Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Cent cerveaux mènent la cybercriminalité dans le monde

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Octobre 2014, 06:44am

Catégories : #INTERNET, #FAITSDIVERS

Cent cerveaux mènent la cybercriminalité dans le monde

Il y a seulement «environ une centaine» de cybercriminels qui sont derrière la cybercriminalité sur l’ensemble de la planète a expliqué à la BBC, Troels Oerting, le chef du centre d’Europol sur la cybercriminalité.

Nous devons cibler «ce groupe plutôt réduit de bons programmeurs informatiques. Nous savons en gros qui ils sont. Si nous pouvons les retirer du jeu, le reste va s’écrouler».

Troels Oerting reconnaît aussi qu’il ne s’agit pas «d’un nombre fixe et qu’il va malheureusement augmenter. Nous pouvons encore faire face, mais les criminels ont plus de ressources et n’ont pas d’obstacles. Ils sont menés par l’appât du gain et ils produisent des programmes de virus et de chevaux de Troie avec une rapidité que nous avons du mal à suivre».

Mais le principal problème auquel se heurtent les adversaires de la cybercriminalité est d’ordre juridique, c’est le fait qu’elle n’a pas de frontières contrairement aux forces de police. La majorité des cerveaux de la cybercriminalité se trouvent dans des pays où l’on parle russe. Et les relations entre Europol et les forces de l’ordre russes ne sont pas toujours les meilleures. Même si Troels Oerting se félicite de progrès récents et d’arrestations et de condamnations qui commencent à tomber.

Il est d’autant plus important de pouvoir frapper les cybercriminels à la source qu’ils diffusent leurs technologies dans le monde. Les gangs russes développent et testent leurs programmes malveillants et les vendent ensuite en ligne «à toute sorte de criminels en Europe de l’est, en Europe, en Afrique, en Amérique… C’est tellement facile d’être un cybercriminel. Vous n’avez pas besoin d’être un expert, juste de télécharger les programmes que vous voulez utiliser».

Troels Oerting met avant tout en garde sur la protection des données personnelles et les risques d’usurpation d’identités. «Vous devez craindre le vol de vous informations privées et sensibles. S’ils sont accès à cela, ils peuvent prendre contrôle de vos données Google, de vos comptes Apple, de votre page Facebook. Tout simplement, ils prennent votre vie».

Et pour conclure, le chef de la lutte contre la cybercriminalité d’Europol fait une distinction entre anonymat et droit à l’intimité.

«Il y a une confusion dans le grand public entre anonymat et droit à l’intimité. Ce n’est pas la même chose. Vous avez le droit à l’intimité, mais cela ne signifie pas que vous ayez le droit à l’anonymat. Imaginez dans le monde physique, si nous ne sommes pas capables d’ouvrir le coffre d’une voiture si nous soupçonnons qu’il y a des armes ou de la drogue dedans. Vous n’accepterez jamais cela. C’est la même chose dans le monde numérique. Il doit y avoir une possibilité de savoir ce que vous cachez en ligne

 

Commenter cet article

Archives