Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les pizzlys, des ours pas comme les autres

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Novembre 2014, 05:11am

Catégories : #ANIMAUX, #SCIENCE, #NEWS

Les pizzlys, des ours pas comme les autres

Parmi les conséquences du réchauffement climatique dans l'Arctique canadien, on s'inquiète de la disparition progressive de la banquise nécessaire à la survie de l'ours polaire. La nature a toutes sortes de manières de réagir, comme produire des hybrides entre ours blancs et ours bruns appelés pizzlys.

 

Un texte de Jean-Pierre RogelCourriel avec la collaboration de Pier GagnéCourriel de Découverte

 

Le 26 avril 2006, sur l'île Banks dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada, un chasseur américain tue une belle prise, un ours blanc de grande taille. Jim Martell et ses guides inuits sont toutefois un peu perplexes : l'animal est différent de tous ceux qu'ils ont vus.

La bête a des taches brunes autour des yeux, de très longues griffes et une tête plutôt ronde, ce qui est inhabituel pour un ours polaire.

 

 

 

1 / 6
 
 
 
 
 
Plein écran

Cet animal exceptionnel, le chasseur le fait naturaliser, en prenant soin d'envoyer des poils et un morceau de peau à un laboratoire spécialisé de Vancouver. L'analyse de l'ADN révèle que c'est un hybride entre un ours polaire et un grizzly. Une première mondiale. Les médias s'en emparent et lui trouvent un nom : « pizzly ».

Deux ans plus tard, sur l'île Victoria dans les Territoires du Nord-Ouest, un chasseur inuit, David Kuptana, abat un ours blanc sur les glaces près de son village. Mais ses pattes sont brunes et il a les griffes d'un grizzly. Naturalisé, il trône aujourd'hui dans la salle communautaire d'Ulukahktok.

 

 

 

1 / 8
 
 
 
 
 
Plein écran

Dans ce cas, l'analyse d'ADN montre que c'est un croisement de seconde génération, né d'un grizzly mâle et d'une femelle hybride.

Habituellement, ces deux grands prédateurs ne se rencontrent pas. Le grizzly, une sous-espèce de l'ours brun, habite généralement l'intérieur du continent. Plus au nord et s'étendant loin vers l'est, c'est le territoire de l'ours blanc, dit polaire.

Seule zone de contact : la bande côtière de l'Alaska aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Et, selon de récentes observations, les îles Banks, Victoria et Melville.

 

 

Si les deux espèces sont sans aucun doute génétiquement proches, leurs comportements sont différents.

Ursus maritimus

Puissant et agile, l'ours blanc est spécialisé, et vit essentiellement sur la banquise. Au fil de l'évolution, il est devenu un excellent nageur. Sa tête fuselée et son corps allongé sont des adaptations à la nage. Sa proie préférée est le phoque.

 

 

Ursus arctos

Pour sa part, le grizzly, plus massif, mais plus petit, est un animal surtout terrestre. Il est bon nageur, mais ne s'aventure habituellement pas sur la banquise.

 

 

Il y a aussi d'autres différences, qui sont évidentes même sur des peaux conservées au Musée de la nature. Comparées à celles de l'ours blanc, les griffes du grizzly sont beaucoup plus longues. Cependant, avec ses griffes puissantes et acérées, l'ours blanc n'a rien à lui envier.

Est-ce que les rencontres deviennent plus fréquentes à cause du réchauffement climatique? On peut le penser, mais pour que les pizzlys aient un avenir, il ne suffit pas qu'ils soient fertiles et se reproduisent avec facilité. À moyen terme, ce qui compte le plus, c'est leur capacité à s'adapter au milieu.

« C'est quelques individus, n'est-ce pas? Alors, c'est quoi [leur avenir]? Est-ce que ces hybrides sont bien adaptés à leur milieu? Parce qu'on s'entend que c'est dans des conditions de froid arctique que ces deux espèces (ours brun et ours polaire) s'hybrident? Est-ce que ces hybrides maintenant sont capables de s'adapter à ces conditions de glace? Ça, la question est tout à fait posée. »— Kamal Khidas, conservateur des vertébrés au Musée canadien de la Nature

À ce sujet, l'évolution de ces espèces nous a appris quelque chose de fascinant. Par analyse de l'ADN, on a récemment déterminé que l'ours polaire et le grizzly avaient un ancêtre commun : un ours brun disparu, dont ils se seraient séparés il y a environ 600 000 ans.

 

 

On a aussi appris qu'il y a environ 120 000 ans ces deux espèces se sont hybridées (Science, 20 avril 2012, Frank Hailer and al..). C'était pendant une période de réchauffement climatique et les ours polaires étaient en fort déclin.

 

 

Cette hybridation aurait alors permis à l'ours polaire de survivre et d'éviter l'extinction à ce moment-là. Puis les deux espèces se sont à nouveau séparées.

Le passé est-il garant de l'avenir? Dans quelques centaines d'années, les deux espèces auront-elles repris des chemins séparés? Pour le moment, on n'en sait rien. Il est donc trop tôt pour décider, comme le veulent certains biologistes, de protéger les pizzlys afin de sauver l'ours polaire menacé par la fonte de la banquise.

Et à l'inverse, il est trop tôt pour décider, comme le veulent d'autres biologistes, d'autoriser la chasse aux hybrides sous prétexte qu'ils nuiraient aux espèces d'origine.

 

 

À LA RECHERCHE DE PHOTOS DE PIZZLYS

Trouver des images de pizzlys sur Internet présente un sérieux défi. Pour le moment, il ne semble pas y avoir de films ni de vidéos de ces ours hybrides.

 

 

Au cours de nos recherches, nous avons parlé au taxidermiste Greg Robertson à Yellowknife, qui a travaillé sur la bête du chasseur américain Jim Martell durant quelques mois en 2006. Il nous a envoyé quelques photos.

Même chose pour le chasseur inuit David Kuptana qui, avec l'accord de sa communauté, nous a donné quelques photos de la bête qui est exposée dans la salle communautaire d'Ulukahktok.

Mais retrouver des photos de ces hybrides, bien vivants et dans leur habitat naturel, est assez compliqué. Excepté cette photo d'ours, qui semble hybride à cause de ses taches brunes autour des yeux et de sa forme.

 

 

C'est la biologiste Jodie Pongracz qui, lors d'un vol au-dessus du détroit de Melville, au Nunavut, a tiré cet unique cliché de la bête. C'était la seule photo que nous avions d'un hybride vivant.

Jusqu'au moment où nous avons trouvé cette photo qui circulait dans plusieurs sites Internet. Cet ours n'a pas de taches brunes autour des yeux, mais sa forme particulière semble indiquer que c'est un hybride.

C'est en Alaska que nous avons retrouvé l'auteur de la photo. Il s'agit du photographe professionnel Steven Kazlowski qui, depuis plusieurs années, « chasse » les ours polaires avec sa caméra.

 

 

 Crédit photo : Steven Kazlowski

1 / 12
 
 
 
 
 
Plein écran

Le 4 octobre 2007, Steven s'est rendu à Bernard Sandspit, tout près de l'Isle de Barter en Alaska. Il était alors à l'extérieur de la zone 1002 (Arctic National Wildlife Refuge) lorsqu'il a vu un groupe d'ours très étranges.

Le soir, à son retour au campement, il a montré ses photos aux membres de la communauté Iñupiat. Tous lui ont dit qu'il s'agissait d'ours hybrides. Kazlowski avait déjà entendu parler de cette légende locale, mais cette fois-ci, il avait des photos pour le prouver. Il est revenu à quelques reprises au même endroit dans les mois suivants, mais il n'a plus jamais revu ces ours.

Nous n'avons aucune preuve ADN pour confirmer s'il s'agit bien d'ours hybrides. Cependant, nous avons montré les photos à Kamal Khidas, qui est conservateur au Musée canadien de la nature. Selon lui, il y a plusieurs ours hybrides sur la photo. Et il en est stupéfait.

« Je pense que c'est unique, et à ma connaissance, on n'a jamais mentionné l'existence d'une famille d'ours hybride comme ça. »— Kamal Khidas

 

 

Grolar et pizzly

Sur différents sites sur le web, vous retrouverez deux noms pour désigner les ours hybrides : pizzly et grolar. Quoique pizzly soit plus fréquemment employé, ils sont équivalents. Mais il existe en réalité une nuance importante entre les deux.

Grâce à la preuve ADN, il est facile de savoir qui sont les parents d'un ours. Donc, lorsqu'on parle d'un pizzly, le mâle géniteur est un ours polaire et la femelle, une ourse grizzly. Pour le grolar, c'est l'inverse, le mâle est un ours grizzly et femelle une ourse polaire. Admettons par ailleurs que grolar sonne étrangement en français.

Pour regarder le reportage complet diffusé à l'émission Découverte, cliquez ici.

 

Commenter cet article

Archives