Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le réchauffement climatique contribue à l'asphyxie des espèces marines

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Novembre 2014, 03:32am

Catégories : #ENVIRONNEMENT, #SANTE-BIEN-ETRE, #POLLUTION

Le réchauffement climatique contribue à l'asphyxie des espèces marines

Le réchauffement climatique joue un rôle plus important que l'on pensait dans les zones mortes des océans, lacs et rivières de la planète. La situation risque d'empirer, selon une nouvelle étude.

Une zone morte se crée lorsque des engrais déposent des nutriments comme l'azote et le phosphore dans un environnement aquatique. Ce phénomène permet à des micro-organismes de capter l'oxygène dans les eaux, asphyxiant peu à peu les espèces marines qui y vivent.

Les scientifiques savent depuis longtemps que le réchauffement des eaux intensifie ce problème. Une nouvelle étude menée par des chercheurs du Smithsonian Institution, dont les résultats ont été publiés lundi dans le Global Change Biology, démontre comment les changements climatiques ont contribué à détériorer la situation tant sur les plans biologique, chimique et physique.

Les chercheurs ont examiné 476 zones mortes réparties sur la planète. Ils ont découvert que les modèles informatiques standards prédisent que la température des eaux en surface augmentera, en moyenne, d'un peu plus de 2 degrés Celcius autour des zones mortes. 

 

Inquiétudes pour l'estuaire du Saint-Laurent

La prédiction la plus inquiétante à ce chapitre concerne l'estuaire du Saint-Laurent où la température de l'eau pourrait augmenter de presque 4 degrés Celcius. Aux États-Unis, la situation est préoccupante pour le Golfe du Mexique (hausse de 2,3 degrés Celcius) et de la baie de Chesapeake (hausse de 2,7 degrés Celsius).

Un réchauffement de l'eau peut affecter le métabolisme des espèces marines, ce qui augmente leur consommation d'oxygène alors que celui-ci se raréfie. De plus grandes zones mortes peuvent influencer l'acidification des océans, l'allongement de la saison estivale et modifier les vents, ajoutent les auteurs de l'étude.

Donald Boesch, un professeur d'écologie de l'Université du Maryland qui n'a pas participé à cette recherche, affirme qu'il n'y a pas encore de preuves suffisantes démontrant le rôle grandissant que jouerait la propagation des zones mortes. Toutefois, il convient que si le réchauffement climatique n'est pas arrêté, le problème s'aggravera. 

Source

Commenter cet article

Archives