Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La carte de France d'hommes et de femmes célibataires

Publié par MaRichesse.Com sur 31 Octobre 2014, 15:04pm

Catégories : #FRANCE, #COUPLE, #RELATIONS

Nous avons dressé un palmarès des villes de France métropolitaine où le nombre d'hommes et de femmes qui ne sont pas en couple est le plus déséquilibré. Avec quelques résultats attendus et pas mal de surprises...

À gauche, la carte des déséquilibres hommes-femmes célibataires chez les 20-30 ans en ratio. À droite, la même carte pour les 40-50 ans. En vert, les villes où l'on compte plus d'hommes, en orange, celles où on compte plus de femmes. Cartes: Jean-Laurent Cassely et Julien Jégo.

À gauche, la carte des déséquilibres hommes-femmes célibataires chez les 20-30 ans en ratio. À droite, la même carte pour les 40-50 ans. En vert, les villes où l'on compte plus d'hommes, en orange, celles où on compte plus de femmes. Cartes: Jean-Laurent Cassely et Julien Jégo.

Où vivent les hommes et les femmes célibataires? Cette question fait l’objet de multiples classements, palmarès et autres top qui reviennent régulièrement dans la presse. Mais celui que nous vous présentons est différent et, à notre connaissance, inédit. 

Plutôt que de nous appuyer sur le décompte des célibataires au sens du statut matrimonial (quelqu'un qui n'est ni marié, ni divorcé, ni veuf), critère en général utilisé dans les classements des «villes de célibataires», nous avons utilisé la réponse à la question du recensement de l'Insee «Vivez-vous en couple?», qui permet de mieux identifier les couples de fait, et non seulement les couples mariés ou pacsés. 

Et plutôt que de présenter un classement des villes qui comptent le plus de célibataires, nous avons calculé l'écart entre le nombre d'hommes et de femmes qui affirment ne pas être en couple. Cet écart est en général ramené au nombre d'hommes pour 100 femmes, le rapport de masculinité: mais ce pourcentage accorderait les premières places à de très petites communes où il suffit de variations de quelques dizaines de personnes célibataires d'un sexe ou de l'autre pour faire évoluer ce ratio. Nous avons donc limité ce classement aux 90 plus grandes villes de France, celles qui comptent plus de 60.000 habitants. 

On aboutit alors à un top 15 par tranches d'âge des villes où les femmes n'étant pas en couple(voir note méthodologique ci-dessous) sont les plus nombreuses par rapport aux hommes, et à un deuxième top 15 des villes qui sont dans la situation de déséquilibre inverse.

Un deuxième palmarès a été réalisé en mesurant l'écart en valeur absolue entre le nombre de femmes et d'hommes célibataire, une mesure qui donne mécaniquement plus de poids aux plus grandes villes. 

Si vous vous apprêtez à critiquer ce classement, cliquez d'abord sur le symbole + ci-dessous pour lire un point méthodologique

 

«Afin de mieux repérer les couples de fait, nous ont expliqué les experts du recensement chez l'Insee, le recensement propose aux enquêtés de répondre à une question sur leur vie en couple (il s'agit de la question 7 du bulletin individuel: "Vivez-vous en couple?: oui/non"), en plus de celle sur leur état matrimonial légal.»

«La notion de vie en couple repose sur la déclaration de chaque personne dans le questionnaire de recensement […]»: l’intérêt de cette question est donc que sa réponse dépend de si l’enquêté se considère en couple ou pas. Cette méthode permet d’approcher la réalité des unions plus fidèlement que le seul statut matrimonial: ces couples peuvent être des concubins, cohabitant sans que leur lien soit juridiquement validé par un contrat.

Par contre, ce fichier ne permet pas de repérer les gens qui ont des relations sentimentales, amoureuses, sexuelles mais qui ne vivent pas ensemble ou ne considèrent pas qu’ils «vivent en couple». Comme l’explique Laurent Toulemon, chercheur à l'Ined, ces couples non repérés peuvent être «des “living apart together”, des étudiants qui vivent chez leurs parents bien qu’ils aient une relation de couple, des personnes âgées qui refont leur vie, mais n’ont pas forcément envie de dire qu’elles vivent en couple», etc.

Précisons que les hommes auraient tendance à se déclarer plus facilement en couple que les femmes, et notons enfin que le célibat comme la vie en couple ne disent rien dans ce fichier de l'orientation sexuelle des personnes. Les estimations de la part de la population homosexuelle, basée sur les déclarations dans les enquêtes, oscillent entre 0,5% et 3,5%.

On rappelle également que le recensement se déroule désormais sur cinq ans sur«l'ensemble des habitants des communes de moins de 10.000 habitants et 40% environ de la population des communes de 10.000 habitants ou plus». Pour cette raison, «les effectifs supérieurs à 500 peuvent normalement être utilisés en toute confiance. Les effectifs inférieurs à 200 doivent être maniés avec précaution, car, en raison de l'imprécision liée au sondage, ils peuvent ne pas être significatifs. De ce fait, les comparaisons entre territoires de petites tailles sont à proscrire».

Définition du terme «célibataire» tel qu'utilisé dans l'article: «Le célibat est l'état d'une personne qui est en âge de vivre en couple ou d’être mariée mais qui n'a pas de conjoint dans sa vie amoureuse et sexuelle.» C’est selon cette définition que nous utilisons le terme «célibataire», et non comme statut matrimonial. Mais célibat n'équivaut pas pour autant au fait d'être «sur le marché matrimonial.»

 

1. Entre 20 ans et 30 ans

Les villes «masculines» 

Premier constat qui saute aux yeux: le célibat des jeunes urbains est masculin. C'est notamment la conséquence d'un âge moyen de mise en couple plus élevé chez les hommes. 

La carte du surnombre d'hommes célibataires pour 100 femmes fait apparaître plusieurs types de villes masculines:

– des villes industrielles et portuaires comme Saint-Nazaire ou Dunkerque, avec une dominante militaire comme Brest ou Toulon. D'autres villes industrielles comme La Seyne-sur-Mer (chantiers navals), Metz et Colmar figurent au palmarès. 

– des villes d'immigration comme Aubervilliers, qui se classe au premier rang des villes de plus de 60.000 habitants avec le plus fort déséquilibre hommes/femmes chez les jeunes (148 hommes pour 100 femmes ne vivant pas en couple) ou Nanterre. 

– des villes d'ingénieurs-scientifiques comme Antibes (avec la technopole de Sophia Antipolis), deuxième ville d'hommes après Aubervilliers: 142 hommes célibataires pour 100 femmes. 

L'écart en valeur absolue entre hommes et femmes célibataires rend encore plus visible cette dernière catégorie: Grenoble, Toulouse et Nantes, villes de filières techniques et d’ingénieurs, font toutes trois partie des cinq villes qui comptent le plus d’hommes célibataires de plus que de femmes célibataires chez les 20 ans-29 ans. De manière générale,les chiffres d'inscription montrent que les femmes sont très minoritaires dans les sciences, les filières techniques (IUT) et hyper-majoritaires en médecine et dans les filières de santé, en sciences humaines, en droit, en sciences politiques et en langues. 

Les villes «féminines» 

Ces cartes illustrent à quel point les villes étudiantes attirent de nombreuses jeunes femmes: elles sont en effet plus nombreuses que les hommes à faire des études supérieures (56% des inscrits toutes disciplines et tous niveaux confondus en 2012). 

Paris et Lyon, aussi bien en valeur absolue qu'en ratio, ainsi que Bordeaux (en valeur absolue) et Poitiers (en ratio) sont les villes où on compte le plus de femmes ne vivant pas en couple par rapport aux hommes. 

Avec 113 femmes pour 100 hommes, Poitiers est la ville jeune avec le ratio hommes/femmes le plus déséquilibré... en faveur des hommes. Pas surprenant, puisqu’elle est la ville dont la proportion d'étudiants dans la population est la plus élevée de France. En valeur absolue, on atteint à Paris le record de plus de 13.700 femmes célibataires de plus que les hommes (elles sont un peu plus de 150.000 répondant ne pas vivre en couple dans cette tranche). 

 

2.Entre 30 ans et 40 ans

Entre 30 ans et 40 ans, le déséquilibre général se réduit: si, à ce stade, les hommes qui ne sont pas en couple sont encore plus nombreux que les femmes, l’écart n’est plus que de 1.191.000 hommes célibataires contre près de 1.086.000 femmes sur toute la France.

 

Les hommes en Bretagne et à Toulouse

Côté hommes célibataires, la Bretagne est clairement en force: d'abord avec Brest, première ville masculine au palmarès de nos villes de plus de 60.000 habitants (156 hommes pour 100 femmes), suivie de Rennes, Quimper et Lorient. 

En valeur absolue, c'est à Toulouse qu'on trouve le plus d'hommes en surnombre (3.250). Une première place qu'on peut expliquer par l'importance du secteur de l'aéronautique, premier employeur de la ville, dont la main d’œuvre qualifiée, très majoritairement masculine, vient de tout le pays et de l’étranger (un article d’un dossier du Nouvel Observateur sur les villes qui embauchent en 2013 notait que Toulouse déroulait le «tapis rose pour les ingénieures» pour pallier le déséquilibre dans les écoles d’ingénieurs et les entreprises du secteur de l’aéronautique. Il semblerait bien qu'il soit temps de prendre le problème à bras le corps.)

A Marseille, qui est une ville masculine chez les 20 ans-30 ans, les équilibres changent radicalement, puisque la ville passe de dernière à première du classement des villes comptant plus de femmes célibataires que d'hommes. (On peut avancer –prudemment– comme raison la structure du marché de l'emploi, Marseille étant une ville où les fonctionnaires sont nombreux, notamment dans la fonction publique hospitalière, premier employeur de la ville avec 12.000 salariés. Or selon l'Insee, «sur l’ensemble de la fonction publique, six agents sur dix sont des femmes. Ce taux atteint 77 % dans la fonction publique hospitalière, voire plus, comme chez les infirmiers et les sages-femmes, où neuf agents sur dix sont des femmes».)

De manière générale, la relation entre richesse et masculinité commence à apparaître: les hommes sont plus présents dans les villes où l'économie est dynamique, les femmes surreprésentées dans les villes du Sud, plus populaires. Les femmes éduquées émigrent moins que les hommes éduqués vers les zones urbaines les plus vastes et les plus dynamiques, comme le notent Hervé Le Bras et Emmmanuel Todd dans Le Mystère français

 

La couronne parisienne se féminise

Dans l’agglomération parisienne, les équilibres ont changé. Paris attire les jeunes femmes qui y font des études ou peuvent y trouver du travail, nous explique Laurent Toulemon, chercheur à l'Ined, spécialiste de l'évolution des structures familiales. A l’inverse, à des âges plus élevés, les hommes «qui font carrière» doivent passer par Paris. 

Les femmes se sont déportées sur la petite couronne parisienne, au nord-ouest: Neuilly (147 femmes célibataires pour 100 hommes), Asnières-sur-Seine, Colombes, etc. Selon Laurent Toulemon, on peut l’expliquer par le fait qu’après une rupture, elles ont plus souvent la garde des enfants (elles sont le parent seul de l'écrasante majorité des familles monoparentales). Pour les mères seules avec enfant, les prix du logement parisien deviennent inabordables. Au contraire, c'est surtout dans les communes du nord-est que les hommes sont en surnombre. Il y a peut-être ici un chassé-croisé de l'amour à organiser pour apparier ces monades.  

Nos cartes se limitent à la France métropolitaine. Mais notre palmarès des villes féminines comptait à l'origine de nombreuses villes de taille moyenne des territoires et départements d'outre-mer: Les Abymes (Guadeloupe), Cayenne (Guyane), Fort-de-France et Le Lamentin (Martinique), Saint-Denis et Saint-André (La Réunion).

 

3. Entre 40 ans et 50 ans

«Avant 40 ans, explique Laurent Toulemon, les femmes sont plus en couple que les hommes parce qu’elle se mettent en couple plus tôt. Après 40 ans, c’est l’inverse. Les hommes se remettent plus vite en couple après une rupture, alors que les femmes vivent plus seules.» 

C'est ce que l'on vérifie sur la carte, de laquelle les hommes célibataires «en trop» ont tout bonnement disparu après 40 ans. Au-delà de 50 ans, le déséquilibre de la mortalité devient trop important pour qu'on puisse dresser des cartes pertinentes pour les tranches d'âge suivantes. 

La prédominance des femmes ne vivant pas en couple est encore plus manifeste sur la petite couronne francilienne. 

Pour la petite histoire, les seules villes de la région Ile-de-France où les hommes célibataires sont plus nombreux que les femmes sont des villes qui accueillent un centre pénitentiaire: Fleury-Mérogis, Fresnes et Chauconin-Neufmontiers.

 

4. (Bonus) Les villes «cougars»

En comparant le nombre d'hommes de 20 ans à 25 ans qui ne sont pas en couple, et celui de femmes de 40 ans à 55 ans dans la même situation, on obtient une sorte de rapport de masculinité des villes de cougars (notre définition puise aux meilleures sources: les articles de la presse jeune qui s'intéressent au phénomène). 

Pour trouver les «villes cougars», c'est très simple: il faut longer la côte d'Azur et tout l'arc méditerranéen, de Cannes et Nice à Béziers et Perpignan en passant par Toulon etMarseille, sans oublier Ajaccio, qui fait son entrée dans notre palmarès. Sans oublier la région parisienne (Boulogne-Billancourt en tête). 

 

5. (Bonus 2) La carte des «vieux beaux»

En mesurant la situation inverse, où les hommes de 40 ans à 54 ans sont le plus nombreux par rapport aux jeunes femmes de 20 ans à 24 ans, on obtient une carte comparables, où les villes méditerranéennes sont très présentes: Marseille, Toulon, Cannes, Nice ouPerpignan font partie du palmarès. 

 

6. Pour finir, le classement complet des 90 plus grandes villes

De 20 à 29 ans

Des villes avec le plus d'hommes aux villes avec le plus de femmes.

De 30 à 39 ans

Des villes avec le plus d'hommes aux villes avec le plus de femmes.

De 40 à 49 ans

Des villes avec le plus d'hommes aux villes avec le plus de femmes

 

Jean-Laurent Cassely et Julien Jégo Source

Commenter cet article

Archives