Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


3 dirigeants canadiens sur 4 se servent surtout de leur intuition

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Octobre 2014, 10:07am

Catégories : #ENTREPRISE, #DEVELOPPEMENT, #TRAVAIL

3 dirigeants canadiens sur 4 se servent surtout de leur intuition

Selon une étude menée en mai par l’Economist Intelligence Unit (EIU) et commanditée par PwC Management Services LP, 73% des patrons canadiens (58% dans le monde) se sont fiés à leur instinct (intuition, expérience ou conseils et expérience d’autrui) pour prendre leur dernière grande décision.

Les experts croient que favoriser les facteurs subjectifs augmente les risques d’erreurs. «Devant l’évolution rapide du paysage concurrentiel et la croissance exponentielle des données, les dirigeants doivent avoir un accès rapide et agile à l’information s’ils veulent prendre des décisions éclairées. Il y a trop de variables internes et externes pour se contenter de l’instinct», explique Ramy Sedra, associé, Conseils et Transactions, Analyse de données, chez PwC.

Se servir de mégadonnées (ou big data) peut diminuer les risques de se tromper et améliorer le rendement. Les dirigeants qui considèrent que le processus décisionnel de leur entreprise se base fortement sur ces données ont eu trois fois plus tendance à noter des améliorations «considérables» des grandes décisions prises dans les deux dernières années.

Pour 43% des Canadiens et 35% des dirigeants à l’échelle mondiale, ce sont principalement la qualité, l’exactitude et l’exhaustivité déficientes qui empêchent l’utilisation des données. À l’échelle mondiale (46%) et canadienne (70%), l’accès aux données au moment voulu est ce qui est le plus insatisfaisant.

Parmi les chefs de direction, 90% des répondants canadiens (contre 52% mondialement) ont dit avoir déjà écarté des données qu’ils ne comprenaient pas. Pour 47% d’entre eux au pays, le manque de compétences ou de connaissances spécialisées des autres cadres supérieurs est le principal obstacle à l’usage plus généralisé des mégadonnées. 

Source

Commenter cet article

Archives