Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La fumée tertiaire persiste pendant des heures

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Novembre 2014, 20:10pm

Catégories : #TABAC, #SANTE-BIEN-ETRE, #NEWS

La fumée tertiaire persiste pendant des heures

La fumée tertiaire demeure nocive pour la santé même plusieurs heures après que la dernière cigarette a été éteinte, montre une étude réalisée par des chercheurs américains.

Cela pourrait faire réfléchir ceux qui, par exemple, grillent une dernière cigarette à 14 h, pour éviter d'exposer à leur fumée secondaire les enfants qui rentrent de l'école à 16 h. À ce moment, prévient le chimiste Hugo Destaillats de l'Université Berkeley, 60 % des dangers associés à la fumée tertiaire sont toujours présents.

M. Destaillats et ses collègues ont prélevé des échantillons de plus d'une cinquantaine de composés organiques volatils (COV), aussi bien dans un laboratoire de Berkeley, où des cigarettes ont été fumées mécaniquement pendant 18 heures, que dans la résidence d'un fumeur, où aucune cigarette n'avait été grillée depuis huit heures. 

Ils ont mesuré l'impact de la fumée secondaire en « années » de vie ajustées en fonction de l'incapacité (AVAI, ou DALY en anglais), une mesure fréquemment utilisée par des agences comme l'Organisation mondiale de la santé pour combiner en un seul chiffre la perte de vie et la perte de qualité de vie.

Les chercheurs ont découvert que le danger de la fumée tertiaire augmente rapidement pendant les cinq premières heures après la dernière cigarette, qu'il continue à augmenter pendant encore cinq heures, et qu'il ne commence à se stabiliser qu'après une dizaine d'heures. Les concentrations de certains COV excédaient les seuils jugés dangereux même 18 heures plus tard.

Ils ont aussi déterminé que la matière particulaire de moins de 2,5 micromètres (PM2.5) est responsable de 90 % des dommages à la santé. Ces particules peuvent se loger profondément dans les poumons et provoquer de graves problèmes de santé.

Les résultats de cette étude sont publiés dans le journal Environmental Science & Technology

Source

 

Commenter cet article

Archives