Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi nous ne dormons pas seul

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Novembre 2014, 18:28pm

Catégories : #SOMMEIL, #RELATIONS, #SANTE-BIEN-ETRE, #INTERNET

Pourquoi nous ne dormons pas seul

Le sommeil, tout comme le marathon ou la consommation d’aliments, est une activité solitaire. Nous nous allongeons l’un à côté de l’autre mais en définitive, nous dormons seul. 

 

Pourquoi avons-nous adopté cette habitude de partager notre lit, s'interroge l'écrivain John Methven sur The Atlantic. L'auteur cite Roger Ekirch de Virginia Tech, historien et auteur de l’ouvrage « At Day’s Close: Night in Times Past ». Selon Ekirch , cette coutume qui est apparue aux alentours de 1800, a tout d’abord été motivée financièrement.

« Le bétail vivait souvent sous le même toit car il n’existait aucune infrastructure à cet effet et qu'il fournissait une source de chaleurParmi les familles des classes inférieures d’Europe préindustrielle, il était coutumier de dormir dans le même lit – le meuble le plus coûteux – ou de dormir ensemble sur un tas de paille », explique Ekirch. « Les couples d’un statut plus élevé, pour des raisons de confort, dormaient de temps en temps chambre à part, notamment lorsqu'un des conjoints était malade ».

Cependant, il semble que notre tendance à dormir accompagné n’a pas qu’une cause financière. Les êtres humains ont depuis longtemps peur de l’obscurité.

« Avant la révolution industrielle, la nuit, le premier mal nécessaire de l’homme, inspirait la peur de manière généralisée. Dans le noir, dans l'endroit où elles se sont réfugiées, les familles se sentent très vulnérables. Dormir avec quelqu’un offre un fort sentiment de sécurité étant donné la prévalence des risques, réels ou imaginaires, tels que les voleurs, les incendiaires, les fantômes, les sorcières et le prince des ténèbres en personne », souligne le professeur.

Pour Lee Crespi, thérapeute de couples newyorkais, cite un élément supplémentaire qui pousse les hommes à dormir ensemble. A l’époque moderne, dormir ensemble tient plus du souci de paraître « normal ». « Le principal problème lorsque vous ne dormez pas ensemble est la perception que cela produit. Cela signifie que vous n’avez pas de relations sexuelles et c’est la raison pour laquelle les personnes ont du mal à admettre qu’elles dorment séparées », affirme-t-il.

Outre les objectifs d'éviter les sorcières et les meurtriers, et de promouvoir le sexe marital, le fait de dormir ensemble a longtemps été une expérience qui renforçait les liens.

« Souvent, la personne avec qui vous dormiez devenait votre meilleur ami. Cela valait autant pour les couples mariés que pour les domestiques qui dormaient avec les enfants de la familleet les sœurs qui se reposaient entre-elles ainsi que pour les épouses des aristocrates qui dormaient avec leurs maîtresses. L'obscurité, dans le cadre des limites intimes du lit, nivelaient les distinctions sociales malgré les différences de sexe et de statut », explique Ekirch. « La plupart des personnes ne trouvaient pas facilement le sommeil mais discutaient librement. En l’absence de lumière, les compagnons de lit convoitaient ce moment où la tête sur le chevet, la bienséance et les formalité disparaissent ».

De nos jours, nous dormons ensemble non pas pour des raisons économiques mais parce que nous sommes des êtres qui éprouvons de l’affection, explique John Methven. Nos esprits ont besoin de repos mais également de camaraderie, d’intimité et de chuchotements. Il est essentiel pour nous d’évoquer, lorsque nous sommes couchés dans notre chambre, nos histoires de famille, les potins au sujet des voisins ou des collègues ainsi que nos plans pour l’avenir, lorsque nous sommes couchés dans notre chambre. Nous nous câlinons et nous rions. A la fin de la journée, nous nous débarrassons de notre carapace servant à affronter le monde. Nous le faisons à côté de nos meilleurs amis afin de nous assurer que nous ne sommes pas seuls dans cette histoire.

« Nous sommes des êtres d’affection. Nous aimons être avec quelqu’un de proche, nous apprécions la proximité d’autres personnes », indique Lee Crespi. « Même lorsqu'ils ronflent, surtout de côté », conclut le romancier. 

Source

 

Commenter cet article

Archives