Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


5 effets désagréables du sport sur la santé

Publié par MaRichesse.Com sur 16 Novembre 2014, 14:07pm

Catégories : #5-TRUCS-A-SAVOIR, #SPORTS, #SANTE-BIEN-ETRE

5 effets désagréables du sport sur la santé

Vous avez pris de bonnes résolutions et décidé de vous (re)mettre au sport ? Nul doute que vous avez déjà entendu dire qu'avant de commencer un programme d'entraînement, il est recommandé d'en parler avec un médecin. Le site Crack.com a listé cinq effets secondaires embêtants liés à la pratique sportive... 

 

1. Courir donne envie d'aller… aux toilettes

Vous avez sorti vos baskets, acheté un nouvel ensemble de sport et mis votre réveil à cinq heures du matin. Bizarrement, vous vous êtes vraiment levé et vous êtes courageusement parti affronter le froid et la nuit. Vous commencez à courir, cheveux aux vents vous vous sentez fort, puissant, jusqu'à ce que… vos burritos de la veille descendent dangereusement. Vous êtes en train de découvrir la diarrhée du joggeur ! Car le jogging est l'un des sports les plus remuants qui soient. Les vibrations répétitives de vos pieds sur le sol font résonnance à votre système gastrique et le réveillent. 

Paula Radcliffe détient le record du monde du marathon féminin : 2:15:25. Mais vers la fin du championnat de 2005, elle a dû faire face à un léger désagrément. "J'ai perdu du temps car j'avais des crampes d'estomac. Mais je ne voulais pas en être réduite à aller faire mes besoins devant des centaines de milliers de spectateurs [...] J'avais dû manger trop avant la course." Désespérée, Paula Radcliffe va donc se cacher derrière une barrière pour faire ses petites affaires. "Les médias ont filmé ça et l'ont diffusé." La pauvre…

 

"Tout type d'activité physique provoque une dépense métabolique qui met à mal l'organisme : quand on court, par exemple, la flore intestinale travaille beaucoup pour maintenir les organes en place. Aussi, si l'alimentation n'est pas suffisamment équilibrée, les problèmes gastriques  sont inévitables. La déshydratation qui survient quand on fait du sport n'aide pas non plus car elle provoque de nombreux dérèglements", explique Arnaud Laizé, coach sportif créateur de la méthode Parangon, à Atlantico.

Toutefois, une bonne hygiène de vie peut permettre d'éviter la diarrhée du joggeur. "La clé : une alimentation équilibrée à long terme. Evitez la malbouffe et les laitages, privilégiez la viande blanche, les poissons gras et les céréales semi-complètes. Par ailleurs, mieux vaut prendre du pain à la farine de chataigne que du pain à la farine de blé. Mangez beaucoup de fruits en dehors des repas et accompagnez vos protéines de légumes. Buvez beaucoup. De l'eau bien sûr ! Enfin, essayez de manger à des heures régulières et de ne pas dîner après 21 heures", déclare Arnaud Laizé. Il ne semble pas non plus superflu de planifier un parcours avec des toilettes publiques sur le chemin... 

 

2. Une transpiration continue et intense

Vous êtes fier de vous : vous êtes passé de vingt minutes de sport tous les trois jours à une heure par jour et vous commencez même à trouver vos vêtements trop larges. Vous envisagez de vous acheter une nouvelle garde-robe, aussi sexy que votre nouvelle silhouette. Cependant, au beau milieu de votre euphorie vous avez remarqué que, quand vous vous baladez, vous transpirez abondamment.

Selon le coach de Lance Amstrong, Chris Carmichael, plus vous êtes en forme, plus votre transpiration est importante. Alors que vous augmentez la difficulté et la longueur de votre entraînement sportif, vous conditionnez votre corps à être mieux préparé pour la punition athlétique que vous lui infligez. Cela se manifeste de diverses façons : perte de graisses, augmentation de la masse musculaire, renforcement des os, rythme cardiaque plus lent, augmentation du stock de glycogène.

Votre corps sait que vous êtes sur le point de vous embarquer pour une ballade en vélo de vingt kilomètres et il s'est préparé à vous refroidir. Toutefois, il n'est pas en mesure de faire la différence entre l'étirement pré-sport et la montée d'escaliers nécessaire pour atteindre votre appartement. Alors, automatiquement, il ouvre le robinet à sueur et rajoute un battement supplémentaire par minute à votre cœur.

Explication en vidéo. 

 

 

 

3. Maltraitance pour vos pieds, vos tétons et votre zone scrotale

Faire de l'exercice vous a rendu plus sexy, c'est sûr. Mais cela s'est aussi accompagné de la dégradation de certaines parties de votre corps.

Vos pieds, par exemple, ils sont devenus laids (en admettant qu'ils ne l'étaient pas déjà, comme c'est le cas chez beaucoup de personnes). 

Les gens qui courent cinq kilomètres trois fois par semaine n'ont pas ce problème mais si vous avez décidé d'aller trop loin, vous pouvez oublier les manucures et brûler vos sandales. Vous ne les porterez plus jamais. Car vos pieds sont sur le point de devenir calleux et noueux comme les sabots d'un cheval.

Si la peau de vos tétons, contrairement aux autres parties de votre corps, ne peut pas devenir calleuse, l'irritation provoquée par le frottement contre un tissu trempé de transpiration peut être extrêmement douloureuse. En effet, le frottement peut finir par provoquer des crevasses et faire saigner. Ce charmant phénomène est plus connu sous le nom de Jogger's Nipple (le téton du joggeur). "Tout dépend du textile que vous portez quand vous courrez", explique Arnaud Laizé. "Certains tissus peuvent provoquer des réactions allergiques. Privilégiez le coton. Le mieux est encore de courir torse nu mais si vous habitez à Paris, c'est compliqué ! "

 

Enfin, autre partie du corps supposément attractive qui peut cruellement souffrir d'un trop plein de sport : le popotin. Car bouger provoque des frictions. Peu importe à quel point vous êtes entraîné, quand vous faites du sport, des parties de votre corps vont se frotter, laissant vos fesses toutes rouges et irritées. Et sans surprise, les sportifs les plus affectés par ce phénomène désagréable sont... les cyclistes ! 

 

4. Nager peut vous tuer

Problème : alors que vous étiez en train de nager dans la mer ou dans un lac, vous avez attrapé une amibe, nommée Naegleria fowleri. Cette vicieuse est rentrée dans votre nez, elle s'est déplacée vers vos nerfs olfactifs avant de se diriger vers votre cerveau provoquant alors une méningo-encéphalite amibienne primitive (MEAP), soit la mort presque certaine en une quinzaine de jours au maximum.

Ce micro-organisme, pour l'instant très rare, semble malheureusement en voie de prolifération. Car depuis quelques temps, un certain phénomène appelé réchauffement climatique fait dangereusement augmenter la température des océans… 

 

5. Trop de musculation peut faire disparaître vos testicules 

Cette partie ne concerne que les hommes. Ceux qui passent des heures à soulever et descendre des objets lourds dans les salles de muscu. Vous levez, baissez, levez, baissez, jusqu'à ce que vos muscles se remplissent de sang et que vous voyiez le visage de Schwarzenegger apparaître dans le miroir. Vous êtes très fier de vous. Mais, une fois sous la douche vous baissez le regard et vous réalisez que vos testicules ont disparu !  

Il est prouvé que des efforts physiques prolongés et intenses provoquent une disparition des organes génitaux : ces derniers rentrent littéralement dans votre corps. Toutefois, pas d'inquiétude, les parties génitales redeviennent normales une heure ou deux après l'entraînement. Une heure qui peut sembler une éternité… "Ce genre de désagrément arrive surtout à ceux qui font de la musculation à haut niveau, car généralement ils se dopent. Or beaucoup de produits dopants ont pour effet secondaire d'atrophier les testicules", rappelle Arnaud Laizé. 

Un peu de sport, donc, mais pas trop ! 

Source

 

Commenter cet article

danielle 16/11/2014 19:24

il faut ajouter que, pour les femmes, l’exercice physique intense et répété peut entrainer des troubles gynécologiques (anomalies dans le cycle menstruel, aménorrhée), des vulvo-vaginites dues à la position sur la selle du vélo ou du cheval. source : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=510

Archives