Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Peut-on tout se dire entre amis?

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Octobre 2014, 07:24am

Catégories : #RELATIONS, #FAMILLE, #DEVELOPPEMENT

L'amitié implique-t-elle de tout se dire, le bon comme le mauvais? Faut-il parfois trancher en faveur d'une silencieuse bienveillance plutôt qu'une vérité qui blesse?

Peut-on tout se dire entre amis?

Quinze ans que Delphine et Marie étaient amies, "à la vie à la mort". "Nous avons partagé les galères de la vie étudiante, l'euphorie du premier grand amour et même les kilos de grossesse: nos premiers enfants sont nés à quelques mois d'intervalle", raconte Delphine. Une amitié en "béton armé", qui n'a toutefois pas résisté à la parole de trop.  

Il y a deux ans en effet, Delphine a surpris le conjoint de Marie dans un café, en très charmante compagnie. "J'ai longuement réfléchi et je me suis convaincue que je devais le lui dire. A l'époque, je pensais sincèrement que je ne pouvais pas lui cacher ça. On s'était toujours tout raconté". Hélas pour Delphine cette sincérité a sonné le glas de leur amitié. Si dans un premier temps Marie a accusé le coup, elle s'est en effet peu à peu éloignée de celle qui lui avait ouvert les yeux sur l'infidélité de son mari. "Même si finalement elle a réussi à sauver son couple, Marie ne veut plus entendre parler de moi. Il m'a fallu longtemps pour comprendre que sous couvert de sincérité, je l'avais surtout blessée" 

L'histoire de Delphine et Marie, somme toute assez courante, est-elle la preuve que même en amitié, le silence est parfois d'or? 

 

Se poser la question de notre intention

"On ne peut pas tout dire, même et peut-être surtout à ses amis", répond sans hésitation la psychanalyste Virginie Megglé(1): "Il y a cette illusion actuellement, probablement renforcée par la multiplication des "conversations" virtuelles, que l'on peut absolument tout raconter, tout dévoiler, sur soi ou les autres. Mais c'est faux. Il faut retrouver le temps de la pensée et surtout toujours se poser la question de notre intention. Qu'est-ce que cette parole va apporter à l'autre et à nous même?"  

Autrement dit, poursuit Virginie Megglé, dans ce cas précis d'une infidélité découverte, est-ce que l'on souhaite en informer son amie "pour son bien", ou parce que l'on transfère sur l'autre ce que l'on aurait soi même voulu que l'on nous dise? "Sachant que même dans ce cas, prétendre que l'on aurait préféré être informée prête à caution. On ne peut pas l'affirmer, il s'agit d'un conditionnel". Sans parler de certaines motivations inavouables: avec le recul, Delphine admet ainsi avoir inconsciemment agi par jalousie: "à l'époque ça n'allait pas fort avec mon mari, il est probable que secrètement je me réjouissais que pour Marie non plus ça ne soit pas le paradis". 

 

L'amitié est un jardin d'amour, qui se cultive avec tact

"Dans le tout dire, il ne faut pas confondre ce qui nous concerne, ce qui nous appartient et un "dire" qui concerne un autre", estime pour sa part Jacques Salomé, psycho-sociologue et écrivain. "Si je découvre que la femme de mon ami a une relation tierce, cela ne me concerne pas, cela concerne sa femme et appartient à la relation de mon ami avec sa femme. Je peux me positionner devant sa femme et l'inviter à clarifier au plus tôt cette situation. Je peux aussi renoncer à poursuivre une relation avec elle pour ne pas collaborer à sa transgression. Mais personnellement je considère que ce n'est pas à moi de révéler la vie intime de sa femme à mon ami". 

"L'amitié se cultive, c'est un jardin d'amour", commente encore Virginie Megglé. C'est un lien, insiste-t-elle, qui repose sur la bienveillance, le tact ou encore la délicatesse. "Le jugement n'a pas sa place dans une telle relation".  

 

Nos amis ne nous appartiennent pas

Mais comment faire alors, quand surviennent certains désaccords? Faut-il les taire pour préserver l'amitié ou peut-on s'autoriser au nom de la transparence à dire ce qui parfois fâche? Une question que se pose Sandra depuis que sa meilleure amie Céline a eu son premier enfant: "Elle est devenue le contraire de ce qu'elle était auparavant, n'a plus le temps de m'écouter alors que nous avons toujours été là l'une pour l'autre. Quant à sa façon d'élever cet enfant, j'ai du mal à la comprendre, elle en fait un petit roi insupportable. J'ai souvent envie de la mettre face à ses contradictions, mais j'ai peur qu'elle ne me rejette définitivement".  

"On ne tient pas ses amis en laisse, ils ne nous appartiennent pas, analyse Virginie Megglé. Poser un ultimatum au prétexte que l'on n'est plus en accord avec la façon dont l'autre mène sa vie n'est à mon avis pas une démarche compatible avec le sentiment amical. On ne peut obliger personne à changer. La solution dans ces cas là peut consister à prendre de la distance, à s'interroger soi même sur ce qui nous fait souffrir."  

 

Des chemins qui parfois s'éloignent pour mieux se rejoindre

"Il convient de tenir compte de l'évolution de chacun. Etre capable de se dire: je ne suis pas le même que lorsque cette amitié est entrée dans ma vie, il/elle n'est pas non plus la même personne et il est possible que l'accord qui existait se soit délité", renchérit Jacques Salomé. 

D'autant que parfois, le temps fait bien les choses et permet de se retrouver. Paul et Marc en ont fait l'expérience. Copains d'enfance, ils ont vu leur relation s'effriter à l'âge adulte. "On n'en était pas au même point de notre cheminement, j'ai eu très vite besoin de fonder une famille, Marc était un fêtard célibataire endurci, je n'avais plus envie de le suivre et lui me trouvait sinistre. On ne s'est jamais dit ce qu'on avait sur le coeur. J'en ai eu envie un jour, j'ai préféré ne pas gâcher ce que nous avions vécu jusque là". 

Après cinq ou six ans sans se voir, Paul et Marc se sont croisés par hasard dans la rue. "J'avais enfin trouvé mon rythme de père et lui avait décidé de se poser un peu. C'est reparti comme si cela ne s'était jamais arrêté". Nul doute, admet Paul avec un peu de recul, "que si j'avais vidé mon sac au lieu de m'éloigner en silence, nous n'aurions jamais retrouvé cette complicité". 

Source

Commenter cet article

Archives