Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi se gratter donne encore plus envie de se gratter

Publié par MaRichesse.Com sur 31 Octobre 2014, 21:20pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #PEAU, #NEWS

Pourquoi se gratter donne encore plus envie de se gratter

Ça vous démange, vous vous grattez, donc ça vous démange encore plus, donc vous vous grattez... Et ainsi de suite. Des chercheurs du Center of the Study of Itch (Centre d'étude des démangeaisons), à Washington, ont mené une étude sur des souris expliquant ce phénomène et surtout comment briser le cercle vicieux. Les résultats sont publiés ce vendredi 31 octobre dans le journal Neuron.

Les scientifiques ont mis en évidence le rôle de la sérotonine dans ce cycle infernal. Oui, oui, ce neurotransmetteur surnommé hormone du bonheur. On connaissait son rôle dans le mécanisme de contrôle de la douleur mais jusqu'à présent rien ne laissait deviner qu'elle pouvait être liée aux démangeaisons. 

 

Sérotonine qui déraille

Les scientifiques savent depuis des années que se gratter provoque une légère douleur sur la peau qui peut interférer, du moins temporairement, avec la sensation de démangeaison, en faisant transporter par les cellules nerveuses les signaux de douleur au lieu de ceux de démangeaison. "Le problème, explique le chercheur Zhou-Feng Chen, directeur de ce centre américain spécialiste des démangeaisons, c'est que, quand le cerveau reçoit ces signaux, il répond en produisant de la sérotonine, pour aider à contrôler cette douleur. Mais, en chemin, la sérotonine peut 'dérailler' et passer des neurones de la douleur aux cellules nerveuses qui jouent sur l'intensité des démangeaisons." 

 

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont créé une souche de souris sans gènes pour fabriquer de la sérotonine. Et quand ils ont injecté une substance qui provoque des démangeaisons, ces souris avaient moins tendance à se gratter que leurs congénères non génétiquement modifiés. Si on leur injectait de la sérotonine en plus de la substance irritante, elles se grattaient autant que les souris normales. 

 

Traiter les démangeaisons

Toutefois, même si jouer sur la sérotonine rend les souris moins sensibles aux démangeaisons, le professeur Chen admet qu'il n'est pas envisageable de traiter les démangeaisons en bloquant la libération de sérotonine. Ce neurotransmetteur est en effet impliqué dans d'autres mécanismes (croissance, âge, métabolisme osseux et humeur). Et sans sérotonine nous n'aurions plus de moyen naturel de contrôler la douleur.

En revanche, il serait possible d'interférer sur la communication entre la sérotonine et les cellules nerveuses, dits neurones GRPR, qui, dans la moelle épinière, transmettent les signaux de démangeaison de la peau jusqu'au cerveau. L'équipe du professeur Chen a réussi à isoler les récepteurs utilisés par la sérotonine pour activer ces neurones GRPR. Puis ils ont bloqué ces récepteurs, appelés 5HT1A. Résultat : les souris se sont moins grattées. Toutefois, si cet article vous a donné des démangeaisons, ne vous grattez pas, puisque vous n'avez rien sous la main pour bloquer les récepteurs 5HT1A. 

Source

Commenter cet article

Archives