à plus long terme », ajoute M. Jutras-Aswad.

Adolescence rime souvent avec insouciance. Dans ce contexte, il est normal que psychose, névrose et schizophrénie soient des mots qui ne font pas partie du vocabulaire. Difficile de dire avec certitude si le cannabis cause la maladie mentale, mais il agit certainement comme facteur déclencheur d'une maladie latente. La psychose, comme la schizophrénie, touche environ 1 % de la population.

Chez l'adolescent qui consomme régulièrement, dans l'ensemble, le risque de psychose ou de schizophrénie est multiplié par quatre ou cinq.

Dans ses publicités de prévention, le gouvernement canadien soutient que « la marijuana est en moyenne de 300 % à 400 % plus forte qu'elle l'était il y a 30 ans ».

Il faut toutefois mettre ces risques en perspective. Au Québec, près de 50 % des finissants au secondaire avouent avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année. Aussi, 80 % des jeunes consommateurs de cannabis cesseront de consommer avant la fin de leur adolescence.

Par contre, un jeune sur 10 développera une dépendance. Et c'est principalement lui qui court le plus de risques. 

 

Deuxième constat : les adolescents ne sont pas tous égaux face à la dépendance

« On est en train de s'apercevoir sur le plan scientifique de la portée de l'effet de cette substance-là, particulièrement chez les individus qui sont vulnérables autant sur le plan génétique que sur le plan psychologique. »— Didier Jutras-Aswad, psychiatre

En effet, les prédispositions génétiques combinées à certains facteurs comme l'anxiété multiplient par huit ou neuf le risque de dépendance. Au quotidien, des indices concrets peuvent trahir une certaine vulnérabilité.

 

 

Une question de molécules

Comment le cannabis laisse-t-il son empreinte sur le cerveau? Le grand responsable, c'est le THC. Cette molécule parvient à modifier le fonctionnement du système endocannabinoïdes, un ensemble de neurotransmetteurs, de récepteurs et d'enzymes responsables en partie de la maturation cérébrale.

Naturellement produits par le cerveau, les endocannabinoïdes sont présents dans des zones associées à l'apprentissage, la motivation et la prise de décision.

La structure moléculaire du THC ressemble à celle des endocannabinoïdes. Cette ressemblance lui permet de se lier à certains récepteurs présents à la surface des neurones. Ainsi trompés, les neurones sont incapables de réguler leurs messages.

La dose et la fréquence à partir de laquelle le cannabis modifie le cerveau des ados vulnérables restent floues, voire inconnues.

L'émission Découverte présente dimanche à 18 h 30 un reportage complet sur le cannadis et l'adolescence sur ICI Radio-Canada Télé. 
 

Quels effets à long terme?

Le THC altère le cerveau. Mais les conséquences sont-elles irréversibles pour autant? Selon le pédiatre Richard Bélanger, la question mérite d'être posée.

« On n'a pas encore la capacité scientifique de déterminer d'une manière exacte les conséquences des changements [du THC sur le cerveau]. »— Richard Bélanger, pédiatre

« On a de plus en plus d'évidences que, en effet, il y a des changements structurels et fonctionnels du cannabis au niveau cérébral, mais les conséquences exactes, je ne suis pas si sûr qu'on a assez d'information pour le dire d'une manière aussi certaine », ajoute M. Bélanger.

Didier Jutras-Aswad est du même avis. Puisque le cerveau est une machine complexe, il croit qu'il ne faut pas sous-estimer sa capacité d'adaptation.

Moins de 10 % des fumeurs de cannabis courent un risque réel pour leur santé. Dans ce sens, plusieurs s'entendent pour dire que rien ne sert de diaboliser le cannabis. 

 

D'autres effets insoupçonnés

L'usage répété du cannabis a déjà été associé à plusieurs problèmes de santé tels que les dépendances, l'initiation et le maintien du tabagisme, certaines maladies mentales (la dépression, les troubles anxieux et la psychose). Il est également admis que les jeunes consommateurs s'exposent également à un développement cérébral altéré, à des troubles cognitifs au long cours et à des performances scolaires moindres.

En outre, la fumée du cannabis contient plus de substances cancérigènes que celle du tabac.

Tout cela ne semble pas effrayer le jeune consommateur de cannabis. Par contre, plusieurs semblent craindre les répercussions du cannabis sur leur santé sexuelle. En voici des exemples :

Chez les filles 

 
  • Apparition de montées laiteuses (galactorrhée)


Chez les garçons
 
  • Suppression de la testostérone
  • Baisse des performances sexuelles et de la libido
  • Développement des seins (gynécomastie)  Source

Commenter cet article

Archives