Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les riches étrangers doivent payer plus pour s'installer au Royaume-Uni

Publié par MaRichesse.Com sur 17 Novembre 2014, 12:14pm

Catégories : #ECONOMIE, #RICHESSE, #ANGLETERRE, #NEWS

Les riches étrangers doivent payer plus pour s'installer au Royaume-Uni

Londres a durci les règles d'obtention d'un visa «investisseur» pour les non-Européens fortunés. Ceux-ci doivent désormais investir 2 millions de livres (2,5 millions d'euros) sur cinq ans dans l'économie britannique, contre 1 million auparavant.

«Combattre les abus tout en renforçant la réputation du Royaume-Uni de terrain excellent pour les affaires.» C'est ainsi que James Brokenshire, ministre britannique de l'Immigration et de la Sécurité, résume l'esprit de la réforme de la politique d'immigration outre-Manche, entrée en vigueur le 6 novembre. Cette réforme durcit notamment les règles pour les titres de séjour accordés aux étrangers fortunés qui investissent dans le pays afin de pouvoir y résider.

D'après le ministère de l'Intérieur britannique, qui a récemment dévoilé ces chiffres au Times ,les autorités britanniques ont délivré 735 de ces visas «investisseur» entre juin 2013 et juin 2014, soit une hausse de 40% en un an. Avec 295 permis obtenus, les Chinois ont été la première nationalité concernée, suivis des Russes (180).

Ces non-Européens doivent désormais investir 2 millions de livres sterling (2,5 millions d'euros) sur cinq ans au Royaume-Uni, contre 1 million auparavant, pour obtenir un visa «investisseur». Le texte, qui a été présenté au Parlement le 16 octobre, stipule d'autre part que l'intégralité des fonds investis devront soutenir l'économie du pays, c'est-à-dire être investis dans des participations au capital d'entreprises britanniques ou en obligations du Trésor. Jusqu'alors, les riches étrangers pouvaient consacrer 25% de leur investissement à des placements immobiliers. Ce changement vise - même si le Home Office ne le dit pas explicitement - «rassurer les Britanniques angoissés» face à la spéculation immobilière, commente le Financial Times .

La réforme supprime par ailleurs l'obligation pour les investisseurs de «remettre au pot» en cas de baisse de la valeur de leur portefeuille en deça du fameux seuil de 2 millions de livres. S'ils cèdent une partie de leur portefeuille, en revanche, les candidats au visa doivent injecter de nouveaux fonds pour maintenir leur investissement global au niveau minimum. 

 

Contrôle des fonds renforcé

Enfin, les contrôles sont renforcés. «Les autorités peuvent refuser un dossier s'ils ont de bonnes raisons de croire que le ressortissant ne contrôle pas les fonds investis, que ces fonds ont été obtenus de manière frauduleuse, ou si le caractère, le comportement ou les relations d'un individu apportant les fonds induisent qu'accepter cet investissement pourrait porter préjudice à l'intérêt collectif», précise le cabinet d'avocats Richmond Chambers, qui conseillait ces dernières semaines aux candidats au visa «investisseur» d'entamer leurs démarches avant l'entrée en vigueur de la réforme.

Pour Anthony Thompson, avocat associé chez Wragge Lawrence Graham & Co, le relèvement du seuil d'investissement «n'est pas anodin», mais «cette option reste la plus attractive pour les personnes fortunées qui souhaitent se relocaliser au Royaume-Uni». Il salue d'autre part la suppression de l'obligation de réinjecter des fonds si la valeur de l'investissement baisse. «Nous avons pu constater que cette obligation a conduit la plupart des investisseurs à opter pour un portefeuille moins volatil, composé uniquement d'obligations d'État, plutôt que de prendre plus de risques et espérer un plus gros retour sur investissement», estime l'avocat.

Cité par Les Échos ,Nick Rollason, du cabinet Kingsley Napley, relativise aussi l'impact du durcissement de la législation. «Nos clients nous disent qu'investir 2 millions de livres ne sera pas un problème pour eux, et l'immense majorité passe par des gestionnaires de fortune qui leur garantissent que leurs fonds seront investis au bon endroit.» 

Source

Commenter cet article

Archives