Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les 7 symptômes du cancer du testicule

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Novembre 2014, 12:11pm

Catégories : #CANCER, #MALADIE, #SANTE-BIEN-ETRE, #DOS

Les 7 symptômes du cancer du testicule

Le cancer du testicule représente 1 à 2% des cancers chez l'homme, et 3,5% des tumeurs urologiques. C'est le plus fréquent entre 15 et 35 ans. Découvrez ses symptômes avec le Dr Boris Delaunay, urologue, andrologue et sexologue au CHU de Toulouse. 

 

Une petite grosseur non douloureuse

Très souvent, la tumeur est découverte par le patient lui-même, sous la forme d'une grosseur dure, nodulaire, solide et qui apparaît dans l'un des testicules. Elle persiste et peut varier de taille, de quelques millimètres à plusieurs centimètres au fur et à mesure de son évolution.Pourquoi : Cette grosseur correspond à la tumeur qui grossit. Il n'y a en général pas de douleur.Que faire : Un auto-examen une fois par mois peut faire partie des gestes de tous les hommes. Prenez un testicule dans vos mains et palpez les différentes parties en roulant doucement chaque testicule entre le pouce et l'index, et en recherchant de petites masses. Recommencez avec l'autre.

 

 

Une augmentation de volume du testicule  

"Parfois, c’est l’ensemble du testicule qui grossit, et non pas juste un nodule isolé à la palpation du testicule", explique le Dr Delaunay. Pourquoi : C'est le signe que la tumeur grossit à l'intérieur du testicule.Que faire : Consultez rapidement votre médecin traitant, qui vous demandera des examens complémentaires (échographie, scanner, analyse sanguine avec dosage des marqueurs tumoraux...). Sachez-le : Le cancer peut également être découvert lors d'examens réalisés en cas de stérilité. La présence d'une tumeur testiculaire peut entraîner des troubles de la fertilité. 

 

Une sensation de lourdeur ou de gêne au niveau du scrotum 

Une des bourses augmente de volume et semble anormalement gonflée. Pourquoi : Le scrotum, appelé aussi bourse, est la poche qui entoure et protège les testicules en les maintenant à une température inférieure au corps pour la production et la vitalité des spermatozoïdes. "C'est l'augmentation de volume du testicule qui distend la bourse et provoque cette sensation de pesanteur", explique le Dr Delaunay.Prenez du recul : Si le nodule ou la masse est à l'intérieur de la peau de la bourse, mais pas dans le testicule, cela peut être tout à fait bénin. Il peut s'agir alors d'un kyste de l'épididyme*, ou d'une hydrocèle (poche de liquide entourant le testicule).*un canal permettant la migration des spermatozoïdesproduits par les testicules vers les vésicules séminales, pour former le sperme. 

 

Une douleur dans le bas de l'abdomen

La douleur n'est pas systématique, mais quand elle apparaît, la personne se plaint d'une douleur récurrente en bas de l'abdomen et de l'aine. Pourquoi :"Cela provient de la douleur testiculaire qui irradie au niveau du cordon spermatique* et qui remonte vers l'aine", explique le Dr Delaunay. *cordon après lequel le testicule est suspendu 

 

Une tension au niveau des seins

La personne constate un développement excessif de ses glandes mammaires et commence à avoir des seins. Pourquoi :"Cela est lié à des modifications hormonales et en particulier à la sécrétion d'une hormone (HCG - Hormone Gonadrotophine Chorionique) par la tumeur", explique le Dr Delaunay. 

 

Douleur au dos, toux... Les signes plus tardifs

Au fur et à mesure de l'évolution de la tumeur, d'autres symptômes se greffent à ceux déjà existants comme une douleur au dos, une accumulation de liquide dans l'abdomen (ascite) avec des essoufflements, une touxpersistante avec ou sans crachats sanguinolents.Pourquoi : Ces différents symptômes montrent que la tumeur se propage à d'autres parties du corps et à d'autres organes (métastases osseuses et viscérales). Son évolution : Plus lecancer est pris en charge rapidement, meilleures sont les chances de guérison, jusqu'à plus de 95 % des patients traités avec succès. 

Source

 

Remerciements au Dr Boris Delaunay, urologue, andrologue et sexologue au CHU de Toulouse.

 

Commenter cet article

Archives